La France en guerre

Le 20 avril 1792, l’Assemblée législative déclare la guerre au « roi de Bohême et de Hongrie » c’est-à-dire à l’empire d’Autriche, auquel s’allie en juillet le royaume de Prusse. Les armées de la coalition franchissent les frontières de l’Est quelques mois plus tard, mais sont arrêtées à Valmy le 20 septembre. En février 1793, la situation est à nouveau critique et les frontières sont forcées de toute part par les armées des dynasties européennes.

Brevet de volontaire de la garde nationale

Brevet de volontaire de la garde nationale

La garde nationale en juillet 1790La garde nationale n’est pas initialement destinée à protéger le royaume contre une agression extérieure, elle n’assure que la police intérieure, se borne à imposer l...
1792, la Nation en arme

1792, la Nation en arme

Le 11 juillet 1792, face aux défaites militaires et aux menaces d’invasion (des Prussiens du duc de Brunswick et des émigrés du prince de Condé), l’assemblée législative déclare « la Patrie en danger ...
Rouget de Lisle composant la Marseillaise

Rouget de Lisle composant la Marseillaise

Le 20 avril 1792, la France en révolution entre en guerre contre l’Europe des monarques coalisés. Quelques jours plus tard, le maire de Strasbourg, le baron de Dietrich, lors d’une soirée en compagnie...
La bataille de Valmy - 20 septembre 1792

La bataille de Valmy - 20 septembre 1792

La fuite du roi en juin 1791 est significative de son refus d’une monarchie constitutionnelle et met en évidence sa collusion avec les puissances étrangères. Le 27 août 1791, la déclaration de Pillnit...
La bataille de Valmy.
Le duc de Chartres à Valmy.
Le siège de Lille (septembre-octobre 1792)

Le siège de Lille (septembre-octobre 1792)

Le 20 avril 1792, sur la proposition du roi Louis XVI, l’Assemblée législative déclare la guerre à l’empereur d’Autriche et engage ainsi la France dans une guerre qui, hormis la paix de Lunéville (9 f...
Le siège de Toulon (septembre-décembre 1793)

Le siège de Toulon (septembre-décembre 1793)

À la fin de 1792, après les victoires de Valmy et Jemmapes, la situation militaire de la France est excellente, mais la politique conquérante de la Convention girondine inquiète les puissances europée...
Guerres navales révolutionnaires

Guerres navales révolutionnaires

Le 13 prairial an II (1er juin 1794), l’escadre de Brest aux ordres de l’amiral Villaret de Joyeuse parvint à assurer le passage d’un convoi de blé en provenance d’Amérique, mais ayant dû livrer comba...
Le général Marceau, héros de l'armée révolutionnaire

Le général Marceau, héros de l'armée révolutionnaire

Un jeune général mort au combat François Séverin Marceau-Desgraviers est né à Chartres le 1er mars 1769. Engagé à 16 ans dans un régiment d’infanterie, il assiste en 1789, à Paris, aux débuts de la...
Portrait du général Marceau.
Honneurs rendus au brave général Marceau.
Testament du général Marceau.
Projet du tombeau de Marceau, offert par l'armée de Sambre-et-Meuse, dessiné par Antoine Sergent.
L'assassinat de Bassville à Rome

L'assassinat de Bassville à Rome

Les événements qui aboutissent à la proclamation de la république le 21 septembre 1792 ont entraîné une détérioration rapide des relations entre la France et le Saint-Siège : l’atteinte portée à l’ord...
Assassinat de Bassville à Rome.
Assassinat de Bassville à Rome, le 13 janvier 1793.
La patrie en danger

La patrie en danger

En 1798, l’Angleterre demeure l’ennemi principal de la France révolutionnaire. La victoire navale de Nelson à Aboukir, le 13 messidor an VI (1er août 1798), en reprenant le contrôle de la Méditerranée...