Aller au contenu principal
Les Halles et la rue de la Tonnellerie

Les Halles et la rue de la Tonnellerie

Les Halles

Les Halles

Les Halles et la rue de la Tonnellerie

Les Halles et la rue de la Tonnellerie

Date de création : vers 1828

Date représentée :

H. : 21,1 cm

L. : 25,3 cm

Huile sur carton.

Le marchand de vin André Lemaigre, dont on lit le nom sur l'enseigne peinte sur la façade, à gauche, est inscrit sur l'"Annuraire du commerce" Bottin de 1828, à l'adresse du 81 rue de la Tonnellerie.

Domaine : Peintures

© CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

Lien vers l'image

P 34

Les Halles de Paris à travers l'histoire

Date de publication : Janvier 2007

Auteur : Charlotte DENOËL

Origine des halles de Paris

Les origines des halles de Paris remontent à 1135, date à laquelle Louis VI le Gros décide de créer un marché sur le lieu-dit des Champeaux, situé extra muros, à l’endroit d’anciens marécages. Bientôt intégrées au centre de Paris qui s’étend progressivement au-delà de la ceinture marécageuse, les halles deviennent un grand centre d’échanges prospère. Les halles, au cours des siècles, vont connaître des transformations majeures. En effet, en 1183, des halles en bois seront édifié par Philippe Auguste mais également par Saint Louis en 1269. De plus, sous Louis XVI, une nouvelle halle au blé va voir le jour, sans compter le cimetière des innocent qui se verra vidé entre 1785 et 1786 au profit d'un marché aux fleurs, aux fruits et aux légumes. Quant à lui, Henri III fera reconstruire la place principale, le Carreau, qui sera désormais bordée de maisons dotées de galerie marchande, les "piliers des halles" et procédera à un élargissement des voies attenantes. Cependant, ces mesures s’avèrent insuffisantes : à la fin de l’Ancien Régime, les halles souffrent de réels problèmes d’engorgement et d’hygiène. En 1808, Napoléon Ier, qui souhaitait faire des halles le « Louvre du peuple », entreprend de doter Paris d’un réseau unifié de marchés couverts et de faire construire une vaste halle centrale entre le marché des Innocents et la halle aux blés. Mais, faute de temps, ce grand dessein napoléonien ne put voir le jour.

 

Les halles de Baltard

Surnommées « ventre de Paris » par Émile Zola qui, fasciné par la vie foisonnante qui s’en dégageait, leur consacra l’un de ses romans les plus célèbres, les halles constituent la principale source d’approvisionnement de la capitale et de son agglomération. Délimitées à l’est par la rue Saint-Denis, au sud par la rue de la Ferronnerie, à l’ouest par la rue de la Tonnellerie et au nord par la rue de la Grande Truanderie, elles conservaient encore au début du XIXe siècle leur physionomie moyenâgeuse, comme le montre cette peinture de Giuseppe Canella l’Aîné. La rue de la Tonnellerie y apparaît bordée de galeries couvertes, dits « piliers », qui abritent les boutiques des commerçants et des artisans. Une foule dense se bouscule dans ces galeries où s’entassent les denrées, souvent dans des conditions d’hygiène douteuses. À cette insalubrité s’ajoute l’encombrement permanent des halles et des alentours, si bien qu’en 1842 le préfet de Paris, Rambuteau, crée la Commission des halles et la charge d’étudier leur réaménagement complet ou leur transfert. Aussitôt, l’architecte Victor Baltard (1805-1874) élabore plusieurs projets successifs pour leur reconstruction. Après avoir imaginé dans un premier temps une solution hybride combinant la pierre et le fer, il s’oriente à la demande expresse de Napoléon III vers une structure entièrement métallique déployée en de vastes parapluies, s’inspirant de l’architecture contemporaine des gares et des propositions audacieuses présentées par son collègue Hector Horeau. Après bien des tâtonnements et des hésitations, le projet définitif, qui consiste en l’édification de douze pavillons à ossature de fonte recouverts de vitrages et réunis par des rues couvertes, est finalement retenu en 1854, et les travaux entamés aussitôt à l’emplacement des halles de l’Ancien Régime. Quinze ans furent nécessaires pour édifier dix des douze pavillons prévus. Une photographie d’Henri Lemoine prise vers 1900 montre ces nouveaux pavillons dont les hautes verrières et la structure métallique apparente constituent une véritable prouesse technique. Les ressources offertes par le fer et le verre sont ici mises au service d’une meilleure hygiène, grâce à la création de nombreux espaces dégagés dont la ventilation et l’éclairage naturel sont assurés de manière efficace par des persiennes de verre.

