" Biberon Robert. le Meilleur n'épuisant pas les enfants "

" Biberon Robert. Perfectionné sans tube "

" Biberon Robert. le Meilleur n'épuisant pas les enfants "

Date de création : Senconde moitié du XIXe siècle

Date représentée :

H. : 38,3 cm

L. : 25,1 cm

Plaque publicitaire. 

Imprimerie : Revon et Cie, 

Fer blanc peint et doré. Lettres et décor en relief embouti.

© MuCEM, Dist RMN - Grand Palais / Jean-Gilles Berizzi

Lien vers l'image

1996.48.7 - 08-521906

L'usage du biberon

Date de publication : Novembre 2008

Auteur : Valérie RANSON-ENGUIALE

Lait mortel

La notion d’hygiène apparaît au XVIIIe siècle, avec un intérêt particulier pour les enfants et les nouveau-nés. Des hospices sont créés pour recueillir les enfants trouvés, et l’assistance publique prend son essor. Le progrès social ne peut se faire sans une politique publique sur l’hygiène. La viabilité et la bonne santé du bébé et de l’enfant font partie intégrante de cette évolution. Dans le cadre d’une situation démographique critique où la dénatalité est liée à la forte mortalité infantile, un puissant courant nataliste se met en place. S’il va de soi que la meilleure des alimentations pour un nouveau-né est le lait de sa mère, il est parfois nécessaire de recourir à l’allaitement artificiel. Les données recueillies par les médecins chargés d’appliquer la loi Roussel – Théophile Roussel, médecin et homme politique, fait adopter en 1874 une loi qui met en place un Comité supérieur de protection de l’Enfance et établit la surveillance de tout enfant de moins de deux ans, placé en nourrice – démontrent qu’avant les découvertes de Pasteur, un grand nombre d’enfants placés en nourrice étaient allaités autrement qu’au sein. La qualité du lait et du biberon va être au centre des préoccupations des médecins et des hygiénistes du XIXe siècle.

L'allaitement industriel

Qu’il soit en terre, en étain ou en verre, le biberon existe sous des formes très variées depuis l’Antiquité. Face à la pratique répandue de l’allaitement artificiel, une importante entreprise va se spécialiser dans ce commerce : celle d’Édouard Robert. Fondée à Dijon en 1869, elle est transférée à Paris vers 1880 et fabrique des millions de biberons, de tétines aux formes variées. Cet empire occupe alors tout un quartier de Paris, dont il reste aujourd’hui la rue Édouard Robert, dans le 12e arrondissement.

La plaque publicitaire rappelle le formidable succès du biberon à tube inventé vers 1860. Le tube, long parfois de cinquante centimètres, permet au bébé de se nourrir seul, à volonté, libérant ainsi une nourrice souvent accaparée par plusieurs nourrissons. Dans un cadre doré de style rocaille est représenté un bébé, blond aux yeux bleus, une médaille autour du cou. Il est assis dans un nid au milieu d’un arbre en fleurs, tétant seul un biberon à long tuyau. La publicité restitue ici une image apaisée d’un enfant autonome qui attend dans son nid. Le biberon à tube connaît ainsi un engouement constant chez les mères et les nourrices. Mais ce modèle, déclaré dangereux lors d’un débat au Parlement, finit par être interdit en France. Impossible à nettoyer, le tube en caoutchouc favorise en effet la prolifération de microbes et, par là même, le décès du bébé intoxiqué.

La deuxième plaque publicitaire montre un biberon dit de forme « limande » avec une tétine. L’accroche précise que ce biberon est sans tube, caution de salubrité pour l’enfant. Dans un souci de rassurer, la maison Robert fait état de ses brevets et des nombreuses récompenses qui lui ont été décernées à travers le monde : médaille d’or à Bruxelles et à Melbourne en 1880, à Paris en 1882, 1883 et 1887, entre autres. Elle précise : « 26 ans de succès, deux millions de biberons vendus par an. » L’entreprise affiche ainsi sa longévité dans le domaine, gage de professionnalisme et de sérieux. Le succès est immense et la popularité de la marque ira jusqu’à donner son nom, en argot, aux seins des femmes.

