Entrée de Napoléon à Berlin. 27 octobre 1806.

Entrée de Napoléon à Berlin. 27 octobre 1806.

Date de création : 1810

Date représentée : 27 octobre 1806

H. : 330

L. : 493

Huile sur toile.

© RMN - Grand Palais (Château de Versailles) / image RMN-GP

http://www.photo.rmn.fr

87-001239-02 / MV1552

L'entrée de Napoléon à Berlin

Date de publication : Septembre 2008

Auteur : Isabelle MAYER-MICHALON

L'entrée de Napoléon à Berlin

L'entrée de Napoléon à Berlin

La campagne de Prusse - 1806

Alors que la quatrième coalition, rassemblant l’Angleterre, la Russie et la Prusse, s’est organisée durant l’année 1806, la Grande Armée est en Allemagne. Au début du mois d’octobre, les hostilités sont engagées avec l’armée prussienne. Napoléon, qui souhaite une bataille décisive, marche sur Berlin sachant que le roi de Prusse cherchera à lui barrer la route.
Après les victoires écrasantes d’Iéna et d’Auerstedt, le 14 octobre 1806, l’armée prussienne est en déroute, et Napoléon entre dans Berlin. Commandé en 1809 pour la galerie de Diane au palais des Tuileries, où Napoléon voulait alors rassembler des œuvres qui évoquaient ses entrées dans les villes conquises, le tableau de Charles Meynier (1763-1832) est présenté au Salon de 1810.

L’entrée à Berlin

Pour représenter l’entrée officielle de Napoléon dans la capitale de la Prusse le 27 octobre 1806, Charles Meynier (peintre de la grande épopée militaire sous l’Empire) s’est appuyé sur le texte du vingt et unième Bulletin de la Grande Armée, rédigé à Berlin même dès le lendemain. Le général Hulin, accompagné d’un aide de camp, ouvre le cortège. L’Empereur, acclamé par les habitants, est entouré de ses officiers et des chasseurs à cheval de sa garde. On reconnaît à sa gauche Soult, Davout et Caulaincourt derrière lui, flanqué de Ney et de Berthier, Jérôme Bonaparte, futur monarque du royaume de Westphalie créé quelques mois plus tard, puis Bessières et Augereau et plus loin le mamelouk Roustam. Parmi la foule des anonymes massés le long du cortège, légèrement sur la gauche, Meynier a glissé le portrait de Vivant Denon, le directeur du musée Napoléon arrivé à Berlin le même jour que l’Empereur. Jean-Dominique Larrey, le chirurgien de la Garde impériale, est représenté à l’extrême droite de la composition, en redingote verte. Monté sur un cheval blanc, Napoléon attire tous les regards ; l’artiste a su illustrer ce commentaire du Bulletin : « Un sentiment indéfinissable, mélange de douleur, d’admiration, de curiosité, agitait la foule qui se pressait sur son passage » ; les femmes y sont nombreuses, vêtues de robes aux couleurs chatoyantes. Pour décrire l’excitation de la foule, Meynier laisse libre cours à sa palette brillante, dominée ici par le rouge, le vert et le blanc. À gauche au premier plan, légèrement en retrait, un vieux Prussien vêtu de sombre lève la main sans ferveur au passage des troupes qui entrent dans sa ville.

Un héros pacificateur

Le sujet du tableau, choisi par l’Empereur lui-même, participe de la geste napoléonienne en cette année où l’Empire est à son apogée. L’auteur du livret insiste sur l’accueil réservé au héros, volontairement présenté en monarque pacificateur : « Il est accompagné du Roi de Westphalie et des principaux chefs de son état-major, à la vue d’une foule immense de peuple que l’admiration conduit au-devant du vainqueur. » La scène se déroule devant la porte de Brandebourg dont le quadrige, enlevé par les Français et acheminé au Louvre en grande pompe, deviendra aux yeux des Prussiens un symbole national.

Elodie LERNER « Grandeur et servitude de la Prusse, l’arrivée de Napoléon à Berlin par la peinture »Revue du Souvenir napoléonien, n° 466-467, septembre-décembre 2006, p.65-74.Isabelle MAYER-MICHALONCharles Meynier (1763-1832)Paris, Arthena, 2008.Isabelle MAYER-MICHALONL’Entrée de Napoléon à Berlin » par Charles Meynier (1763-1832) »Revue du Souvenir napoléonien, n° 466-467, septembre-décembre 2006, p.70-71.

Isabelle MAYER-MICHALON, « L'entrée de Napoléon à Berlin », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/entree-napoleon-berlin

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les Quatre nations vaincues

La place des Victoires a une genèse singulière puisqu’elle est voulue par François, vicomte d’Aubusson, duc de la Feuillade (1625-1691), afin de…

Les Quatre nations vaincues
Les Quatre nations vaincues
Les Quatre nations vaincues

Le royaume de Westphalie

Un État modèle au cœur de l’Allemagne

À Tilsitt, en 1807, Napoléon et Alexandre Ier de Russie signent un traité qui entérine une nouvelle carte…

Le royaume de Westphalie
Le royaume de Westphalie
Carte de l'Europe en 1914

Le dessous des cartes

La guerre pour de rire, ou l’optimisme illusoire de 1914

Au cours de l’été 1914, la mécanique des alliances croisées s’emballe et conduit en…

Le dessous des cartes
Le dessous des cartes
Le dessous des cartes

Le traité de Versailles

La signature du traité de paix de Versailles intervient quelques mois après l’armistice du 11 novembre 1918. Mais l’armistice ne signifie pas la…

Le traité de Versailles
Le traité de Versailles
Le traité de Versailles
Le traité de Versailles
Rue à Berlin - Georges Grosz

Berlin dans les années 30 : entre frénésie et chaos

L’Allemagne en plein chaos

La Première Guerre mondiale et la défaite allemande ont eu d’importantes conséquences politiques et économiques. D’une…

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918

Mobilisation pécuniaire de l’arrière

Durant la Première Guerre mondiale, l’épargne française est mise à contribution par le biais d’emprunts…

Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918
Les emprunts nationaux pendant la guerre de 1914-1918
Hitler combatif -Heinrich Hoffmann

Le charisme de Hitler

La conquête du pouvoir par Hitler

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, rien ne semblait prédestiner Adolf Hitler (1889-1945) à devenir le…

Le charisme de Hitler
Le charisme de Hitler
Le charisme de Hitler
Le charisme de Hitler

La propagande hitlérienne

L’arrivée de Hitler au pouvoir en Allemagne

Dans les années 1920 en Allemagne, le refus des conditions imposées par les vainqueurs lors du traité…

La propagande hitlérienne
La propagande hitlérienne

Bismarck, le chancelier de fer

Chauvinisme

« Sous le Second Empire, le Kladderadatsch[1] voyait partout Napoléon III ; à tort ou à raison, nous sommes atteints de la même…

Une représentation de Louis XIV

Décidé peu après la paix de Nimègue (10 août 1678), le programme iconographique du plafond de la galerie des Glaces à Versailles constitue une…

Une représentation de Louis XIV
Une représentation de Louis XIV