Aller au contenu principal
La bataille d'Isly. 14 août 1844.

La bataille d'Isly. 14 août 1844.

Date de création : 1846

Date représentée : 14 août 1844

H. : 514 cm

L. : 1040 cm

Huile sur toile

Domaine : Peintures

© Photo RMN - Grand Palais - G.Blot / H. Lewandowski

http://www.photo.rmn.fr

00-016368 / MV2028

La bataille d'Isly

Date de publication : mai 2005

Auteur : Jérémie BENOÎT

Malgré le traité de la Tafna signé en 1837, qui reconnaissait l’autorité d’Abd el-Kader sur l’Algérie, celui-ci n’avait de cesse de vouloir en chasser les Français. Il avait levé une véritable armée et en novembre 1839, appuyé par le sultan du Maroc, Abd Al-Rahman, il déclarait la guerre à la France. Alors seulement commença véritablement la conquête systématique du pays, dont la monarchie de Juillet fit un motif de fierté nationale et d’héroïsme militaire. Cette conquête fut l’œuvre du maréchal Bugeaud de La Piconnerie, nommé gouverneur en 1840. Sa capitale détruite à Taguin en 1843, lui-même refoulé dans le désert, Abd el-Kader se réfugia au Maroc. Mais l’armée du sultan fut vaincue à l’Isly tandis que la flotte bombardait Mogador et Tanger. Abd el-Kader fut alors expulsé par le sultan qui craignait lui aussi une invasion de la part des Français. Ce n’est qu’en 1847 que l’émir se rendit à Lamoricière après une guérilla de quelques années.

Ayant investi le camp composé de tentes du fils du sultan du Maroc, les troupes françaises sont sur le point de remporter la victoire. Le général Yousouf, suivi des officiers d’Allonville, Legrand et Fleury, présente au maréchal Bugeaud, que suit le colonel Foy, les étendards et le butin de guerre, ainsi que le parasol du commandement marocain que tient Mohammed ben-Sabor, maréchal des logis aux spahis, tandis que le chef douaïr Kaïd Mohammed ben-Kaddour et le spahi Mohammed Ould-Amedoa brandissent des drapeaux pris à l’ennemi. À droite se trouve une ambulance où l’on soigne les blessés, officiers de spahis pour la plupart, tandis que, dans le fond, la bataille se poursuit encore, mettant en avant les chasseurs d’Afrique. Le tableau est prétexte, comme toujours chez Vernet, à multiplier les portraits de militaires, et l’œuvre apparaît ainsi autant comme une scène de bataille que comme un portrait de groupe.

L’intérêt de ce tableau réside dans la synthèse qu’a opérée le peintre entre les deux grandes tendances de la peinture de bataille. L’une, dont le chef-d’œuvre est sans conteste Napoléon Ier sur le champ de bataille d’Eylau (1808, Louvre), ne donne à voir qu’un moment privilégié de l’action, généralement l’annonce de la victoire comme dans l’Austerlitz de Gérard (1810, Versailles) ou comme ici dans la partie centrale. L’autre, illustrée en particulier par le général baron Lejeune, privilégie l’étude des mouvements de troupes. Plus militaire, cette conception est aussi plus exacte et plus topographique. Vernet donne à voir une version de la première conception sur le devant de son tableau, tandis que le fond ressortit à la seconde tendance. C’est le point de vue très élargi du champ de bataille qui lui permet de minimiser le héros, en l’occurrence Bugeaud, pour montrer l’ensemble du champ de bataille où se situe la vue topographique des combats.

Ce tableau est aussi à comparer avec la Prise de la smalah d’Abd el-Kader, d’une conception assez proche, mais où les dimensions du tableau sont telles qu’elles mènent tout droit au panorama. C’est toute une narration, tout un sens de lecture allant de gauche à droite qu’il convient de décrypter dans ce dernier tableau de 21 mètres de long.

Jean MEYER, Annie REY-GOLDZEIGUER et Jean TARRADE, Histoire coloniale de la France, tome I « La conquête », Paris, Armand Colin, coll. « Agora Pocket », 1991.

Jérémie BENOÎT, « La bataille d'Isly », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 16/04/2024. URL : histoire-image.org/etudes/bataille-isly

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

" J'accuse... ! " de Zola

" J'accuse... ! " de Zola

L’affaire Dreyfus : une erreur judiciaire

En mars 1896, Picquart, le nouveau chef des Services de renseignements de l’état-major, découvrit l’…

Combats de Quiberon

Combats de Quiberon

Le 27 juin 1795 en baie de Quiberon, la flotte britannique débarque sur la plage de Carnac plus de quatre mille émigrés et quelques centaines de…

Louis XIV couronné par la Victoire

Louis XIV couronné par la Victoire

La guerre de Hollande (1672-1678) menée par Louis XIV contre les Provinces-Unies (les Pays-Bas actuels) relève de plusieurs causes, mais la…

Napoléon et sa légitimité de guerrier

Napoléon et sa légitimité de guerrier

Emblème déjà des armées romaines, des empereurs allemands, puis de la Prusse, de la Sicile et des États-Unis, l’aigle est adoptée en juin 1804…

L'armée de l'Est internée en Suisse

L'armée de l'Est internée en Suisse

L’armée sauvée par la première convention d’internement

Dernière armée à lutter contre l’envahisseur prussien, l’armée de l’Est, commandée par le…

Le vin et l'armée

Le vin et l'armée

Les soldats et le vin du XIXe siècle à la fin de la Première Guerre mondiale

Depuis la Révolution française, et en particulier durant…

Le vin et l'armée
Le vin et l'armée
Dessiner la mort pendant la guerre de 1914-1918

Dessiner la mort pendant la guerre de 1914-1918

Les conditions nouvelles de la guerre infligent des violences innombrables et terribles aux soldats. Le champ de bataille est un immense charnier…

Dessiner la mort pendant la guerre de 1914-1918
Dessiner la mort pendant la guerre de 1914-1918
La Bataille de Fontenoy

La Bataille de Fontenoy

Du « Bien-Aimé » au « Mal-Aimé »

Louis XV jouit du titre glorieux de « Bien-Aimé » pendant toute la première moitié de son règne. Sa popularité…

La Vie quotidienne dans les tranchées

La Vie quotidienne dans les tranchées

Par sa durée et sa violence, la Grande Guerre a constitué une expérience sans précédent historique pour les huit millions de Français mobilisés…

La Vie quotidienne dans les tranchées
La Vie quotidienne dans les tranchées
La Vie quotidienne dans les tranchées
La bataille de Reichshoffen, 6 août 1870

La bataille de Reichshoffen, 6 août 1870

Dès le début de la guerre franco-prussienne, en août 1870, les armées françaises subirent de graves revers en Alsace. Ayant dû évacuer Wissembourg…