Lait scientifique et sain

Le grand danger de l’alimentation au biberon vient de l’absence d’hygiène, d’une mauvaise conservation du lait, de l’utilisation de lait cru et souvent falsifié, et de l’emploi de biberons en métal rouillé. En 1881, le docteur Fauvel révèle devant l’Académie de médecine que, sur trente et un biberons examinés, vingt-huit contiennent des végétations cryptogamiques et de très nombreuses colonies de microbes de la diarrhée infectieuse et du choléra infantile. En 1885, ce type de contamination entraîne la mort de 20 et 30 % des nourrissons, et il faut attendre le Congrès international de l’hygiène de 1889 pour voir enfin le corps médical recommander à l’unanimité un lait bouilli. Cette même année, le rapport de l’Exposition universelle consacre un chapitre à l’hygiène du lait et se préoccupe du mode de stérilisation, sans addition chimique. En effet, le lait recueilli par Louis Pasteur dans des vases stérilisés s’est avéré vierge de bactéries. Pour obtenir du lait sain, le contrôle sanitaire des étables s’impose (afin de détecter les vaches porteuses de la tuberculose) tout comme la mise en vente de lait pasteurisé et l’éducation des mères à la stérilisation domestique. Ces mesures entraînent une baisse sensible de la mortalité infantile à laquelle contribue l’emploi croissant des objets d’hygiène vantés par une publicité qui concerne de plus en plus l’intimité de la cellule familiale.

Anne COVA, Maternité et droits des femmes en France (XIXe-XXe siècle), Paris, Anthropos, 1997.

Geneviève DELAISI DE PARSEVAL et Suzanne LALLEMAND, L’Art d’accommoder les bébés, Paris, Odile Jacob, 1998.

Marie-Claude DELAHAYE, Bébés au biberon, petite histoire de l’allaitement, Paris, Éditions Hoëbeke, 2003.

Nourrice ou crèche - Histoire de l’enfant gardé au XIXe siècle, catalogue de l’exposition du musée du château Saint-Jean, 4 juillet-12 octobre 1998, Nogent-le-Rotrou, 1998.

Valérie RANSON-ENGUIALE, « L'usage du biberon », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 13/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/usage-biberon

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Portrait du jeune Trioson

Découverte de l’enfance

Au XVIIIe siècle, l’enfant devient un être digne d’intérêt. Son univers intrigue et fascine. La société commence à se…

Portrait du Prince impérial

Au zénith lors du Congrès de Paris de 1856, le prestige de la France en Europe n’était déjà plus qu’un lointain souvenir en 1870. Le 3 juillet 1866,…

École de jeunes filles en Algérie

Un intérêt croissant pour l'Algérie

Après la prise d’Alger par les Français le 5 juillet 1830, la monarchie de Juillet, un temps hésitante,…

Petites dentellières

Le travail en atelier et en manufacture

En France, jusqu’aux années 1820, le travail des enfants, qui aident les adultes dans leurs tâches agricoles ou artisanales, ne fait pas débat.…

Le travail en atelier et en manufacture
Le travail en atelier et en manufacture

Le nouveau visage de l’amour maternel

En 1786, Elisabeth Vigée Le Brun réalise un autoportrait avec sa fille, exposé au Salon de 1787. Le tableau touche à ce point le public par la…

Le nouveau visage de l’amour maternel
Le nouveau visage de l’amour maternel
Le nouveau visage de l’amour maternel

La mort chez l’enfant au XIXe siècle

Pendant longtemps, une grande partie des nouveau-nés a été promise à la mort. Sous l’Ancien Régime, les maladies comme la variole et la diphtérie…

La mort chez l’enfant au XIX<sup>e</sup> siècle
La mort chez l’enfant au XIX<sup>e</sup> siècle

Naissance de la puériculture

A la fin du XIXe siècle, l'émergence et la reconnaissance de spécialités marquent l'histoire de la médecine. Ce mouvement doit autant à l'évolution…
Naissance de la puériculture
Naissance de la puériculture
Naissance de la puériculture
Biberon Robert

L'usage du biberon

Lait mortel

La notion d’hygiène apparaît au XVIIIe siècle, avec un intérêt particulier pour les enfants et les nouveau-nés. Des…

L'usage du biberon
L'usage du biberon

Les enfants dans la guerre de 1914-1918

Mobilisé en août 1914 dans l’armée territoriale, le « père des gosses », Francisque Poulbot, est réformé quelques mois plus tard, en février 1915…

Les enfants dans la guerre de 1914-1918
Les enfants dans la guerre de 1914-1918
Les enfants dans la guerre de 1914-1918

Plus jamais ça !

« Plus jamais ça ! »

La Grande Guerre, par sa durée insupportable, l’extension et la multiplication de ses fronts, l’expérience des tranchées et…

Plus jamais ça !
Plus jamais ça !