Les tricoteuses jacobines.

Les tricoteuses jacobines.

Date représentée :

H. : 0

L. : 0

Gouache.

© Photo RMN - Grand Palais - Bulloz

http://www.photo.rmn.fr

01-022115

Les tricoteuses pendant la Révolution française

Date de publication : Décembre 2008

Auteur : Charlotte DENOËL

La situation des femmes au début de la Révolution française

Les premières années de la Révolution française ont vu naître un courant en faveur d’une amélioration de la condition féminine. Très vite s’est posée la question des droits des femmes, dans le sillage de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (26 août 1789), selon laquelle « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit » (art. 1er). Rien n’étant prévu pour les femmes dans ce texte, Condorcet rédige le 3 juillet 1790 le traité Sur l’admission des femmes au droit de cité, où il déclare : « Celui qui vote contre le droit d’un autre, quels que soient sa religion, sa couleur ou son sexe, a dès lors abjuré les siens. » Olympe de Gouges lui emboîte le pas en septembre 1792 avec sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, dont le premier article fait écho à celui de la Déclaration des droits de l’homme : « La femme naît et demeure égale à l’homme en droits. » S’appuyant sur ce principe fondamental, Olympe de Gouges revendique pour les femmes la participation à la vie politique et au suffrage universel. Sur le plan civil, ce féminisme théorique entraîne l’adoption de plusieurs décrets qui visent à améliorer la condition des femmes : reconnaissance des droits des femmes dans les successions (8 avril 1791), institution du divorce (30 août 1792), admission des femmes comme témoins à l’état civil (20 septembre 1792).

Les tricoteuses ou l’engagement politique des femmes

L’année 1793 est marquée à Paris par un fort engagement politique de femmes issues des milieux populaires dans la lutte contre les Girondins, le fédéralisme et les modérés. On les retrouve alors dans les tribunes publiques des assemblées de section ou de la Convention, aux côtés des sans-culottes, pour défendre l’action des Jacobins, ainsi que le montre cette gouache haute en couleur récemment attribuée aux frères Jean-Baptiste et Pierre-Étienne Lesueur. D’un grand intérêt documentaire, elle appartient à un ensemble de gouaches représentant des scènes et des personnages de l’époque révolutionnaire et probablement destinées à un petit théâtre. La légende, sans doute ajoutée postérieurement, identifie les figures représentées comme des tricoteuses jacobines en l’an II. Surnommées ainsi péjorativement en référence à une occupation à laquelle elles auraient normalement dû se livrer en privé, au sein de leur foyer, au lieu de s’afficher sur la scène publique, ces trois femmes prêtent une oreille attentive aux délibérations de la Convention. L’expression farouche de la femme debout à droite, mains sur les hanches, est à la mesure de son engagement politique et de sa détermination contre les Girondins.

Ces femmes furent l’un des maillons les plus actifs du mouvement révolutionnaire, à Paris et en province. Tandis qu’elles soutenaient les motions révolutionnaires dans la tribune des Jacobins à la Convention et se réunissaient au sein de clubs politiques, comme celui des Citoyennes Républicaines Révolutionnaires, créé le 10 mai 1793, elles entretenaient sur le terrain une agitation populaire permanente, appelant à l’insurrection contre les Girondins, en particulier du 31 mai au 2 juin 1793, journées qui virent la chute de la Gironde, et s’attroupant autour de la guillotine chaque fois que celle-ci était utilisée contre les ennemis de la Révolution. De ce fait, ces « tricoteuses » ont laissé dans la mythologie collective une image fantasmatique souvent faussée, celle de monstres assoiffés de sang, aux antipodes d’un ordre naturel dans lequel la femme doit remplir son rôle de mère et d’épouse aimante, sans s’engager dans une quelconque activité politique qui la ferait sortir de la sphère privée.

La réaction politique contre les femmes

Cette vision négative de la femme a conduit les autorités à tenter de réprimer cette sans-culotterie féminine à partir des années 1794-1795, lors de la réaction thermidorienne. Dès l’automne 1793, les clubs féminins, et en particulier celui des Citoyennes Républicaines Révolutionnaires, sont interdits, et les femmes se voient refuser le droit à la citoyenneté, qu’elles revendiquaient depuis la déclaration d’Olympe de Gouges. Cette dernière sera d’ailleurs exécutée sur l’échafaud le 13 brumaire de l’an II (3 novembre 1793) pour ses prises de position girondines. La répression à l’encontre des « tricoteuses de Robespierre » se durcit à la suite des journées de Thermidor (27-29 juillet 1794), durant lesquelles les robespierristes furent arrêtés et exécutés : le 1er prairial de l’an III (20 mai 1795), la Convention interdit aux femmes l’accès à ses tribunes, elles sont pourchassées durant la nuit, puis, trois jours plus tard, bannies de toute forme d’assemblée politique et de tout attroupement de plus de cinq personnes dans la rue. Cette volonté de tenir les femmes à l’écart de la vie politique, quel que soit le parti dont elles se réclament, reflète les craintes de la société quant à la possible violence des femmes, qui a parfois pris des proportions démesurées en l’an II.

