Le Petit ramoneur

Le Petit ramoneur

Porteurs de farine, scène parisienne

Porteurs de farine, scène parisienne

La Ravaudeuse

La Ravaudeuse

Scène et mœurs de Paris. Paris qui s’éveille

Scène et mœurs de Paris. Paris qui s’éveille

Le Petit ramoneur

Le Petit ramoneur

Date de création : 1891

Date représentée : 1891

H. : 0

L. : 0

© RMN-Grand Palais / Daniel Arnaudet

Lien vers l'image

19841 - 86-000526

Les Cris de Paris

Date de publication : Janvier 2007

Auteur : Charlotte DENOËL

Histoire des cris de Paris

Les cris des marchands ambulants remontent à l’époque médiévale. Première forme orale de publicité, ils faisaient partie intégrante du bruit des villes. L’un des plus anciens témoignages historiques sur les cris de Paris nous est fourni par Le livre des métiers d’Étienne Boileau, ouvrage du XIIIe siècle où l’auteur décrit les mœurs et les coutumes des marchands. Le criage y apparaît comme un service public placé sous la dépendance de l’autorité royale. Hommes, femmes ou enfants déambulaient dans les rues et criaient leurs marchandises ou leurs services pour attirer le chaland. Chaque corps de métier possédait son propre cri caractéristique. Cette forme de commerce nomade s’est perpétuée tout au long de l’époque moderne, faisant concurrence aux échoppes et boutiques ayant pignon sur rue.

Les cris de Paris, une tradition iconographique

D’une grande diversité, les cris des commerçants ambulants furent célébrés à toutes les époques aussi bien par les écrivains que par les artistes. Dans La Prisonnière, volume publié en 1923, Marcel Proust a consacré plusieurs pages célèbres aux scènes de rue parisiennes, évoquant en particulier les marchands ambulants et leurs cris variés qui « orchestraient légèrement l’air matinal, en une « ouverture pour un jour de fête » ». Son témoignage rejoint celui des peintres et des graveurs du XIXe siècle qui se sont intéressés aux petits métiers parisiens. Héritiers d’une longue tradition iconographique, ceux-ci rendent compte de leur diversité et en brossent des portraits individuels. C’est ainsi qu’à la fin du XIXe siècle les peintres Pierre Carrier-Belleuse et Ulysse Roy ont représenté dans une veine réaliste des livreurs de farine devant une boulangerie pour l’un, un petit ramoneur pour l’autre, s’attachant à dépeindre avec précision leurs attitudes et leurs caractères distinctifs. La figure du ramoneur, d’origine savoyarde ou piémontaise, est un lieu commun dans l’art et la littérature : Rabelais l’évoquait déjà en 1532 dans son Pantagruel. Ce travail était traditionnellement exercé par des enfants qui, grâce à leur petite taille, pouvaient se glisser dans les conduits de cheminée de plus en plus étroits. Noir de suie, le petit ramoneur d’Ulysse Roy porte son instrument de travail sur le dos, un hérisson, et fait retentir son chant dans les rues. Les petits métiers ont également fait l’objet de scènes de genre, telle cette estampe en couleur où Jean-Baptiste Mallet a représenté une ravaudeuse installée dehors, au pied d’une maison, son attirail autour d’elle, ou cette autre estampe anonyme intitulée Paris qui s’éveille. Dans cette dernière, l’artiste s’est plu à croquer sur le vif l’animation d’une rue parisienne le matin, avec les boutiquiers ouvrant leurs échoppes et les commerçants ambulants arpentant le pavé en quête de clients. L’attirail et les postures variées de ces derniers permettent d’y reconnaître entre autres un ramoneur, un chiffonnier et un marchand de chapeaux.

Déclin des petits métiers

D’un point de vue historique, ces différentes œuvres offrent un précieux témoignage sur le vieux Paris et ses personnages typiques, à une époque où les petits métiers commençaient à se raréfier. Florissants tout au long de l’époque moderne, ceux-ci virent en effet leur existence menacée par la révolution industrielle : avec le développement des usines et l’accroissement de la population ouvrière, le nombre d’artisans indépendants ne cessa de reculer dès la fin du XIXe siècle. Notons que si ce déclin fut progressif, ces métiers restèrent vivaces durant l’entre-deux-guerres pour ne disparaître vraiment que dans les années 1950. La métamorphose de Paris, entamée sous le préfet Haussmann, et une réglementation plus stricte de la voirie n’y furent pas non plus étrangères. Dès le milieu du XIXe siècle, pressentant le changement, de nombreuses voix s’élevèrent ainsi parmi les écrivains, Balzac en tête, pour déplorer cette disparition progressive des petits métiers et des cris parisiens, tandis qu’on commençait à s’intéresser d’un point de vue folklorique à leurs particularités et à leurs aspects pittoresques. Tandis que la fin du XIXe siècle vit la publication de nombreux ouvrages traitant de ce sujet, les photographes, professionnels comme amateurs, profitèrent des facilités que leur offraient les progrès de la technique photographique pour descendre dans la rue et fixer sur le papier le souvenir de ces petits métiers. Eugène Atget, en particulier, leur consacra plusieurs séries documentaires dans le cadre de son travail sur les scènes de rue à Paris.

