Affiche publicitaire pour le Méditerranée express.

Affiche publicitaire pour le Méditerranée express.

Date de création : 1889

Date représentée :

H. : 115

L. : 87,5

Lithographie coloriée

© Photo RMN - Grand Palais - G. Blot

http://www.photo.rmn.fr

05-509311 / 61.18.59F

Le Paris-Méditerranée

Date de publication : Janvier 2012

Auteur : Alexandre SUMPF

La Méditerranée à portée de rail

Si la côte d’azur est un lieu de villégiature pour les plus fortunés depuis le XVIIIe siècle, elle devient véritablement un lieu de tourisme au milieu du XIXe siècle. Encore réservée à une très petite minorité composée des classes les plus aisées de France et d’Europe, elle attire cependant de plus en plus de monde dans ses hôtels, casinos et villas plus ou moins luxueuses.

Un essor notamment rendu possible par le développement du train à vapeur, qui rapproche la Méditerranée des grandes métropoles européennes, parmi lesquelles Londres ou Paris. Ainsi, et depuis les années 1840, le réseau ferré se développe, de même que les grandes compagnies ferroviaires, publiques et privées, qui exploitent ce dernier. Dans la lignée du PLM (Paris-Lyon-Marseille) créé en 1857, la Compagnie des wagons-lits voit le jour en 1872, avant d’être rebaptisée

Compagnie internationale des wagons-lits et des grands express européens en 1884. L’entreprise française (d’origine belge) spécialisée dans les trains de luxe en wagons-lits salons et restaurants peut ainsi proposer à ses futurs clients un voyage sur le Méditerranée Express, comme en témoigne l’affiche publicitaire datant de 1889 ici proposée à l’étude.

De la grisaille à l’azur


Méditerranée Express associe une représentation stylisée et symbolique à des informations pratiques. Ces dernières présentent par écrit le service proposé (en haut), la Compagnie qui les propose (en haut à gauche), mais aussi les horaires de départ et d’arrivée (au centre gauche et en bas), ainsi que les gares desservies. La réclame se veut donc précise, ce qui facilite la démarche des acheteurs et suggère le sérieux et la performance (la rapidité et le confort évoqués en haut à droite) du service.

S’agissant d’une lithographie, la finesse du trait est remarquable, évoquant plus la peinture que le dessin traditionnellement utilisé pour ce support et cette fonction publicitaire. La première petite image (en haut à gauche) représente une ville française (voir le drapeau), vraisemblablement le Paris (voir les lampadaires) de la Belle-Epoque (voir la calèche et les habits des passants) battue par les vents et la pluie. Elle s’oppose à l’image principale, qui représente tous les éléments symboliquement liés à la une côte d’azur idéale et beaucoup plus ensoleillée. Un front de mer (qui rappelle la promenade des Anglais ou la Croisette), un hôtel de luxe, la mer d’un bleu profond et une végétation maîtrisée dépeignent ainsi une destination idyllique. Si l’on reconnaît la main de l’artiste sur les deux représentations, la différence dans le traitement des couleurs et de la lumière reste saisissante et remarquable.

Une certaine idée du tourisme


C’est logiquement par la voie de la publicité murale, elle aussi en plein essor dans les villes d’Europe à la fin du XIXème siècle, que la Compagnie entend séduire les potentiels touristes (français et anglais ici). En déployant de sa vocation commerciale, l’image nous renseigne aussi sur la perception et la représentation alors associées à la côte d’azur et au tourisme « de luxe » qu’elle permet.

A ce titre, l’opposition « picturale » et symbolique entre Paris et la Méditerranée est éloquente. Dans un style rappelant celui de Cézanne ou même de Corot, la ville du sud ainsi rêvée présente effectivement un endroit attirant. La Compagnie internationale des wagons-lits et des grands express européens s’adresse donc à un public très aisé, leur proposant un service de luxe et confortable pour une villégiature de luxe. Le fait que l’affiche concerne aussi bien des anglais n’est pas non plus anodin, renvoyant au tourism et au tourist britanniques, synonymes d’une classe et d’une élégance raffinée que tentent de respecter la délicatesse, la qualité et la stylisation des images.

