Brevet de volontaire de la garde nationale.

Brevet de volontaire de la garde nationale.

Date de création : 1789

Date représentée : 1790

H. : 25,5

L. : 34

Titre complet :Brevet de volontaire de la garde nationale de Wic-cous dit Wuissous. « Qui sert bien sa patrie n'a pas besoin d'ayeux ». A Paris, chez Nicolas, rue Saint-Honoré. Maison de Mr Coutencin, n° 109. AD Essonne 79J57 Première distribution des décorations de la Légion d'honneur, faite par Napoléon dans l'église de l'hôtel impérial des Invalides, le 14 juillet 1804 Gravure, à l'eau-forte et au burin.

© Archives départementales de l'Esssonne - Photo Y. Morelle

AD Essonne 79J57

Brevet de volontaire de la garde nationale

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Luce-Marie ALBIGÈS et Philippe OULMONT

Brevet de volontaire de la garde nationale

Brevet de volontaire de la garde nationale

La garde nationale en juillet 1790

La garde nationale n’est pas initialement destinée à protéger le royaume contre une agression extérieure, elle n’assure que la police intérieure, se borne à imposer le respect des lois et l’ordre public. Les gardes nationales poursuivent ainsi la tradition des milices bourgeoises de l’Ancien régime et conserveront ce rôle de garde civile jusqu’à leur suppression en 1871.

Loin d'être un soldat de métier, le détenteur de ce brevet, Mathurin Auboin, est un gros fermier du village de Wissous, au sud de Paris. Dans sa fierté de servir dans la garde nationale, il fait figurer sur son brevet le nom de son village, de préférence à la localité de rattachement de son bataillon ( un bataillon rassemblait 800 hommes).

La symbolique des débuts de la Révolution

Destiné à l’identification d’un garde national, ce brevet sur parchemin (25,5 x 34 cm), gravé en réservant l’espace pour des mentions manuscrites, par J. L. Copia (graveur(1764-1799)) et initialement composé pour la garde nationale de Paris (« Brevet de volontaire de la garde nationale non soldée ». BNF Département des Estampes Qb1 1793 (décembre)), est vendu chez Nicolas[1].

Les vignettes décoratives de l'encadrement, liées entre elles par des entrelacs de style Louis XV, mettent en évidence les symboles de la France nouvelle dont la défense s'organise en référence au moment fondateur : l'image de la prise de la Bastille, en bas, est connue de tous à l'époque. La conscience d'avoir mené à bien un acte révolutionnaire et bénéfique découle du décor guerrier[2]. Sur les côtés se mêlent, à droite, des armes populaires et médiévales, bouclier, arcs et flèches, haches et massue, et, à gauche, des instruments de musique : tambour, cymbales, trompettes. La diversité des armes évoque probablement les différentes compagnies de la garde nationale parisienne (grenadiers, fusilliers, chasseurs, sapeurs, canonniers et piquiers) qui semblent toutes représentées ainsi que la fanfare.

A ce caractère hétéroclite fait écho le heaume chevaleresque avec son plumet surplombant la vignette de la Bastille. La devise "Qui sert bien sa patrie n'a pas besoin d'ayeux" explicite la présence du heaume, emblème des aïeux des nobles : elle en démontre l'inutilité pour les vrais patriotes sans pour autant manifester une hostilité anti-nobiliaire. Cette devise reprend un alexandrin de Voltaire[3]. La pensée d’un des inspirateurs de la Révolution dont les tragédies sont connues de tous à l’époque est ainsi liée au grand événement de la Prise de la Bastille et au rôle de la garde nationale. Mais le remplacement de « pays » par « patrie » met la devise au goût du jour.

Patriotisme est alors un terme consubstantiellement lié à la Révolution; il implique la force armée du peuple. A droite, semblent figurés les instruments de la victoire, l’obusier et les boulets dont la pyramide évoque peut-être le symbole franc-maçon. A gauche, le sauvage nu armé d’un fouet, transpercé de flèches, décapité et baignant dans son sang, personnifie au contraire l’arbitraire et le despotisme vaincus. De l’enveloppe placée à côté de lui qui représente une lettre de cachet sort un document où se distingue le mot « veto »[4].

Au combat mené pour la liberté dans la partie basse de la gravure, s’oppose la nouvelle civilisation dont les attributs allégoriques ornent les côtés et la partie haute. A droite, on trouve dans la panoplie d'armes un carquois rempli de flèches qui le font ressembler à un faisceau avec l'inscription "Fort de notre union", symbole que les régimes républicains conserveront ensuite. La référence égalitaire est donnée par la balance de la justice, qui tient compte enfin équitablement des attributs du peuple rural laborieux, plus lourds que la Croix de Saint-Louis des privilégiés. A gauche, un esclave vêtu à l'antique se libère de ses chaînes, complétant l'évocation des nouveaux principes, la liberté et l'égalité.