Jean FAVIER, Paris, deux mille ans d’histoire, Paris, Fayard, 1997.

Alfred FRANKLIN, Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le treizième siècle, Paris-Leipzig, H.Welter, 1906 (rééd.Marseille, Laffitte Reprints, 1977).

MASSIN, Les Cris de la ville : commerces ambulants et petits métiers, Paris, Gallimard, 1978.Marcel POUST, La Prisonnière, Paris, Gallimard, 1954.

Fabienne REBOUL-SCHERRER, Petits métiers des villes, petits métiers des champs, Paris, France Loisirs, 2005.Vincent MILLOT, Les Cris de Paris, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996.

Petits métiers et types parisiens vers 1900 : Atget, Géniaux, Vert, catalogue de l’exposition du musée Carnavalet, 6 novembre 1984-13 janvier 1985, Paris, Musée Carnavalet, 1984.

Petits métiers – Paris 1900, 800 cartes postales. Hommage à Albert Monier, catalogue de l’exposition organisée dans les mairies des 15e et 17e arrondissements, Paris, Délégation à l’action artistique, 1982.

Charlotte DENOËL, « Les Cris de Paris », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 18/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/cris-paris

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le Galant Colporteur

En 1734, François Boucher reçoit la commande d’une série de tableaux pour les tapisseries de la manufacture de Beauvais. Le Petit colporteur,…

Plus jamais ça !

« Plus jamais ça ! »

La Grande Guerre, par sa durée insupportable, l’extension et la multiplication de ses fronts, l’expérience des tranchées et…

Plus jamais ça !
Plus jamais ça !

Les petits métiers et la musique populaire

Petits métiers des villes, petits métiers des champs

Dans son opéra naturaliste Louise, créé en 1900, le compositeur Gustave Charpentier rendait…

Les petits métiers et la musique populaire
Les petits métiers et la musique populaire

Le renouveau religieux du milieu du XIXe siècle

Le milieu du XIXe siècle est marqué, dans les pays catholiques occidentaux, et notamment en France, par un nouvel élan religieux qui…

La Petite blanchisseuse - Pierre Bonnard

Les métiers de rue des enfants pauvres

La loi du 22 mars 1841 réglementant le travail juvénile ne concerne que les établissements employant plus de vingt salariés. De fait, au moins…

Les métiers de rue des enfants pauvres
Les métiers de rue des enfants pauvres
Les métiers de rue des enfants pauvres

Les enfants dans la guerre de 1914-1918

Mobilisé en août 1914 dans l’armée territoriale, le « père des gosses », Francisque Poulbot, est réformé quelques mois plus tard, en février 1915…

Les enfants dans la guerre de 1914-1918
Les enfants dans la guerre de 1914-1918
Les enfants dans la guerre de 1914-1918

Le Mouvement de l’enfance ouvrière ou « Faucons rouges »

Le Mouvement de l’enfance ouvrière (MEO), ou Faucons rouges, appelle à une grande manifestation festive à la Mutualité le dimanche 9 mars 1947 (l’…

La mort chez l’enfant au XIXe siècle

Pendant longtemps, une grande partie des nouveau-nés a été promise à la mort. Sous l’Ancien Régime, les maladies comme la variole et la diphtérie…

La mort chez l’enfant au XIX<sup>e</sup> siècle
La mort chez l’enfant au XIX<sup>e</sup> siècle

Portrait du Prince impérial

Au zénith lors du Congrès de Paris de 1856, le prestige de la France en Europe n’était déjà plus qu’un lointain souvenir en 1870. Le 3 juillet 1866,…
Biberon Robert

L'usage du biberon

Lait mortel

La notion d’hygiène apparaît au XVIIIe siècle, avec un intérêt particulier pour les enfants et les nouveau-nés. Des…

L'usage du biberon
L'usage du biberon