Le bilan de la Révolution française apparaît donc mitigé pour les femmes : si on leur reconnaît désormais une personnalité civile et une certaine égalité par rapport aux hommes en matière de succession, de majorité civile ou de divorce, elles sont pourtant exclues des débats politiques, et il faudra attendre la loi du 2 novembre 1945 pour que le droit de vote leur soit accordé, puis la Constitution du 27 octobre 1946 pour que l’égalité des hommes et des femmes dans tous les domaines soit établie.

Philippe de CARBONNIÈRES, Lesueur. Gouaches révolutionnaires. Collections du musée Carnavalet, Paris, Paris musées-Éditions Nicolas Chaudun, 2005.Marie-Paule DUHET, Les Femmes et la Révolution, 1789-1794, Paris, Gallimard, coll. « Archives », 1979.Dominique GODINEAU, Citoyennes tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Aix-en-Provence, Alinéa, 1988, 2e éd., Paris, Perrin, 2003.Dominique GODINEAU, « Histoire d’un mot : tricoteuse de la Révolution française à nos jours », Langages de la Révolution, Paris, I.N.A.L.F.-Klincksieck, 1995.Jean-René SURATTEAU et François GENDRON, Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, P.U.F., 1989.Jean TULARD, Jean-François FAYARD et Alfred FIERRO, Histoire et dictionnaire de la Révolution française, Paris, Laffont, 1987.

Charlotte DENOËL, « Les tricoteuses pendant la Révolution française », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 27/01/2023. URL : histoire-image.org/etudes/tricoteuses-revolution-francaise

Anonyme (non vérifié)

Il serait bien de citer aussi des textes en faveur des femmes comme : Saint-Just "Chez les peuples vraiment libres, les femmes sont libres et adorées." L'esprit de la Révolution.

Condorcet : rédige le 3 juillet 1790 le traité Sur l’admission des femmes au droit de cité, où il déclare : « Celui qui vote contre le droit d’un autre, quels que soient sa religion, sa couleur ou son sexe, a dès lors abjuré les siens. »

http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.manage&bid=585685&pid=29356510

mar 21/02/2017 - 10:36 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Réunion du Comité pour le vote des femmes sous la présidence de madame Maria Vérone, avocate et féministe (assise, à droite, tête nue). Paris, 1914

Le vote des femmes en France : le « référendum » du 26 avril 1914

Le mouvement « suffragiste » français en pleine effervescence

Si plusieurs associations françaises avaient milité pour le droit de vote des…

Centre de propagande pour le vote des femmes, dirigé par Louise Weiss, leader des associations féministes françaises. De gauche à droite : Maryse Demour, Hélène Roger-Viollet, Jeanine Nemo, Louise Weiss et Clara Simon. Paris, février 1936

Louise Weiss, féministe des années 1930

La cause du droit de vote des femmes en 1936.

Durant la première guerre mondiale, la grande majorité des associations féministes françaises mettent…

Olympe de Gouges

Olympe de Gouges

Les femmes et la Révolution

La participation politique des femmes aux événements s’est affirmée durant la Révolution française. Tantôt dans la…

Portrait de famille - Paul-Albert Laurens

L'évolution de la mode féminine 1880-1920

Au seuil du XXe siècle, la silhouette de la femme change radicalement. L’effet de cette transformation apparaît non seulement dans les…

L'évolution de la mode féminine 1880-1920
L'évolution de la mode féminine 1880-1920
L'évolution de la mode féminine 1880-1920
L'évolution de la mode féminine 1880-1920

Les femmes, la guerre et la paix

Un pacifisme né de la Grande Guerre

Les syndicats européens, anticapitalistes, se positionnent à l’écart de l’Internationale où règnent les…

Les femmes, la guerre et la paix
Les femmes, la guerre et la paix
Exposition internationale des arts et techniques, Paris 1937 : manifestation pour le droit de vote des femmes françaises, devant le micro Louise Weiss

1937 : les « actions » féministes

Militantismes

La victoire du Front populaire aux élections législatives d’avril-mai 1936 fait souffler un vent de liberté et de progrès social sur…

Les suffragettes

Les Françaises veulent voter
L’Union française pour le suffrage des femmes, créée en 1909 par Jeanne Schmahl avec l’appui du journal La…

L'Arrestation de Louise Michel.

Louise Michel et sa légende

La répression des communards : le cas de Louise Michel

Institutrice républicaine, cantinière pendant le siège de Paris, oratrice au club de la…

Louise Michel et sa légende
Louise Michel et sa légende

Séverine, une figure de l'idéal socialiste

Caroline Rémy, née en 1855 dans une famille de la petite bourgeoisie parisienne fut largement connue de ses contemporains comme « une des plus…

Comité national des femmes contre la guerre et le fascisme - 1936

Le vote des femmes en France : féminisme, pacifisme et antifascisme à l’heure du Front populaire

Le Comité National des Femmes contre la guerre et le fascisme

Dans les années 1920 et 30, les suffragistes organisent des campagnes pour…