Football en banlieue ; le stade

Football en banlieue ; le stade

Auteur : LANOUX

Lieu de conservation : musée des Beaux-Arts (Rennes)
site web

Date de création : 1937

Date représentée : 1937

H. : 50 cm

L. : 62 cm

huile sur toile ; dépôt du musée du Louvre

© MBA, Rennes, dist. RMN - Grand Palais / Louis Deschamps

lien vers l'image

05-513163 / D1938-1-3

Football et culture urbaine

Date de publication : Juin 2021

Auteur : Alexandre SUMPF

Amateur et professionnel, sport et spectacle

En 1937, un peintre presque anonyme, signant du nom de Lanoux, réalise la peinture à l’huile intitulée Football en banlieue ; le stade. L’œuvre très colorée échappe à la classification : elle est proche du fauvisme dans l’ensemble, mais lorgne du côté du cubisme et même de l’abstraction. L’artiste n’a pas représenté un épisode tiré d’un match, mais choisit plutôt d’insérer ce sport populaire dans un décor de banlieue ouvrière et d’y intégrer des personnages énigmatiques.

À cette époque, le football s’est largement professionnalisé, deux coupes du monde ont été organisées et une troisième va se dérouler en 1938, justement en France. La Fédération française de football compte environ 5 000 clubs et 140 000 licenciés de tous âges.

En banlieue, là où les deux syndicats CGT comptent le plus d’adhérents, des structures ont développé depuis 1908 un réseau parallèle omnisports destiné aux ouvriers. La Fédération sportive et athlétique socialiste (FSAS), devenue la Fédération sportive du travail (FST) en 1919 puis la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) en 1934 suite à sa fusion avec l’Union des sociétés sportives et gymniques du travail (USSGT), rejette professionnalisme, spectacle et compétition au profit du développement individuel et collectif par le sport. En 1938, elle réunit 168 clubs de football, soutenus par les mairies socialistes et communistes, pratiquant un football aux règles repensées.

Sur le terrain

Les tons verts et rouges dominent la palette de la toile Football en banlieue ; le stade, dont la composition se découpe en trois plans.

Au premier, on distingue la paroi d’une cahute, sans doute la buvette du stade, portant une affiche pour le cirque Pinder, ainsi que la rambarde blanche sur laquelle les spectateurs debout peuvent s’appuyer pour regarder le jeu. De spectateurs, là ou sur les gradins en béton gris que l’on distingue à droite, il n’y a point. Ce n’est pas jour de match ni d’entraînement – on ne voit pas de ballon.

Pourtant, au deuxième plan, trois joueurs en tenue rouge et bleu matérialisent la perspective entre le terrain et les tribunes : le premier est accompagné d’une femme élégamment mise, le deuxième d’un homme en gabardine et chapeau qui tient un attaché-case, et le troisième semble en mouvement – peut-être s’échauffe-t-il. Les cinq personnages sont saisis de dos, comme furtivement.

À l’arrière-plan, se dresse un paysage d’usines et d’immeubles qui barrent le ciel et l’envahissent de fumée blanche.

Le sport des villes

Le caractère composite du style ne permet pas d’affilier l’artiste inconnu à telle ou telle école. La présence de l’affiche évoque le collage cubiste, le bâtiment monumental au fond à droite aurait pu être dessiné par De Chirico, l’association de bleu, rouge et vert propose peut-être un hommage discret à Cézanne…

Lanoux a choisi de composer une scène de genre dans le décor d’un stade mais, avec des personnages qui n’ont en apparence rien à voir avec le football, il évoque tout le tissu social autour des joueurs professionnels : leurs fiancées, leurs agents… mais pas le public, que l’on devine forcément populaire.