Quant aux signes ici associés au tourisme sur la côte, ils renvoient à la représentation partagée à l’époque (y compris celui des classes plus modestes). Selon un procédé publicitaire en passe de devenir classique, Méditerranée Express contribue à ancrer encore davantage ces derniers dans l’imaginaire collectif, tout en s’appuyant sur eux pour stimuler l’envie.

Pour en savoir plus, en images, sur le Paris-Méditerranée, allez sur le site Arago, le portail de la photographie

CORBIN Alain, L’avènement des loisirs (1850-1960), Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2001.GOUJON Jacques, Cent ans de tourisme en France, Paris, éditions du Cherche-Midi, 1990.LAMMING Clive et MARSEILLE Jacques, Le Temps des chemins de fer en France, Paris, Nathan, 1986.PECHEUX Jacques, La Naissance du rail européen, Paris, Berger-Levrault, 1970.VAN DIEVOET Ibert, Compagnie Internationale des Wagons-Lits et des Grands Express Européens, in L'expansion belge, Bruxelles, décembre 1908, n° XI, p.485 à 489.

Alexandre SUMPF, « Le Paris-Méditerranée », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/02/2023. URL : histoire-image.org/etudes/paris-mediterranee

Anonyme (non vérifié)

Le front de mer représenté est celui de Monte-Carlo ( jadis )et l'on reconnaît aisément la façade sud du Casino/Opéra de Monte Carlo

sam 10/08/2013 - 12:20 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les spectacles et la mode de la culture russe en France

La Russie, Orient de l’Europe

Opposées lors de l’épopée napoléonienne ou, plus tard, durant la guerre de Crimée (1854-1856), la France et la…

Les spectacles et la mode de la culture russe en France
Les spectacles et la mode de la culture russe en France

La sociabilité urbaine au début du XIXe siècle

La civilisation urbaine au début du XIXe siècle

Si le monde citadin, durant le premier tiers du XIXe siècle, reste encore…

La sociabilité urbaine au début du XIX<sup>e</sup> siècle
La sociabilité urbaine au début du XIX<sup>e</sup> siècle

Biarritz, l’autre côte

Une station thermale et balnéaire

Pendant près de cinquante ans (des années 1870 aux années 1920) le photographe Henri Lemoine (1848-1924) a…

Biarritz, l’autre côte
Biarritz, l’autre côte
Cyclisme, triplette à deux roues - Louis Valet

Le vélo sous toutes ses formes

Le vélo à la « Belle Époque »

Dans un premier temps réservée à la bourgeoisie, la pratique du « vélocipède » s’est largement répandue à partir…

Le vélo sous toutes ses formes
Le vélo sous toutes ses formes
Le vélo sous toutes ses formes
Le vélo sous toutes ses formes
Îles Chausey

Femmes à la cigarette à la Belle Époque

Les années 1900

La période d’avant la Grande Guerre passe pour un âge d’or. Bien sûr, c’est le cas uniquement pour l’élite sociale du pays. Par…

Femmes à la cigarette à la Belle Époque
Femmes à la cigarette à la Belle Époque
Parades de foire

Parades de foire

De Tivoli à la fête foraine

La fête foraine trouve son origine dans les spectacles des grandes foires marchandes du Moyen Age où baladins,…

Les auberges de jeunesse

Les auberges de jeunesses

Cette affiche, créée en mars 1945 par M. Lassalle pour le Mouvement Uni des Auberges de Jeunesse (MUAJ), est conservée…

Paysage avec une rivière et une baie dans le lointain - William Turner

La vision de la mer au XIXe siècle

Avant 1750, les espaces océaniques n’attirent guère que les marins. Au XVIIe siècle, Claude Gellée, dit Le Lorrain, est l’un des rares…

La vision de la mer au XIX<sup>e</sup> siècle
La vision de la mer au XIX<sup>e</sup> siècle
La vision de la mer au XIX<sup>e</sup> siècle

Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque

La République s’amuse

Après le régime si décrié du Second Empire (« la fête impériale »), la IIIe République a commencé par un retour…

Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque
Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque
Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque
Femmes et frissons de plaisir à la Belle Époque

Le Thé à l’anglaise

Une école de peinture ?

En 1764, lorsqu’il peint Le Thé à l’anglaise servi dans le salon des Quatre-Glaces au palais du Temple à Paris en 1764,…

Le Thé à l’anglaise
Le Thé à l’anglaise