Combats de barricades sur Alexanderplatz dans la nuit du 18 au 19 mars 1848.

Combats de barricades sur Alexanderplatz dans la nuit du 18 au 19 mars 1848.

Lieu de conservation : Kunstbibliothek (Berlin)
site web

Date représentée : 18 mars 1848

H. : 0

L. : 0

© BPK, Berlin, Dist RMN - Grand Palais - Knud Petersen

http://www.photo.rmn.fr

Le Printemps des peuples en Allemagne

Date de publication : Septembre 2008

Auteur : Alexandre SUMPF

Le Printemps des peuples en Allemagne

Le Printemps des peuples en Allemagne

La France, foyer de la révolution européenne

En mars 1848, le continent européen s’embrase à nouveau, de Vienne à Venise en passant par Prague et Berlin : c’est le « printemps des peuples », explosion simultanée de populations privées de nation et de droits politiques. Les révolutions de 1848 ont en commun, outre les barricades, un style romantique qu’incarnent les chants ou les habits et appelé « quarante-huitard ». Comme en 1789 et plus encore en 1830, les soulèvements qui ont éclaté à Paris ont mis en branle la contestation violente dans les capitales des États voisins, tout en influençant les modes de la révolte et le contenu des revendications : libertés privées et publiques garanties, démocratisation du pouvoir, reconnaissance des nationalités. En Allemagne, à Francfort, s’installe dès le 31 mars 1848 un Vorparlament (parlement préparatoire) pour surveiller les élections au suffrage universel. Deux pouvoirs s’opposent alors : celui des révolutionnaires et celui du principal monarque d’Allemagne du Nord, Frédéric-Guillaume IV, roi de Prusse.

Berlin la révolutionnaire, contre la tyrannie

Berlin, ici représentée, est la capitale de la Prusse. Le symbole de la révolte à la parisienne est sans conteste la barricade – obstacle symbolique et enracinement défensif du peuple face au pouvoir répressif. C’est donc sans surprise que l’on retrouve ce lieu-événement-moment fort (on distingue d’ailleurs des barriques, source étymologique du terme) au cœur de la composition. Dans un contexte iconographique paneuropéen qu’alimente une large diffusion des scènes révolutionnaires par l’estampe, l’auteur anonyme choisit de brosser une scène de nuit qui favorise les contrastes et les jeux de lumière. Le seul élément net de coloration est placé quasiment au centre de l’image : c’est le drapeau tricolore allemand appelant à l’unité territoriale et politique. Le reste est plongé dans une pénombre éclairée par la lune, placide témoin, mais aussi par un bâtiment en flammes et, surtout, la fumée blanche des coups de fusil. La scène centrale oppose les révoltés, surélevés par rapport aux soldats prussiens assaillants. La position du peloton, les visages tordus, les corps qui chutent, les blessés achevés au sol, ne sont pas sans rappeler les tableaux où Goya dénonça la barbarie dont les troupes napoléoniennes firent preuve les 2 et 3 mai 1809. La scène est berlinoise, mais elle appartient à l’histoire révolutionnaire du peuple européen.

L’unité allemande, entre république et empire

En 1848, les peuples de langue allemande sont loin d’avoir achevé leur unité au sein d’un État-nation sur le modèle français. Au sud de la Confédération germanique (créée en 1815), l’Empire autrichien rassemble de nombreux Germains catholiques, mais aussi des Hongrois, des Slaves orthodoxes et des juifs. Au nord, la Prusse des Hohenzollern protestants propose aux multiples États et cités de former une union douanière (Deutscher Zollverein, 1834) qui permet de rapprocher les deux parties du royaume. L’estampe met en évidence les visées inconciliables des révolutionnaires rassemblés en parlement à Francfort – où Karl Marx siège – et du roi de Prusse. En effet, Frédéric-Guillaume IV refuse en 1849 la couronne impériale « faite de boue » que lui proposent les parlementaires désireux de faire progresser l’unité allemande. Le Parlement se dissout en mai 1849, signifiant l’échec de la révolution en Allemagne.

Alexandre SUMPF, « Le Printemps des peuples en Allemagne », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 30/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/printemps-peuples-allemagne

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Napoléon et la politique des alliances

La politique internationale de Napoléon visant à asseoir sa dynastie le conduisit à se créer des alliés parmi les nouveaux souverains et à s’…

Napoléon et la politique des alliances
Napoléon et la politique des alliances

Un titre de baron sous l'Empire

La récompense d’un « brave »

Napoléon devenu empereur réintroduit progressivement les titres et les codifie par deux statuts du 1er mars 1808.…

Un titre de baron sous l'Empire
Un titre de baron sous l'Empire
Un titre de baron sous l'Empire
Un titre de baron sous l'Empire

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918

Mobilisation pécuniaire de l’arrière

Durant la Première Guerre mondiale, l’épargne française est mise à contribution par le biais d’emprunts…

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918
Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918

Hygiénisme et urbanisme : le nouveau centre de Villeurbanne

Au cours du XIXe siècle, les conditions de vie misérables réservées aux ouvriers dans les viilles et les préoccupations des hygiénistes ont…

L'exposition d'art dégénéré en 1937

La condamnation de l’art moderne par les nazis

Pris lors de l’exposition Entartete Kunst organisée en 1937 à Munich par les nazis, ce cliché du mur…

L'entrée de Napoléon à Berlin

La campagne de Prusse - 1806

Alors que la quatrième coalition, rassemblant l’Angleterre, la Russie et la Prusse, s’est organisée durant l’année…

Le traité de Versailles

La signature du traité de paix de Versailles intervient quelques mois après l’armistice du 11 novembre 1918. Mais l’armistice ne signifie pas la…

Le traité de Versailles
Le traité de Versailles
Le traité de Versailles
Le traité de Versailles

La bataille de Berlin

Quand l’Armée Rouge prend Berlin.

Ultime combat mené contre la Wehrmacht, la Bataille de Berlin qui se déroule du 16 avril au 2 mai 1945 achève…

La bataille de Berlin
La bataille de Berlin
La bataille de Berlin

Bismarck, le chancelier de fer

Chauvinisme

« Sous le Second Empire, le Kladderadatsch[1] voyait partout Napoléon III ; à tort ou à raison, nous sommes atteints de la même…

Signature du Traité de paix le 28 juin 1919 dans la Galerie des Glaces de Versailles

La signature du traité de Versailles

Faire la paix en 1919, une gageure

La conférence de la paix s’ouvre à Versailles le 18 janvier 1919. Deux mois après l’armistice, la question…