Maurice Chevalier au Casino de Paris

Maurice Chevalier au Casino de Paris

Date de création : 1938

Date représentée : 1938

H. : 0

L. : 0

© ADAGP, © Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC

http://www.bdic.fr

Maurice Chevalier au Casino de Paris

Date de publication : Janvier 2006

Auteur : Alexandre SUMPF

Le Casino de Paris, symbole des années music-hall

La carrière française de Maurice Chevalier est indissociablement liée au Casino de Paris. Ce music-hall a été fondé rue de Clichy en octobre 1890 afin de concurrencer le tout nouveau cœur de la nuit parisienne, le Moulin-Rouge. Après une période de déclin dans la première décennie du siècle, le Casino de Paris est relancé sous la direction de Léon Volterra. Au moment de l’arrivée des soldats américains en France, en 1917, ce dernier décide de prendre pour modèle les salles de Broadway et leurs décors éblouissants, leurs scénographies toujours plus audacieuses, leurs troupes toujours plus nombreuses et professionnelles. Né de la fusion entre la forte identité des chansonniers du cabaret, la tradition de la revue du café-concert et la modernité rythmique importée du Nouveau Monde, le music-hall parisien constitue dans l’entre-deux-guerres le spectacle par excellence. Sans conteste, la grande vedette de ces années-là est la « Miss », Mistinguett. Au début des années 1920, elle partage l’affiche du Casino de Paris avec Maurice Chevalier, étoile montante du music-hall à l’américaine.

Canotier, lippe et cambrure : les symboles du dandy des faubourgs

Charles Kiffer (1902-1992), ami proche de Maurice Chevalier (1888-1972), a dessiné les annonces des spectacles successifs du chanteur au Casino de Paris à la fin des années 1930. La composition de l’affiche pour Amours de Paris se caractérise par un équilibre parfait entre texte et dessin, et, dans le dessin, entre trois personnages qui synthétisent le contenu et le propos de la revue. Dans le cadre construit par la répétition du nom de la salle, le nom de la star apparaît en lettres immenses, et l’argumentaire publicitaire ne lésine pas sur l’hyperbole : la « grande et super revue » consiste à ce que Maurice Chevalier « joue » tous les rôles et offre à son public sa danse syncopée venue d’Amérique et ses chansons si populaires. L’image de Kiffer accomplit ce programme : la moitié gauche est entièrement occupée par le fameux regard de velours et la célèbre lippe. Le canotier, emblème du chanteur depuis 1921, échoit à un langoureux Cupidon de music-hall, cambré à la Chevalier. Enfin, la sensuelle chorus girl esquissée au milieu est prétexte à variations sur le thème du cœur : boucles de sandale, sourire, cache-sexe, font écho à la silhouette de la jeune femme – emblème du Paris qu’aiment les Américains et que Maurice Chevalier sait faire chavirer.

Maurice Chevalier, une vedette américaine à Paris

Dès 1917, Maurice Chevalier occupe la tête d’affiche du Casino de Paris. Puis, au cours des années 1920, il part pour les États-Unis et tourne à Hollywood. C’est donc auréolé d’une gloire désormais internationale que le chanteur revient en France pour deux spectacles triomphaux : Paris je t’aime (1937) et Amours de Paris (1938). S’il est entouré d’une importante troupe de danseurs et de musiciens, s’il est assisté de scénographes et de décorateurs expérimentés, il incarne à lui seul la revue et assure son succès. Sa célébrité consacre l’éclosion en France du vedettariat à l’américaine, fondé sur la publicité par tous les médias disponibles : cinéma, radio, affiches. Le music-hall mêle alors culture populaire de la revue et rythmes plus élitistes du jazz, tradition française du chansonnier et originalité scénographique d’outre-Atlantique. Maurice Chevalier est une icône à facettes : archétype du Français aux États-Unis, dandy parisien en canotier ou enjôleur canaille de la bohème des faubourgs, il est populaire parce qu’il sait à merveille refléter ces diverses figures.

Jacques CHARLES, Cent ans de music-hall. Histoire générale du music-hall, de ses origines à nos jours en Grande-Bretagne, en France et aux USA, Paris, Jeheber, 1956.

Jacques FESCHOTTE, Histoire du music-hall, Paris, P.U.F., coll. « Que sais-je ? », 1965.

Jean-Claude KLEIN, La Chanson à l’affiche. Histoire de la chanson française du café-concert à nos jours, Paris, Du May, 1991.

Denis-Constant MARTIN et Olivier ROUEFF, La France du jazz. Musique, modernité et identité dans la première moitié du XXe siècle, Marseille Parenthèses, 2002.

Alexandre SUMPF, « Maurice Chevalier au Casino de Paris », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/maurice-chevalier-casino-paris

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque

La République s’amuse

Après le régime si décrié du Second Empire (« la fête impériale »), la IIIe République a commencé par un retour…

Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque
Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque
Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque
Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque
Le Bal du Moulin de la Galette. Auguste Renoir

Le Moulin de la Galette

Le moulin de la Galette qui donne son titre à ces deux toiles se situait sur la butte Montmartre (annexée à Paris en 1860), à côté du moulin qui…

Le Moulin de la Galette
Le Moulin de la Galette

L’exposition russe de 1895 : l’alliance se donne en spectacle

L’alliance franco-russe et ses festivités

Après sa victoire sur la France à Sedan en 1870, l’Allemagne se rapproche sur le plan diplomatique et…

L’exposition russe de 1895 : l’alliance se donne en spectacle
L’exposition russe de 1895 : l’alliance se donne en spectacle
Hippodrome - Charles Levy

Le Cirque à Paris

L’âge d’or du cirque à Paris

La seconde partie du XIXe siècle voit le développement significatif d’une économie de loisirs, liée en…

Le Cirque à Paris
Le Cirque à Paris
Le Cirque à Paris
Le cinématographe Lumière

Le cinématographe Lumière

Les origines du cinéma

La fascination constante des hommes pour les représentations animées a conduit de nombreux savants de l’époque moderne à…

Le cinématographe Lumière
Le cinématographe Lumière
Asnières

Guinguettes et imagerie populaire

La guinguette, au cœur d’une nouvelle imagerie populaire

À la fin du XIXe siècle, les guinguettes constituent un référent culturel et…

Guinguettes et imagerie populaire
Guinguettes et imagerie populaire

Un théâtre du Boulevard à la Belle Epoque

Le théâtre au cœur de la vie parisienne

Depuis la monarchie de Juillet, les « grands boulevards » sont le centre de la vie parisienne. Cet ensemble…

La baraque de la Goulue et le bal Bullier

L’essor des spectacles dans le Paris de la Belle Époque

Sous l’impulsion du baron Haussmann, Paris se transforme en profondeur au cours de la…

La baraque de la Goulue et le bal Bullier
La baraque de la Goulue et le bal Bullier
La baraque de la Goulue et le bal Bullier
Îles Chausey

Femmes à la cigarette à la Belle Époque

Les années 1900

La période d’avant la Grande Guerre passe pour un âge d’or. Bien sûr, c’est le cas uniquement pour l’élite sociale du pays. Par…

Femmes à la cigarette à la Belle Époque
Femmes à la cigarette à la Belle Époque

La sociabilité urbaine au début du XIXe siècle

La civilisation urbaine au début du XIXe siècle

Si le monde citadin, durant le premier tiers du XIXe siècle, reste encore…

La sociabilité urbaine au début du XIX<sup>e</sup> siècle
La sociabilité urbaine au début du XIX<sup>e</sup> siècle