Le Mur des Lamentations

Le Mur des Lamentations

Date représentée :

H. : 61 cm

L. : 87 cm

Dessin au crayon, et à la plume, lavis gris sur papier préparé.

© RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / Daniel Arnaudet

Lien vers l'image

MDO 113 - 96-003500

Le Mur des Lamentations

Date de publication : Avril 2012

Auteur : Alexis MERLE DU BOURG

Élève de Delacroix (à qui sa carrière de « peintre voyageur » en Orient doit peut-être beaucoup), Bida s’embarqua pour l’Orient à trente ans et visita la Grèce, la Turquie et la Syrie. À partir de 1847, il envoie au Salon des dessins qui l’inscrivent dans la mouvance orientaliste dont il sera un représentant atypique par son choix du noir et blanc. Après un périple en Égypte en 1850, un troisième voyage le mène de Grèce jusqu’en Terre sainte. C’est à cette occasion qu’il entreprend le grand dessin de Malmaison qui sera présenté au Salon de 1857 avec un Réfectoire des moines grecs consécutif à sa visite du mont Athos. Ce choix traduit de sa part une attention scrupuleuse aux hauts lieux de spiritualité qui se vérifiera par la suite dans son œuvre d’illustrateur « authentique » de la Bible entreprise en 1860 pour l’éditeur Hachette, qui l’envoya collecter le matériel archéologique et ethnographique requis en Palestine.

Bida choisit de bannir le chatoiement de couleurs de sa vision de l’Orient, là où ses collègues – pas tous, que l’on songe à Fromentin – privilégièrent plutôt une palette flamboyante. La critique, ainsi Baudelaire traitant du Salon de 1859, sentit la grandeur de ce projet d’une restitution d’un Orient sévère qui évoquait la poésie propre à l’œuvre de graveur de Rembrandt (que Bida admirait vivement) en même temps qu’il promettait d’atteindre, à travers un patient travail sur toutes les nuances de gris séparant le noir du blanc, une plus grande véracité dans la représentation des lieux décrits. Cette vision du mur des Lamentations est, en outre, très remarquable par son sujet que le dessinateur paraît avoir été parmi les premiers, sinon le premier, à traiter, ouvrant la voie à une infinité d’artistes qui contribuèrent à faire du vestige de l’antique enceinte de Jérusalem l’un des lieux les plus emblématiques du Moyen-Orient.

Surtout attentifs aux sites chrétiens et incapables de s’émanciper de leur mépris, les innombrables voyageurs modernes qui s’étaient engagés dans la voie ouverte par Chateaubriand dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem (ce dernier consacre néanmoins un passage inoubliable aux juifs de la ville sainte) n’avaient jusqu’alors guère considéré ce lieu sacré du judaïsme. Attiré par sa solennité, Bida témoigne au contraire d’une grande minutie, moins dans la description du lieu, d’ailleurs, que dans la restitution du climat de ferveur tragique unissant, devant le mur, les juifs d’Europe orientale et ceux d’Orient, à la tenue et à la physionomie typées. Des artistes comme Gérôme et Verechtchaguine, qui traitèrent le même thème dans les années 1880, jouèrent en « metteurs en scène » sur un cadrage plus large faisant contraster l’énormité de la muraille avec des figures anecdotiques, là où Bida, avec une curiosité d’ethnologue exempte de préjugés, se focalisa sur l’émotion contenue qui parcourt un groupe dont chaque membre est fortement caractérisé.

Étude en partenariat avec le musée d’Art et d’Histoire du judaïsme

MALEMBITS Michèle, Alexandre Bida un Orient en noir et blanc, Histoire de l’Art, n° 51, novembre 2002, notamment p.104

Alexis MERLE DU BOURG, « Le Mur des Lamentations », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 17/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/mur-lamentations

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Prise-smalah-Abd-El-Kader-VERNET

La conquête de l’Algérie

La conquête de l'Algérie

En juin 1830, la prise d'Alger décidée par Charles X est une opération de prestige conduite à des fins de politique…

La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie
La conquête de l’Algérie

Juives d'Alger au balcon de Chassériau

Élève de Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867), mais plus tard fortement influencé par Paul Delaroche (1797-1856) et Eugène Delacroix (1798-1863…

Fête juive à Tétouan

Face à une Algérie investie par la France depuis 1830, le Maroc reste jusqu’à la fin du siècle une terre peu connue des Occidentaux, hormis Tanger où…
Débit de tabac, eau de vie de Cognac

Tabac au débit

Le débit de tabac dans la première moitié du XIXe siècle

La vente de tabac dans des débits ne date pas du XIXe siècle : le…

Tabac au débit
Tabac au débit

Vision d'un orientaliste

Dans son livre Une année dans le Sahel, publié en 1858, Eugène Fromentin, écrivain tout autant que peintre, relate l'épisode qu'il reproduit dans ce…

La bataille de Poitiers

Au secours de la patrie en danger

Si l’histoire de Charles Martel (688-741) est relativement mal connue des Français encore aujourd’hui, il n’en…

La Rue Bab-el-Gharbi à Laghouat - Eugène Fromentin

Une représentation orientaliste d'un village algérien

A la découverte de nouveaux espaces

L’intérêt de Napoléon III pour l’Algérie est tardif mais en 1859 la conquête du territoire est très avancée.…

Les croisades

Retrouver les croisades

Les deux tableaux peints par Émile Signol peuvent être contemplés dans des salles du château de Versailles qui ont…

Les croisades
Les croisades

Le Christ devant ses juges

C’est à la fin d’une vie brève que Maurycy Gottlieb, représentant prometteur de la peinture polonaise au XIXe siècle et pionnier de la…

Orientale - Eugène Giraud

La femme orientale dans la peinture du XIXe siècle

À partir de 1704, après la traduction des Mille et Une Nuits par Antoine Galland (1646-1715), l’image sensuelle de la femme du harem inspire les…

La femme orientale dans la peinture du XIX<sup>e</sup> siècle
La femme orientale dans la peinture du XIX<sup>e</sup> siècle
La femme orientale dans la peinture du XIX<sup>e</sup> siècle