Aller au contenu principal
Le Christ devant ses juges

Le Christ devant ses juges

Date de création : 1877-1879

Date représentée :

H. : 160 cm

L. : 270 cm

Huile sur toile.

Domaine : Peintures

© Elie Posner / The Israel Museum, Jérusalem

Lien vers l'image

B86.0290

Le Christ devant ses juges

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Alexis MERLE DU BOURG

C’est à la fin d’une vie brève que Maurycy Gottlieb, représentant prometteur de la peinture polonaise au XIXe siècle et pionnier de la « peinture juive », se confronta à travers des tableaux monumentaux à l’iconographie du Christ et particulièrement à la représentation de cet épisode de la Passion qui, depuis toujours, cristallisait les tensions entre christianisme et judaïsme. Avec Le Christ prêchant à Capharnaüm (Varsovie, Muzeum Narodowe) presque exactement contemporain, Le Christ devant ses juges constitue sans doute l’œuvre clef de cet artiste galicien qui s’est représenté dans les deux toiles demeurées inachevées, réclamant pour lui-même un statut de témoin privilégié de la vie et de la prédication de Jésus.

De manière inédite, la composition juxtapose deux épisodes distincts : la comparution du Christ devant Ponce Pilate, le préfet romain de Judée, et devant la cour de justice suprême juive, le sanhédrin. Bien que ce dernier ne soit guère représenté à son avantage, le tableau ne rompant pas entièrement avec la tradition iconographique chrétienne faisant du sanhédrin un lieu d’iniquité, l’artiste modifie la signification de la scène en présentant le prêtre Anân – et non le grand prêtre Caïphe – comme le plus actif des persécuteurs du Christ. À travers la figure du grand prêtre, que poursuivait une réputation tenace d’infamie, les Juifs se trouvent ainsi absous du déicide qui leur était attribué. Cette accusation est en outre renversée dans les deux tableaux de Gottlieb, étroitement solidaires, par la réappropriation d’un Jésus portant à la fois le châle de prière juif (tallith) et l’auréole des saints chrétiens. Apparaissant moins comme le fondateur d’une religion nouvelle que comme une haute figure de la judéité, il est un prophète juif venu s’adresser, en premier lieu, aux Juifs.

Gottlieb se trouve placé au cœur de l’aspiration à une rénovation de la représentation biblique dans le sens d’une authenticité accrue qui unit nombre d’orientalistes. Bien qu’elle ne soit pas sans précédent dans l’art, la restitution (particulièrement risquée pour un artiste juif) de la figure du Christ à sa judéité originelle trouve autant son origine dans l’œuvre des promoteurs d’une histoire critique des Écritures comme H. Graetz (Geschichte der Juden, 1853-1875) ou Ernest Renan (Vie de Jésus, 1863) que dans les motivations personnelles d’un artiste écartelé entre deux identités. Le climat de morosité qui baigne les compositions de Jérusalem et de Varsovie témoigne peut-être de la désillusion du peintre quant à la réconciliation entre les deux peuples opprimés (l’attribution de la Galicie à l’Empire des Habsbourg fut la conséquence du dépeçage de la Pologne au XVIIIe siècle) qui formaient indissolublement le socle de son identité, les Polonais et les Juifs.

Étude en partenariat avec le musée d’Art et d’Histoire du judaïsme

AMISHAI-MAISELS Ziva, The Jewish Jesus, Journal of Jewish Art, 1982, p. 84-104.

MENDELSOHN Ezra, Le Christ dans la synagogue de Maurycy Gottlieb, Les Cahiers du judaïsme, 1998, 2, p.32-36.

MENDELSOHN Ezra, Painting a people Maurycy Gottlieb and Jewish art, [Waltham, Mass.] Hanover : Brandeis University Press, University Press of New England, 2002 p.130-138, p.164-165.

GURALNIK Nehama, In the Flower of Youth. Maurycy Gottlieb 1856-1879, Tel-Aviv, Museum of Art, 1991.

Alexis MERLE DU BOURG, « Le Christ devant ses juges », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 14/06/2024. URL : histoire-image.org/etudes/christ-devant-ses-juges

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Fête juive à Tétouan

Fête juive à Tétouan

Face à une Algérie investie par la France depuis 1830, le Maroc reste jusqu’à la fin du siècle une terre peu connue des Occidentaux, hormis Tanger où…
Une représentation orientaliste d'un village algérien

Une représentation orientaliste d'un village algérien

A la découverte de nouveaux espaces

L’intérêt de Napoléon III pour l’Algérie est tardif mais en 1859 la conquête du territoire est très avancée.…

Prise de la smalah d'Abd-el-Kader

Prise de la smalah d'Abd-el-Kader

L’émir Abd el-Kader avait été l’âme de la résistance à la colonisation française de l’Algérie, dont la conquête avait été entreprise en 1830. D’…

La bataille de Poitiers

La bataille de Poitiers

Au secours de la patrie en danger

Si l’histoire de Charles Martel (688-741) est relativement mal connue des Français encore aujourd’hui, il n’en…

Le Christ devant ses juges

Le Christ devant ses juges

C’est à la fin d’une vie brève que Maurycy Gottlieb, représentant prometteur de la peinture polonaise au XIXe siècle et pionnier de la…

Ali Ben Ahmed, calife de Constantine, lors de la conquête française de l'Algérie

Ali Ben Ahmed, calife de Constantine, lors de la conquête française de l'Algérie

Les yeux tournés vers l’Orient.

Depuis 1830, le pays s’est lancé dans la conquête de l’Algérie. Inaugurée par Charles X, poursuivie par Louis-…

La conquête de l’Algérie

La conquête de l’Algérie

La conquête de l'Algérie

En juin 1830, la prise d'Alger décidée par Charles X est une opération de prestige conduite à des fins de politique…

La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie
Juive d’Alger

Juive d’Alger

Après la campagne d’Égypte de Bonaparte (1798-1801) et le début de la conquête de l’Algérie (1830), la France et la Grande-Bretagne étendent…

Les croisades

Les croisades

Retrouver les croisades

Les deux tableaux peints par Émile Signol peuvent être contemplés dans des salles du château de Versailles qui ont…

Les croisades
Les croisades
La prise de Constantinople par les croisés

La prise de Constantinople par les croisés

Louis-Philippe, intronisé « roi des Français » le 9 août 1830 après les Trois Glorieuses (27-29 juillet 1830), était féru d’histoire comme tout…