Agar chassée par Abraham.

Agar chassée par Abraham.

Date de création : 1837

Date représentée :

H. : 82

L. : 65

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - G. Blot

http://www.photo.rmn.fr

00-012832 / INV1213

Agar chassée par Abraham

Date de publication : Avril 2012

Auteur : Alexis MERLE DU BOURG

Vernet exerçait en 1833 les fonctions de directeur de l’Académie de France à Rome lorsqu’il découvrit l’Algérie, dont la France amorçait la conquête. Parti découvrir des « sujets d’actualité », il y eut surtout l’intuition quelque peu hallucinée d’une immuabilité absolue du monde arabo-musulman le plaçant en contact immédiat avec le décor, les physionomies et les tenues de la Bible du temps des patriarches ou du Christ. Renforcée par plusieurs voyages en Afrique du Nord et au Moyen-Orient entre 1837 et 1854, cette expérience fondatrice qui lui faisait écrire de retour de son premier voyage au Maghreb « Rien ne peut mieux donner une idée de nos pères dans les plaines de Canaan. C’était Jacob et toute la Genèse […] si j’avais le talent d’en tirer parti, quel beau tableau on pourrait faire ! » le conduisit à s’engager dans la voie d’un renouvellement de la peinture religieuse à la fois revivifiée et rendue plus authentique au contact d’un Orient immuable. Faisant œuvre de théoricien, Vernet défendit ses vues contre ses détracteurs dans son essai artistico-ethnographique « Des rapports qui existent entre le costume des anciens Hébreux et celui des Arabes modernes », publié en 1848 dans L’Illustration et lu à l’Académie des Beaux-Arts en janvier de la même année.

Inspiré d’un épisode biblique (Genèse, XXI) fréquemment illustré par les artistes entre le XVIIe et le XIXe siècle, le tableau représente la répudiation par Abraham d’Agar et de leur fils Ismaël. Longtemps demeurée stérile, Sarah, femme d’Abraham, a encouragé l’union de son mari avec sa servante égyptienne Agar (Genèse, XVI). Une intervention divine donne finalement un enfant légitime au couple – Isaac –, ce qui entraîne le bannissement de la servante et de son fils vers le désert où les anges les sauveront de la mort. Après Rébecca à la fontaine, tableau lui aussi inspiré de l’Ancien Testament qu’il a présenté au Salon de 1835 au retour de son voyage en Algérie, Vernet approfondit avec sa Répudiation d’Agar le processus dit « d’arabisation » de la Bible, lecture dont il se fera le plus ardent défenseur en France.

Rien ne manque ici, ni la tente bédouine, ni les types et les costumes pittoresques (particulièrement celui d’Abraham, copié sur celui d’un « beau Scheyck [sic] de Bédouins »), qui susciteront l’admiration de Prosper Mérimée. En bon peintre d’histoire, très au fait de la grande tradition académique, Vernet explore la psychologie des protagonistes du drame et joue fortement sur les oppositions en construisant sa composition de part et d’autre d’une grande ligne verticale. À gauche, du côté de Sarah qui veille jalousement sur Isaac, les élus, l’ordre, la lignée, l’héritage. À droite, promis à la solitude du désert sinon à la mort, Agar et le fils adultérin d’Abraham qui tournent vers ce dernier des regards où se lisent la détresse et l’incompréhension de l’enfant et la douleur muette (et quelque peu dédaigneuse ?) de la concubine trahie. Entre les élus et les réprouvés se tient la haute figure du patriarche dont l’attitude inflexible est – à peine – tempérée par l’ombre d’un regret qui passe.

L’opposition entre un Occident réputé essentiellement dynamique et modelé par la notion de progrès et un Orient statique conduit à une répétition perpétuelle compte certainement parmi les préjugés les mieux ancrés dans la pensée européenne du XIXe siècle. Si elle justifia à certains égards l’entreprise coloniale, elle incita aussi les artistes à interroger sans relâche les formes et les figures de contrées qui offraient la promesse stimulante d’une translation temporelle autant que géographique. Alors que Delacroix avait découvert « l’Antiquité vivante » en Orient, Vernet y discerna l’occasion d’une rénovation de la peinture religieuse offrant une alternative au courant néogothique qu’il abhorrait.