Les stades sont souvent situés en banlieue, comme celui de Colombes, agrandi pour les Jeux olympiques de 1924. Les équipes de France y jouent leurs matchs internationaux en alternance avec le Parc des Princes, situé à Paris. Le football se jouait avant la guerre dans des espaces publics libres de bâti – bois de Vincennes, jardin des Tuileries, places publiques, terrains vagues – et y concurrençait d’autres activités comme le maraîchage. Dans l’entre-deux-guerres, la construction de stades commerciaux pour les matchs de prestige (Parc des Princes en 1932), municipaux (stade Bauer à Saint-Ouen, agrandi en 1922 pour accueillir le tournoi olympique) et associatifs (stade Charléty pour le Paris université club en 1929) vient réguler l’usage d’un espace de plus en plus densément occupé.

L’attachement au stade tient autant à la présence de clubs résidents qu’aux efforts collectifs consentis, parfois par les joueurs eux-mêmes, pour viabiliser des terrains impropres à la pratique d’un sport exigeant une surface plane et égale pour que le ballon roule. Cet élan découle à la fois de la médiatisation de ce sport par les directs à la radio, les revues spécialisées (Football, de 1929 à 1944) et les gazettes municipales, ainsi que et de l’essor de la pratique sportive dans le cadre de l’hygiénisme social des municipalités socialistes et communistes. Plus encore que les matchs, le stade, sa pelouse et ses cages deviennent un élément permanent de la culture ouvrière.

CORREIA Mickaël, Une histoire populaire du football, Paris, La Découverte, 2018.

DIETSCHY Paul, Histoire du football, Paris, Perrin, coll. « Pour l’histoire », 2010.

SOREZ Julien, Le football dans Paris et ses banlieues de la fin du XIXe siècle à 1940 : un sport devenu spectacle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2013.

Alexandre SUMPF, « Football et culture urbaine », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 29/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/football-culture-urbaine

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Albums liés

Découvrez nos études

Les Lutteurs - Natalia Gontcharova

Le Fauvisme, un phénomène européen ?

L’Europe avant la Grande Guerre

Si les années 1900 sont, a posteriori, qualifiées de « Belle époque » en France, il n’en est pas de même dans le…

Le Fauvisme, un phénomène européen ?
Le Fauvisme, un phénomène européen ?
Le Fauvisme, un phénomène européen ?

Mondialiser la balle ronde

Première mondiale

Le 13 juillet 1930, aux antipodes, débute l’aventure de la Coupe du monde de football. C’est sous l’impulsion de Jules Rimet,…

Football et culture urbaine

Amateur et professionnel, sport et spectacle

En 1937, un peintre presque anonyme, signant du nom de Lanoux, réalise la peinture à l’huile…

L'essor de l'alpinisme

La deuxième grande date de l’alpinisme

L’invention de l’alpinisme remonte à la fin du XVIIIe siècle. Cette pratique sportive est celle…

Figures de l’aviateur en sportif, l’exemple d’Henri Farman

Si les pionniers de la conquête de l’air furent avant tout des ingénieurs et des bricoleurs de génie, à l’instar des frères Wright ou de Blériot, les…

Les courses cyclistes

Quand le cyclisme devient un sport

La fin des années 1860 voit naître un ensemble d’activités liées à la pratique du vélocipède. Parallèlement au…

Les courses cyclistes
Les courses cyclistes
Football - Robert Delaunay

Planète football

Un sport qui gagne ses lettres de noblesse

L’aquarelle Football a été réalisée en 1917-1918 à Sitges (Espagne) par Robert Delaunay (1885-1941),…

Le calendrier 1946 des Éclaireurs de France

Vendre le calendrier des Éclaireurs en 1945

Fin 1945, les quarante-quatre mille Éclaireurs de France vendent leur calendrier annuel illustré par…

Au vélodrome

Cyclisme sur route, cyclisme sur piste

À partir des années 1880, la pratique d’un cyclisme sportif se développe considérablement en France.…

Au vélodrome
Au vélodrome
Partie de rugby - André Lhote

La Diffusion du sport moderne

Diffusion du sport dans la société française

Le développement du sport moderne en France a des origines diverses. L’ascendance britannique compte…