En haut, triomphe la France nouvelle, celle qui rend hommage aux mérites véritables par la couronne de lauriers celle qui se reconnaît derrière le coq aux ailes éployées sautillant fièrement, emblème ancien redevenu populaire (gallus, gaulois), et surtout celle qui voit triompher au milieu des drapeaux, des trompettes et des rameaux de chêne (force durable) l'alliance du roi et des Français, manifestée par le bonnet populaire sur la pointe de l'épée monarchique, et par la juxtaposition de la tradition dynastique (les fleurs de lys sur champ d'azur) avec le nouvel ordre - la Nation, la Loi et le Roi. Dans ce cadre monarchique et constitutionnel s'épanouissent à la fois la liberté nouvellement gagnée et l'union nationale, associées l'une et l'autre à la commémoration du quatorze juillet.

Le patriotisme de l’an premier de la liberté

Ce brevet magnifiquement illustré d’emblèmes civiques exalte la fierté d’appartenir aux cohortes patriotiques de la garde nationale, alors que la bourgeoisie était écartée de la carrière militaire sous l’Ancien Régime. Tous les détails de ce langage allégorique sont parfaitement accessibles aux contemporains car la Révolution a multiplié les images de propagande de ce type. La prise de la Bastille a inauguré la diffusion d'une multitude d'images à composition symbolique, comme les diplômes de vainqueurs de la Bastille.

Le 14 juillet 1790, la fête de la Fédération clôt une année marquée par des décisions irrévocables, l'abolition des privilèges (4 août 1789) et la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (26 août 1789) dont l'écho est ici très clair. Ce diplôme, par sa décoration, traduit les sentiments et les espoirs communs de l'an premier de la liberté. En s'engageant le 14 juillet 1790 comme volontaire dans la garde nationale, Mathurin Auboin a conscience de défendre la "patrie" c'est-à-dire les acquis de la Révolution. Ni lui, ni les représentants des gardes nationales de tout le royaume réunis à Paris le même jour, ne peuvent se douter que les attributs naïvement guerriers du bas serviront bientôt à se battre entre Français.

Albert SOBOUL (dir.) Dictionnaire historique de la Révolution Paris, PUF, 1989.Michel VOVELLE La Révolution française, images et récit, 1789-1799 Paris, Messidor, 1986.

Luce-Marie ALBIGÈS et Philippe OULMONT, « Brevet de volontaire de la garde nationale », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 13/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/brevet-volontaire-garde-nationale

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Bonaparte et la propagande pendant la campagne d'Italie

Encore peu connu lorsqu’il rejoint l’armée d’Italie pour effectuer des manœuvres de diversion, Bonaparte sait d’emblée s’attacher ses soldats. Son…

Bonaparte et la propagande pendant la campagne d'Italie
Bonaparte et la propagande pendant la campagne d'Italie
Bonaparte et la propagande pendant la campagne d'Italie

Une représentation de Louis XIV

Décidé peu après la paix de Nimègue (10 août 1678), le programme iconographique du plafond de la galerie des Glaces à Versailles constitue une…

Une représentation de Louis XIV
Une représentation de Louis XIV

La revue La Plume et le Salon des Cent

La Plume (1889-1914) : une revue active

Parmi les petites revues littéraires et artistiques de la Belle Époque, La Plume, créée par Léon Deschamps…

L’emprunt de la libération de 1918

Combler les déséquilibres financiers du premier conflit mondial

Durant le premier conflit mondial, la France a financé son effort de guerre par l’…

L’emprunt de la libération de 1918
L’emprunt de la libération de 1918

La légende dorée de Napoléon

Durant la monarchie de Juillet, une flambée de bonapartisme se fit jour, encouragée par la politique de rassemblement national de Louis-Philippe.…

La légende dorée de Napoléon
La légende dorée de Napoléon

La France vaincue

La victoire de la Prusse à Sedan le 2 septembre 1870 entraîne l’effondrement du Second Empire. Deux jours plus tard, la déchéance de la famille…

La France vaincue
La France vaincue
La France vaincue

Frontispice pour le Dictionnaire de l’Académie française

Un dessin pour la langue française

Le dessin exécuté par Jean-Baptiste Corneille et représentant la gloire de Louis XIV était destiné à orner le…

La fuite de Blois et la réconciliation

Le retour sur les années 1619-1621

Lorsque Rubens reçoit en 1622 commande d’un cycle de peintures pour orner la galerie occidentale du tout nouveau…

La fuite de Blois et la réconciliation
La fuite de Blois et la réconciliation

La Tour du travail

La glorification du monde du travail

Cherchant un symbole marquant pour l’Exposition universelle de 1900, Armand Dayot eut l’idée d’un…

La Tour du travail
La Tour du travail

La majorité de Louis XIII

La fin de la régence

Afin de satisfaire aux ambitions de la reine mère Marie de Médicis, le peintre anversois Rubens, alors au faîte de sa gloire…