Étude en partenariat avec le musée d’Art et d’Histoire du judaïsme

SOUVIRON Claude, DEPIERRE Marie-Colette, Orients - Ville de Nantes, Musée des Beaux-Arts : collections du XIXe siècle, catalogue de l’exposition musée des Beaux-Arts de Nantes (juin - septembre 1982), Nantes, Musée des Beaux-Arts.Cat. n°3 Catalogue de l’exposition Les Années romantiques.La peinture française de 1815 à 1850, Nantes, musée des Beaux-Arts, Paris, galeries nationales du Grand Palais, Plaisance, Palazzo Gotico, 1995-1996, Paris-Nantes, Grand Palais-Musée des Beaux-Arts de Nantes, 1995.Catalogue de l’exposition Femmes de l’Ancien Testament, Nice, musée national Message biblique Marc-Chagall, 3 juillet-4 octobre 1999, Paris, R.M.N., 1999.Catalogue de l’exposition Horace Vernet, Rome, Académie de France, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, Rome-Paris, De Luca-École nationale supérieure des Beaux-Arts, 1980.

Académie des beaux-arts : Créée en 1816 par la réunion de l’Académie royale de peinture et de sculpture, fondée en 1648, de l’Académie royale de musique, fondée en 1669, et de l’Académie royale d’architecture, fondée en 1671. Institution qui rassemble les artistes distingués par une assemblée de pairs et travaillant le plus souvent pour la couronne. Elle définit les règles de l’art et du bon goût, forme les artistes, organise des expositions.

Ancien et Nouveau Testament : Pour les chrétiens, les deux recueils constituant la Bible. Le Nouveau Testament, qui comporte notamment les quatre Évangiles, rapporte la vie et l’enseignement du Christ et de ses disciples.

Alexis MERLE DU BOURG, « Agar chassée par Abraham », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/agar-chassee-abraham

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Fête juive à Tétouan

Face à une Algérie investie par la France depuis 1830, le Maroc reste jusqu’à la fin du siècle une terre peu connue des Occidentaux, hormis Tanger où…

Prise de la smalah d'Abd-el-Kader

L’émir Abd el-Kader avait été l’âme de la résistance à la colonisation française de l’Algérie, dont la conquête avait été entreprise en 1830. D’…

Sermon dans un oratoire israélite

L’affirmation longtemps entendue qu’il n’existe pas d’art juif, s’appuyant sur une certaine lecture biblique qui ne voyait pas chez les Hébreux de…

Ali Ben Ahmed, calife de Constantine, lors de la conquête française de l'Algérie

Les yeux tournés vers l’Orient.

Depuis 1830, le pays s’est lancé dans la conquête de l’Algérie. Inaugurée par Charles X, poursuivie par Louis-…

Les croisades

Retrouver les croisades

Les deux tableaux peints par Émile Signol peuvent être contemplés dans des salles du château de Versailles qui ont…

Les croisades
Les croisades

La bataille d'Isly

Malgré le traité de la Tafna signé en 1837, qui reconnaissait l’autorité d’Abd el-Kader sur l’Algérie, celui-ci n’avait de cesse de vouloir en…

La Rue Bab-el-Gharbi à Laghouat - Eugène Fromentin

Une représentation orientaliste d'un village algérien

A la découverte de nouveaux espaces

L’intérêt de Napoléon III pour l’Algérie est tardif mais en 1859 la conquête du territoire est très avancée.…

La prise de Constantinople par les croisés

Louis-Philippe, intronisé « roi des Français » le 9 août 1830 après les Trois Glorieuses (27-29 juillet 1830), était féru d’histoire comme tout…

Le Mur des Lamentations

Élève de Delacroix (à qui sa carrière de « peintre voyageur » en Orient doit peut-être beaucoup), Bida s’embarqua pour l’Orient à trente ans et…

Vision d'un orientaliste

Dans son livre Une année dans le Sahel, publié en 1858, Eugène Fromentin, écrivain tout autant que peintre, relate l'épisode qu'il reproduit dans ce…