Le citoyen Courbet...foutant en bas toutes les colonnes... de Paris

Le citoyen Courbet...foutant en bas toutes les colonnes... de Paris

Peintures en tous genres.

Peintures en tous genres.

Le citoyen Courbet...foutant en bas toutes les colonnes... de Paris

Le citoyen Courbet...foutant en bas toutes les colonnes... de Paris

Date de création : 1871

Date représentée :

H. : 25,8 cm

L. : 17,3 cm

lithographie. Page de couverture du journal : "Le Fils du père Duchêne", n°7, 1871.

© Saint-Denis, musée d'art et d'histoire - Cliché I. Andréani

C 1489

La colonne Vendôme déboulonnée

Date de publication : Novembre 2007

Auteur : Bertrand TILLIER

La chute de la colonne Vendôme

Dès la déchéance de l’Empire et la proclamation de la République le 4 septembre 1870, des voix s’élèvent dans Paris pour réclamer la mise à bas de la colonne Vendôme, considérée comme l’odieux symbole des malheurs de la France. « Ainsi donc, au lendemain de Sedan, un violent orage grondait contre la colonne Vendôme », écrira Jules Castagnary en 1882, dans son opuscule intitulé Gustave Courbet et la Colonne Vendôme. Plaidoyer pour un ami mort.

Dans ce concert de revendications, Courbet s’exprime dans les colonnes du Bulletin officiel de la municipalité de Paris : « Attendu que la colonne Vendôme est un monument dénué de toute valeur artistique, tendant à perpétuer par son expression les idées de guerre et de conquête qui étaient dans la dynastie impériale, mais que réprouve le sentiment d’une nation républicaine, [le citoyen Courbet] émet le vœu que le gouvernement de la Défense nationale veuille bien l’autoriser à déboulonner cette colonne. » Cette proposition resta sans suite. Mais le projet fut repris par la Commune qui le vota le 12 avril 1871, tout en décidant la démolition du monument qui eut lieu le 8 mai suivant.

La responsabilité de Courbet

Ces deux images paraissent s’opposer par de nombreux points : dans Le Citoyen Courbet, Courbet, l’élu de la Commune ceint de l’écharpe rouge, est un géant à la force herculéenne, capable de renverser une colonne Morris-pissotière, dans une scène dynamique construite sur l’oblique du frêle monument vacillant.

Dans la charge de L. A. Stick – prononcez d’un seul trait ! –, Courbet n’est plus qu’un minuscule peintre dérisoire armé de sa palette, juché sur le fût de la colonne brisée.

En dépit de cet acte de vandalisme, Courbet n’accède pas à la grandeur, tant les vestiges du monument terrassé sont encore imposants. Dans les deux images, les dessinateurs ont cependant joué avec la disproportion et les rapports d’échelles, pour mieux mettre en évidence le rôle de Courbet dans le renversement de la colonne Vendôme.

Parues à deux années d’intervalle – l’une en 1871, au moment des faits, l’autre en 1873, durant le feuilleton judiciaire de Courbet –, ces deux charges font de l’artiste engagé dans les rangs de la Commune, tant comme président de la Fédération des artistes d’inspiration communaliste que comme élu de la Commune pour le VIe arrondissement, le « déboulonneur », le « colonnard » et le vandale par excellence.

Le goût du scandale

Durant les années 1871 à 1873, particulièrement réactionnaires d’un point de vue politique, et toujours soucieuses de représailles contre les « fauteurs de troubles », ces charges ne sont guère indulgentes avec Courbet – même celle du Fils du père Duchêne publiée dans un journal satirique favorable à la Commune.

En renversant la colonne Vendôme, Courbet est soupçonné de vouloir renverser toutes les colonnes monumentales de Paris, jusqu’aux plus humbles pissotières. La dimension scatologique n’est évidemment pas absente de cette image qui sert les stratégies de scandale recherchées par le peintre réaliste. En 1873, L. A. Stick reste dans le même registre : celui du scandale et de la réclame personnelle dont Courbet aurait été friand afin d’asseoir sa notoriété d’une manière définitive.

De même, ces deux caricatures juxtaposées offrent un raccourci du corpus d’attaques graphiques dirigées contre Courbet et consacrées à son implication dans la Commune : le peintre réaliste qui avait sali la peinture par ses scènes triviales et irrespectueuses ne pouvait que s’engager dans les rangs des communards irrespectueux et vandales. Abondamment diffusées par une presse en plein essor, ces charges attestent aussi de la force de l’image satirique qui joua un rôle décisif dans la constitution et l’organisation de l’opinion publique.

Jules CASTAGNARY, Gustave Courbet et la Colonne Vendôme. Plaidoyer pour un ami mort, [1882], Tusson, Du Lérot (Charente), 2000.

Bernard NOËL, Dictionnaire de la Commune, 2 vol., [1971], Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1978.

COLLECTIF, catalogue d’exposition Courbet et la Commune, Paris, RMN, musée d’Orsay, 2000.

Bertrand TILLIER, « La colonne Vendôme déboulonnée », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/colonne-vendome-deboulonnee

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Regard sur les Anglais au début du XXe siècle

De Paris Ville Monde à la représentation de l’étranger dans L’Assiette au beurre.

Au début du XXe siècle, Paris est marqué par l’…

Napoléon III et Trochu - Faustin

Napoléon III et le général Trochu

Après la défaite de Sedan, la défense de Paris

En août 1870, une inéluctable succession de défaites mettent à terre le second Empire. La…

Napoléon III et le général Trochu
Napoléon III et le général Trochu
La question de la Sarre, un jugement de Salomon -  Kladderadatsch

La Sarre entre la France et l’Allemagne

La question de la Sarre après la Première Guerre mondiale

A l’issue de la Première Guerre mondiale, Clémenceau revendique le rattachement de la…

La naissance du mythe du ténor

La première moitié du XIXe siècle connaît un véritable engouement pour la musique en général et l’art du chant en particulier. La mode du…

Thérésa, la première vedette de café-concert

Thérésa « la diva du ruisseau »

Le Second Empire voit s’épanouir un nouveau type de divertissement qui séduit le public populaire comme…
Thérésa, la première vedette de café-concert
Thérésa, la première vedette de café-concert
Thérésa, la première vedette de café-concert

La troïka

Cette caricature est extraite de Gringoire, hebdomadaire de droite extrême (1928-1944) dominé par son éditorialiste, Henri Béraud. Le journal, qui…

La vogue du daguerréotype en France

L’industrie du portrait au daguerréotype

Mis au point en 1839 par Louis-Jacques-Mandé Daguerre (1787-1851), le daguerréotype est un procédé…

La vogue du daguerréotype en France
La vogue du daguerréotype en France
La vogue du daguerréotype en France
La vogue du daguerréotype en France

La crinoline dans tous ses états

Sous le Second Empire, les jupons superposés (jusqu’à six ou sept) laissent place au jupon à cerceaux, avatar de la crinoline. Mais cette nouvelle…

Kupka et l’Assiette au beurre : L’Argent

L’Assiette au beurre

Après la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, les interdictions qui frappent les journalistes, dessinateurs…

Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier

L’oligarchie de Juillet

Fragmentés en groupes concurrents, les parlementaires n’en constituaient pas moins une entité d’une exceptionnelle…

Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier
Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier
Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier