Affiche publicitaire pour le Méditerranée express.

Affiche publicitaire pour le Méditerranée express.

Date de création : 1889

Date représentée :

H. : 115

L. : 87,5

Lithographie coloriée

© Photo RMN - Grand Palais - G. Blot

http://www.photo.rmn.fr

05-509311 / 61.18.59F

Le Paris-Méditerranée

Date de publication : Janvier 2012

Auteur : Alexandre SUMPF

La Méditerranée à portée de rail

Si la côte d’azur est un lieu de villégiature pour les plus fortunés depuis le XVIIIe siècle, elle devient véritablement un lieu de tourisme au milieu du XIXe siècle. Encore réservée à une très petite minorité composée des classes les plus aisées de France et d’Europe, elle attire cependant de plus en plus de monde dans ses hôtels, casinos et villas plus ou moins luxueuses.

Un essor notamment rendu possible par le développement du train à vapeur, qui rapproche la Méditerranée des grandes métropoles européennes, parmi lesquelles Londres ou Paris. Ainsi, et depuis les années 1840, le réseau ferré se développe, de même que les grandes compagnies ferroviaires, publiques et privées, qui exploitent ce dernier. Dans la lignée du PLM (Paris-Lyon-Marseille) créé en 1857, la Compagnie des wagons-lits voit le jour en 1872, avant d’être rebaptisée

Compagnie internationale des wagons-lits et des grands express européens en 1884. L’entreprise française (d’origine belge) spécialisée dans les trains de luxe en wagons-lits salons et restaurants peut ainsi proposer à ses futurs clients un voyage sur le Méditerranée Express, comme en témoigne l’affiche publicitaire datant de 1889 ici proposée à l’étude.

De la grisaille à l’azur


Méditerranée Express associe une représentation stylisée et symbolique à des informations pratiques. Ces dernières présentent par écrit le service proposé (en haut), la Compagnie qui les propose (en haut à gauche), mais aussi les horaires de départ et d’arrivée (au centre gauche et en bas), ainsi que les gares desservies. La réclame se veut donc précise, ce qui facilite la démarche des acheteurs et suggère le sérieux et la performance (la rapidité et le confort évoqués en haut à droite) du service.

S’agissant d’une lithographie, la finesse du trait est remarquable, évoquant plus la peinture que le dessin traditionnellement utilisé pour ce support et cette fonction publicitaire. La première petite image (en haut à gauche) représente une ville française (voir le drapeau), vraisemblablement le Paris (voir les lampadaires) de la Belle-Epoque (voir la calèche et les habits des passants) battue par les vents et la pluie. Elle s’oppose à l’image principale, qui représente tous les éléments symboliquement liés à la une côte d’azur idéale et beaucoup plus ensoleillée. Un front de mer (qui rappelle la promenade des Anglais ou la Croisette), un hôtel de luxe, la mer d’un bleu profond et une végétation maîtrisée dépeignent ainsi une destination idyllique. Si l’on reconnaît la main de l’artiste sur les deux représentations, la différence dans le traitement des couleurs et de la lumière reste saisissante et remarquable.

Une certaine idée du tourisme


C’est logiquement par la voie de la publicité murale, elle aussi en plein essor dans les villes d’Europe à la fin du XIXème siècle, que la Compagnie entend séduire les potentiels touristes (français et anglais ici). En déployant de sa vocation commerciale, l’image nous renseigne aussi sur la perception et la représentation alors associées à la côte d’azur et au tourisme « de luxe » qu’elle permet.

A ce titre, l’opposition « picturale » et symbolique entre Paris et la Méditerranée est éloquente. Dans un style rappelant celui de Cézanne ou même de Corot, la ville du sud ainsi rêvée présente effectivement un endroit attirant. La Compagnie internationale des wagons-lits et des grands express européens s’adresse donc à un public très aisé, leur proposant un service de luxe et confortable pour une villégiature de luxe. Le fait que l’affiche concerne aussi bien des anglais n’est pas non plus anodin, renvoyant au tourism et au tourist britanniques, synonymes d’une classe et d’une élégance raffinée que tentent de respecter la délicatesse, la qualité et la stylisation des images.

Quant aux signes ici associés au tourisme sur la côte, ils renvoient à la représentation partagée à l’époque (y compris celui des classes plus modestes). Selon un procédé publicitaire en passe de devenir classique, Méditerranée Express contribue à ancrer encore davantage ces derniers dans l’imaginaire collectif, tout en s’appuyant sur eux pour stimuler l’envie.

Pour en savoir plus, en images, sur le Paris-Méditerranée, allez sur le site Arago, le portail de la photographie

CORBIN Alain, L’avènement des loisirs (1850-1960), Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2001.GOUJON Jacques, Cent ans de tourisme en France, Paris, éditions du Cherche-Midi, 1990.LAMMING Clive et MARSEILLE Jacques, Le Temps des chemins de fer en France, Paris, Nathan, 1986.PECHEUX Jacques, La Naissance du rail européen, Paris, Berger-Levrault, 1970.VAN DIEVOET Ibert, Compagnie Internationale des Wagons-Lits et des Grands Express Européens, in L'expansion belge, Bruxelles, décembre 1908, n° XI, p.485 à 489.

Alexandre SUMPF, « Le Paris-Méditerranée », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 28/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/paris-mediterranee

Anonyme (non vérifié)

Le front de mer représenté est celui de Monte-Carlo ( jadis )et l'on reconnaît aisément la façade sud du Casino/Opéra de Monte Carlo

sam 10/08/2013 - 12:20 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Représenter les guinguettes

Représenter la guinguette après l’impressionnisme

À partir de la fin du second Empire, la fréquentation des guinguettes relève d’un véritable art…

Représenter les guinguettes
Représenter les guinguettes
Représenter les guinguettes

La Savoie et ses villes d’eau

Le tourisme thermal en Savoie

Depuis le milieu du XIXe siècle, la région de l’ancien Duché de Savoie et, dans une moindre mesure, celle…

La Savoie et ses villes d’eau
La Savoie et ses villes d’eau
Entrée du théâtre de l'Ambigu-Comique - Louis Boilly

Le Succès du mélodrame

Pour contrer la floraison des théâtres sous la Révolution, l’Empire avait établi un régime de restriction du nombre de salles. La situation va s’…

Hippodrome - Charles Levy

Le Cirque à Paris

L’âge d’or du cirque à Paris

La seconde partie du XIXe siècle voit le développement significatif d’une économie de loisirs, liée en…

Le Cirque à Paris
Le Cirque à Paris
Le Cirque à Paris
Le Bal du Moulin de la Galette. Auguste Renoir

Le Moulin de la Galette

Le moulin de la Galette qui donne son titre à ces deux toiles se situait sur la butte Montmartre (annexée à Paris en 1860), à côté du moulin qui…

Le Moulin de la Galette
Le Moulin de la Galette
Le Bal du Moulin de la Galette. Auguste Renoir

Bonne et mauvaise ivresse

À Paris, en 1829, des médecins et des chimistes fondent les Annales d’Hygiène Publique et de Médecine Légale, dont l’objectif est de rendre compte…
Bonne et mauvaise ivresse
Bonne et mauvaise ivresse
Asnières

Guinguettes et imagerie populaire

La guinguette, au cœur d’une nouvelle imagerie populaire

À la fin du XIXe siècle, les guinguettes constituent un référent culturel et…

Guinguettes et imagerie populaire
Guinguettes et imagerie populaire

Théâtres et cabarets parisiens au XIXe siècle

Au XIXe siècle, la fréquentation des cabarets et des théâtres est un aspect fort important de la culture urbaine, populaire ou petite-…

Théâtres et cabarets parisiens au XIX<sup>e</sup> siècle
Théâtres et cabarets parisiens au XIX<sup>e</sup> siècle
Théâtres et cabarets parisiens au XIX<sup>e</sup> siècle
Théâtres et cabarets parisiens au XIX<sup>e</sup> siècle

Le Thé à l’anglaise

Une école de peinture ?

En 1764, lorsqu’il peint Le Thé à l’anglaise servi dans le salon des Quatre-Glaces au palais du Temple à Paris en 1764,…

Le Thé à l’anglaise
Le Thé à l’anglaise

Un théâtre du Boulevard à la Belle Epoque

Le théâtre au cœur de la vie parisienne

Depuis la monarchie de Juillet, les « grands boulevards » sont le centre de la vie parisienne. Cet ensemble…