Brancusi travaillant à la colonne sans fin.

Brancusi travaillant à la colonne sans fin.

Date représentée :

H. : 23,7

L. : 29,6

Épreuve aux sels d'argent.

© ADAGP, © Photo RMN - Grand Palais - G.Blot

http://www.photo.rmn.fr

47-000185-01 / AM4002-966

Constantin Brancusi, un sculpteur au travail dans son atelier

Date de publication : Février 2008

Auteur : Claire MAINGON

Une œuvre de la mémoire en Roumanie

Pendant l’entre-deux-guerres, pour honorer la mémoire et le sacrifice des 9 millions de disparus de la Grande Guerre, des monuments commémoratifs furent élevés sur le territoire des nations participantes. La Roumanie, qui avait subi une invasion dramatique de son territoire en 1916, vivait une période d’intense effervescence politique marquée par l’agitation de la Garde de fer, mouvement nationaliste, fasciste et antisémite. Dans le cadre des commémorations liées aux pertes de la Grande Guerre, la ville de Tirgu Jiu décida en 1934 de consacrer un mémorial dédié aux soldats tombés près de la rivière Jiu alors qu’ils défendaient leur ville contre les Allemands. La municipalité chargea Constantin Brancusi, enfant du pays, de réaliser ce parcours de la mémoire. Brancusi, qui avait été formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Bucarest, avait quitté son pays à pied pour rejoindre Paris, capitale culturelle internationale, en 1904. Installé dans le quartier de Montparnasse, il travailla dans son atelier à la conception de trois œuvres destinées à la ville roumaine : La Table du silence, La Porte du baiser et La Colonne sans fin. Ce dernier élément clôturait un parcours développé sur un axe est-ouest dans l’un des grands espaces verts de la ville. La structure de cette colonne fut achevée en 1937, et recouverte de bronze, elle atteignait une hauteur de plus de 30 mètres. La Colonne sans fin matérialise le souvenir des âmes défuntes et l’accès à une vérité supérieure.

Brancusi au travail



Cette photographie prise au début des années 30 montre Constantin Brancusi au travail dans son atelier parisien, en pleine réalisation de La Colonne sans fin. Armé d’une scie, l’artiste en bleu de travail et le cheveu hirsute s’active dans un environnement encombré de matériaux bruts qui apparaissent comme des décombres. Cette posture contraste avec les représentations des statuaires, tels qu’ils se trouvaient encore à la même époque dans les ateliers de l’Ecole des Beaux-Arts. Brancusi opère une rupture avec la technique traditionnelle du modelage. Préférant un travail artisanal de la matière, il privilégie la taille du marbre et le travail du bois, comme un ébéniste pourrait le faire. Le sculpteur roumain ne travaillait pas devant le modèle vivant mais réfléchissait à la création de formes autonomes et organiques, flirtant avec l’abstraction. Ce genre de clichés n’est pas rare car l’artiste a beaucoup fait usage de la photographie pour se donner à voir sa propre œuvre. Son legs à l’Etat français comporte d’ailleurs un nombre très important de clichés, près de 1700 négatifs et tirages, qui attestent de son goût pour la pratique de l’image.

L’atelier : l’antre de la création


L’atelier de Brancusi apparaît sur ce cliché comme l’antre de sa création, le lieu où l’artiste met en place son processus créatif et donne forme à son idée. Cet espace vaste et clair semble habité d’une énergie vitale nécessaire à la gestation d’œuvres souvent monumentales. Brancusi était très attentif au dialogue des formes dans son atelier. Il avait besoin que ce lieu soit entièrement dédié à son art. Ce rôle d’incubateur nous révèle la profonde dimension symbolique de la nature du rapport entre l’artiste et son lieu. L’atelier apparaît comme la métaphore d’un monde utérin, où la vie des formes serait en devenir et préparée à naître au grand jour. Cette appréhension de l’atelier, qui est la maison de la création formelle, n’est pas éloignée de la démarche qu’opérera le sculpteur Etienne Martin dans ses Demeures quelques décennies plus tard. L’atelier de Brancusi fut reconstitué à plusieurs reprises suite au legs fait par le sculpteur à l’Etat Français dans les années 1950. La dernière en date, confiée à l’architecte Renzo Piano, jouxte le Centre Pompidou où elle est ouverte au public depuis 1997.

Carnet de l’atelier BrancusiLa Colonne sans finParis, Centre Georges Pompidou, 1998.Anne-Françoise PENDERSBrancusi, la photographie ou l’atelier comme « groupe mobile »Bruxelles, La Lettre volée, 1994.Marielle TABARTL’atelier BrancusiParis, Centre Georges Pompidou, 1998.

Claire MAINGON, « Constantin Brancusi, un sculpteur au travail dans son atelier », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 07/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/constantin-brancusi-sculpteur-travail-son-atelier

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L'atelier de dessin à l'Ecole des Beaux-Arts - Antoine Bail

Le concours du Prix de Rome

L’histoire du prix de Rome de peinture

Institué en 1663 afin de sélectionner les artistes qui seraient admis à séjourner à l’Académie de France à…

Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome
Le concours du Prix de Rome

L'atelier, carrefour de la société des artistes

L’atelier de l’artiste au XIXe siècle

Les ateliers d’artistes ont beaucoup proliféré dans l’Europe du XIXe siècle, en…

L'atelier, carrefour de la société des artistes
L'atelier, carrefour de la société des artistes
L'atelier, carrefour de la société des artistes

Un atelier d’artiste à la fin du XVIIIe siècle

La vie artistique durant la période révolutionnaire

Les profonds changements survenus durant la révolution française ont affecté le domaine des…

Vue du palais Mancini - Piranèse

L'Académie de France à Rome : le palais Mancini

Fondée par Colbert en 1666 sur les conseils des peintres Charles Le Brun et Charles Errard, l’Académie de France à Rome occupe une place à part…

L'Académie de France à Rome : le palais Mancini
L'Académie de France à Rome : le palais Mancini
Grimaces et misères ou les Saltimbanques. Fernand Pelez

Fernand Pélez, peintre de la « misère » urbaine

Les saltimbanques ou la grimace de la misère

Pélez montre admirablement l’existence miséreuse que ces saltimbanques mènent dès l’enfance et jusqu…

Fernand Pélez, peintre de la « misère » urbaine
Fernand Pélez, peintre de la « misère » urbaine
Portrait de Marie Vassilieff 1920

Marie Vassilieff, une figure de Montparnasse

Marie Vassilieff et l’École de Paris

Née en 1884, Marie Vassilieff étudie la médecine et l’art à Saint-Pétersbourg. Grâce à une bourse de voyage…

Constantin Brancusi, un sculpteur au travail dans son atelier

Une œuvre de la mémoire en Roumanie

Pendant l’entre-deux-guerres, pour honorer la mémoire et le sacrifice des 9 millions de disparus de la Grande…

Intérieur de l'atelier de David - Léon Cochereau

Le travail en atelier devant le modèle vivant

La formation académique de l’artiste

Depuis l’Antiquité, la connaissance du corps humain a représenté la base de l’apprentissage du métier d’…

Le travail en atelier devant le modèle vivant
Le travail en atelier devant le modèle vivant
Le travail en atelier devant le modèle vivant
Vue de la villa Médicis à Rome - Turpin de Crissé

L'Académie de France à Rome : la villa Médicis

La Révolution fut une longue période de transition pour l’Académie de France à Rome. Dix années séparent l’abandon de son siège historique du…

L'Académie de France à Rome : la villa Médicis
L'Académie de France à Rome : la villa Médicis
L'Académie de France à Rome : la villa Médicis