Juive d'alger.

Auteur : CORDIER Charles

Lieu de conservation : musée des Beaux-Arts (Troyes)
site web

Date représentée :

H. : 91

L. : 64

Bronze, bronze émaillé, marbre, onyx et porphyre

© Musée des beaux-arts de la ville de Troyes - Photo J.-M. Protte

http://www.musees-troyes.com/museesaintloup.html

D.879.2

Juive d’Alger

Date de publication : Avril 2012

Auteur : Nicolas FEUILLIE

Après la campagne d’Égypte de Bonaparte (1798-1801) et le début de la conquête de l’Algérie (1830), la France et la Grande-Bretagne étendent progressivement leur influence en Afrique du Nord. L’expansion coloniale facilite le développement des études des populations exotiques, ce que l’on appelle alors des « races ». En 1839 est créée la Société ethnologique à Paris, puis en 1859 la Société d’anthropologie. Naturalistes, géographes, médecins, s’intéressent aux peuples d’ailleurs. Si l’esclavage est officiellement aboli en France en 1848, le débat sur la place des peuples est toujours vif. L’Essai sur l’inégalité des races de Gobineau, qui marque le début du « racisme » moderne, est publié en 1853-1855, tandis que L’Origine des espèces de Darwin, dont les thèses seront reprises et déformées par les théoriciens de l’inégalité entre les peuples à la fin du siècle, est traduit en France en 1862. L’épopée de la « Vénus hottentote » (de son vrai nom Saartjie Baartman), exhibée dans toute l’Europe en 1814, prélude au développement des zoos humains tout au long du siècle. La « galerie d’anthropologie » qui ouvre au sein du Muséum d’histoire naturelle dans les années 1850 se veut une vitrine pour les nouvelles découvertes. Des artistes voyageurs sont alors sollicités pour ramener des portraits d’hommes et de femmes des contrées qu’ils foulent. C’est dans ce contexte que Charles Cordier obtient en 1856 une mission en Algérie, afin d’y « étudier, du point de vue de l’art, les différents types de race humaine indigène ». Suite à ce séjour, il produit douze bustes d’Algériens, qu’il expose au Salon de 1857. Poursuivant sur sa lancée ethnographique, il réalise quelques années plus tard cette Juive d’Alger.

L’emploi d’une forme en buste pour ce portrait de femme n’éloigne guère Charles Cordier de la tradition classique, non plus que la pose du modèle, la tête légèrement inclinée sur la droite. Le recours à la polychromie représente une innovation plus importante, avec un assemblage savant de différentes pierres, marbre, onyx et porphyre, et du bronze pour la tête, lequel est émaillé pour la coiffe et la robe. Mais surtout, à l’instar de ses autres bustes d’Algériens, Cordier s’est attaché à rendre la physionomie autant que le costume de son modèle dans tout leur particularisme et leurs détails. Cette Juive d’Alger permet ainsi d’admirer la minutieuse restitution du vêtement, en particulier grâce au travail de l’émail.

« Le beau n’est pas propre à une race privilégiée ; j’ai émis dans le monde artistique l’idée de l’ubiquité du beau. Toute race a sa beauté qui diffère des autres races », a écrit Charles Cordier. Dès son premier portrait d’un Noir africain, Saïd Abdallah, de la tribu Mayac, royaume du Darfour, et dans ses figures d’Algériens, l’artiste sut rendre la noblesse de caractère de ses modèles, en valorisant leur exotisme, loin des considérations méprisantes qui avaient souvent cours. En choisissant une femme pour représenter la communauté juive d’Algérie, il sacrifiait sans doute à l’image répandue d’une « beauté hébraïque » (l’expression est de Théophile Gautier), mystérieuse et lointaine. En l’occurrence, ce sont les traits extrêmement classiques de cette figure qui frappent, donnant corps à l’idée, souvent énoncée par les voyageurs, d’une Antiquité biblique restée vivante en Orient.

Étude en partenariat avec le musée d’Art et d’Histoire du judaïsme

Charles Cordier, 1827-1905 : l’autre et l’ailleurs, Paris, musée d’Orsay, 2004.Peter BENSON MILLER, « Un orientalisme scientifique : l’ethnologie, l’anthropologie et l’esclavage », dans L’Orientalisme en Europe, de Delacroix à Kandinsky, Bruxelles, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, et Munich, Kunsthalle der Hypo-Kulturstiftung, 2010-2011, p.115-131.Nicole SAVY, Les Juifs des romantiques, Paris, Belin, 2010.Les Juifs dans l'Orientalisme, Paris, Musée d'art et d'histoire du Judaïsme / Skira Flammarion, 2012

Nicolas FEUILLIE, « Juive d’Alger », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 13/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/juive-alger

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La bataille de Poitiers

Au secours de la patrie en danger

Si l’histoire de Charles Martel (688-741) est relativement mal connue des Français encore aujourd’hui, il n’en…

Le Mur des Lamentations - Alexandre Bida

Le Mur des Lamentations

Élève de Delacroix (à qui sa carrière de « peintre voyageur » en Orient doit peut-être beaucoup), Bida s’embarqua pour l’Orient à trente ans et…

Femmes d’Alger dans leur appartement de Delacroix

En 1832, Eugène Delacroix fait un unique voyage au Maroc et en Algérie. Il y accompagne le comte de Mornay, envoyé spécial de Louis-Philippe…

Le Christ devant ses juges

C’est à la fin d’une vie brève que Maurycy Gottlieb, représentant prometteur de la peinture polonaise au XIXe siècle et pionnier de la…

La prise de Constantinople par les croisés

Louis-Philippe, intronisé « roi des Français » le 9 août 1830 après les Trois Glorieuses (27-29 juillet 1830), était féru d’histoire comme tout…

Les croisades

Retrouver les croisades

Les deux tableaux peints par Émile Signol peuvent être contemplés dans des salles du château de Versailles qui ont…

Les croisades
Les croisades
Débit de tabac, eau de vie de Cognac

Tabac au débit

Le débit de tabac dans la première moitié du XIXe siècle

La vente de tabac dans des débits ne date pas du XIXe siècle : le…

Tabac au débit
Tabac au débit

La toilette d'Esther

Rentré d’Italie l’année précédente, Chassériau qui venait de rompre définitivement avec son maître, Ingres, présenta plusieurs œuvres au Salon de…

Juives d'Alger au balcon de Chassériau

Élève de Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867), mais plus tard fortement influencé par Paul Delaroche (1797-1856) et Eugène Delacroix (1798-1863…

Sermon dans un oratoire israélite

L’affirmation longtemps entendue qu’il n’existe pas d’art juif, s’appuyant sur une certaine lecture biblique qui ne voyait pas chez les Hébreux de…