Carte de citoyen actif.

Carte de citoyen actif.

Date de création : 1790

Date représentée : 1790

H. : 19

L. : 12,8

Carte de citoyen actif portant le numéro 107, établie par la section parisienne du Luxembourg pour "M. Le Roy", le 1er juillet 1790. Cette carte porte la mention manuscrite "inscrit garde national" et la signature de Lablée, administrateur de la municipalité. AE/II/3641 Imprimé

© Centre historique des Archives nationales - Atelier de photographie

http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr

AII/II/3641

Les citoyens actifs

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS

Les conditions du suffrage

Sieyès élabore la distinction entre « citoyens actifs » et « citoyens passifs ». Tout Français est citoyen mais ne dispose pas de ce fait du droit de vote. L’Assemblée constituante édifie un régime d’étagement des droits politiques d’après des seuils fiscaux. Elle exclut les pauvres et n’accorde aux moins pauvres que le droit de désigner une minorité d’électeurs fortunés. Ne peuvent être électeurs les « citoyens passifs » : les femmes, les personnes en état d’accusation, les faillis, les insolvables et les domestiques, particulièrement nombreux à l’époque, qui sont exclus du droit de vote comme citoyens non indépendants.

Pour être « citoyen actif », il faut avoir au moins 25 ans, résider dans la ville ou le canton depuis au moins une année, être inscrit au rôle de la garde nationale dans la municipalité du domicile, avoir prêté le serment civique et acquitté le paiement d’une contribution directe égale à trois jours de travail.

On estime cependant à plus de quatre millions les « citoyens actifs » de 1790, chiffre considérable si on le rapporte aux 200 000 électeurs de la France de Louis-Philippe cinquante ans plus tard. Cette différence provient du fait que les régimes politiques ultérieurs relèveront le seuil des contributions requises pour la citoyenneté active.

Carte d’électeur

Sous l’emblème de Paris, cette carte (13x19 cm) identifie comme citoyen actif le sieur Le Roy. Elle a été établie le 1er juillet 1790 par la section du Luxembourg, l’une des quarante-huit sections de Paris qu'a définies la loi votée le 21 mai par l’Assemblée constituante, ratifiée par le roi le 27 juin 1790. Celle-ci donne aux sections un rôle essentiellement électoral d’assemblées primaires.

La mention manuscrite : « Inscrit garde national » indique le lien entre la dignité de citoyen actif et le service civil dans la garde nationale.

La mise en place de la nouvelle organisation administrative en 1790

La réglementation de la citoyenneté politique au début de la Révolution est révélatrice des idées de 1789. Les hommes de la Constituante ont décrété l’égalité, mais considéraient que l’aptitude au gouvernement et à la vie publique naît de l’indépendance et de l’instruction, donc de la propriété et de l’aisance.

Les « citoyens actifs » désignent les électeurs du second degré, niveau où sont choisis les éligibles qui élisent la nouvelle administration et forment le nouvel encadrement du pays.

François FURET La Révolution 1770-1880 Paris, Hachette, 1988.Albert SOBOUL Dictionnaire historique de la Révolution Paris, PUF, 1989

Luce-Marie ALBIGÈS, « Les citoyens actifs », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 09/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/citoyens-actifs

Anonyme (non vérifié)

La distinction citoyens actifs/passifs ne reflète pas l'esprit de 1789 mais plutôt les opinions de Sieyes!
Votre lecture est celle de Burke et de l'ecole contre révolutionnaire (Rehberg, Brandes, etc.), qui attribuaient cette distinction à la Déclaration de 1789 elle-meme! (sans oubler Marx...)
Il est, au contraire, essentiel et urgent de s'interroger sur ce traitement de cette Déclaration par les révolutionnaires eux-memes ( relire les protestations à ce sujet de Babeuf, des années plus tard, avant son execution)
Bien à vous
Michel Piquet

mar 28/11/2017 - 12:21 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'antiparlementarisme des années 30

Lorsque les radicaux soutenus par les socialistes reviennent au pouvoir en mai 1932, la crise économique à laquelle la France a échappé jusqu’en…

L'antiparlementarisme des années 30
L'antiparlementarisme des années 30

L'ère nouvelle de la presse au début de la Révolution

La liberté d’expression au début de la Révolution

À partir de 1789, les événements suscitent une insatiable soif de nouvelles. La Déclaration des…

Portrait du père Gérard

Réunis à Versailles le 5 mai 1789 dans le cadre des états généraux, les députés du tiers état se déclarent Assemblée nationale constituante le 9…

Les barrières de Paris

Les lois économiques de la Constituante

Au début de la Révolution française, les sites de prélèvement de l’octroi sont pris pour cible et…

Les barrières de Paris
Les barrières de Paris

La mutinerie de Nancy, août 1790

L’affaire de Nancy : un épisode marquant de la Révolution française

Le 31 août 1790, le marquis de Bouillé, gouverneur des Trois-Évêchés à Metz,…

A la lanterne !

La montée de la violence en juillet 1789

Le renvoi de Necker par le roi, en juillet 1789, apparaît dans le contexte angoissé et agité de la…

A la lanterne !
A la lanterne !
A la lanterne !
A la lanterne !
Prise de la Bastille et arrestation du gouverneur M. de Launaye

L'arrestation du gouverneur de la Bastille, le 14 juillet 1789

A Paris, la nouvelle du renvoi de Necker le 11 juillet 1789 provoque de nombreuses manifestations. Le 14, à la suite du refus du gouverneur des…

Brevet de volontaire de la garde nationale

La garde nationale en juillet 1790

La garde nationale n’est pas initialement destinée à protéger le royaume contre une agression extérieure, elle n…

La division de la province de Bretagne en cinq départements

Un accord unanime

La carte d’origine, gravée dans son cadre gradué, était dédiée en 1771 au duc de Duras (1715-1789), noble et militaire de haute…

Un pamphlet contre l'aristocratie

La hantise du complot aristocratique

En 1789, un mécontentement général contre la réaction seigneuriale s’ajoute à la vive effervescence déclenchée…

Un pamphlet contre l'aristocratie
Un pamphlet contre l'aristocratie