Postérité des halles de Baltard

D’emblée, les pavillons édifiés par Baltard suscitèrent l’admiration des contemporains, émerveillés par ce chef-d’œuvre de légèreté et de transparence. Sur le plan technique, les halles consacrent le triomphe de l’architecture industrielle, que l’on retrouve par la suite employée dans un grand nombre de constructions, des gares de chemin de fer aux marchés couverts en passant par la Bibliothèque nationale de Labrouste (1859-1868), les abattoirs de la Villette (1863-1867) et les bâtiments des expositions universelles. Comme les halles, ces divers édifices s’intègrent au plan d’urbanisation élaboré par le préfet de Paris Haussmann, qui souhaitait adapter la capitale aux nouvelles exigences de la civilisation industrielle. Sur le plan pratique, le projet de Baltard se révèle rapidement insuffisant, et les nouvelles halles demeurent encombrées par le trafic toujours plus intense et l’afflux de clients, bien qu’une dernière extension ait été entreprise entre 1935 et 1948 avec la construction des deux derniers pavillons de Baltard. Ressurgit alors la question du déménagement des halles en dehors du centre de Paris : le 6 janvier 1959, au terme de longs débats, le conseil des ministres décide par ordonnance de transférer les halles à Rungis et à la Villette. Malgré la mobilisation d’une partie de l’opinion en faveur du maintien des pavillons de Baltard in situ, leur démolition commence en 1971, deux ans après l’ouverture du nouveau marché de Rungis, au sud de Paris. Seul un édifice échappa à la destruction et fut remonté à Nogent-sur-Marne où il est encore visible aujourd’hui. La place laissée vide par les halles fut, quant à elle, bientôt occupée par un vaste centre commercial et culturel, l’actuel « Forum des halles », inauguré par le maire de Paris, Jacques Chirac, en septembre 1979.

Guy CHEMLA, Les Ventres de Paris. Les Halles, la Villette et Rungis. L’histoire du plus grand marché du monde, Grenoble, Glénat, 1994.

Jean FAVIER, Paris, deux mille ans d’histoire, Paris, Fayard, 1997.

Bertrand LEMOINE, Les Halles de Paris, Paris, L’Équerre, 1980.

Alain PLESSIS, De la fête impériale au mur des Fédérés, 1852-1871, Paris, Le Seuil, coll. « Nouvelle histoire de la France contemporaine », vol.9, 1979.

Émile ZOLA, Le Ventre de Paris, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2002.

Charlotte DENOËL, « Les Halles de Paris à travers l'histoire », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 24/02/2024. URL : histoire-image.org/etudes/halles-paris-travers-histoire

Anonyme (non vérifié)

A un moment de changement des Halles de Paris,
Je me renseigne sur le passé des Halles,
d'un point de vue historique et géographique

jeu 29/03/2012 - 14:43 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Je suis élève de 4ème au collége et je prépare une épreuve d'histoire des arts. Je dois comparer un extrait du ventre de Paris de Zola et les 2 oeuvres suivantes :
- Les Halles de la Tonnellerie
- Les Halles de Paris
Je vous demande l'autorisation de les tiré sur papier.

Merci.

mar 22/05/2012 - 18:32 Permalien
Anonyme (non vérifié)

bonjour,

actuellement élève en 4éme , dans le bute de l'épreuve histoires des arts, voulez-vous me laissez tiré vos image ?

mar 22/05/2012 - 19:43 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

Merci pour l'intérêt que vous portez à notre site.

Le site L’Histoire par l’image ne dispose pas des droits d’utilisation des images hormis pour ce site.

Si vous souhaitez utiliser une image du site, nous vous invitons à vous contacter l'organisme cité dans la partie contact du copyright.
Il faut donc faire la demande auprès de l'agence photographique de la RMN-Grand Palais à cette adresse : agence.photo@rmn.fr en spécifiant la référence de l'image

En vous souhaitant bon courage pour votre recherche.

Anne-Lise

ven 25/05/2012 - 10:14 Permalien
Anonyme (non vérifié)

bonjour
je suis élève en 4ème et j'aimerais avoir les droits d'auteurs de l'image les halles de paris de henri lemoine

jeu 31/05/2012 - 17:42 Permalien
Anonyme (non vérifié)

grand merci pour ces explications sur les Halles . Je suis élève en 4ème j'ai un exposé / diaporama a présenter et je suis ravie d'avoir tant d'informations .Très pratique comme site .

ven 11/01/2013 - 20:05 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour, je dois faire un dossier sur les Halles de Paris en montrant l'évolution de celle-ci depuis les années 70 jusqu'à nos jours en passant par trois étapes: - le marché des Halles
- le forum des Halles
- le nouveau projet: la canopé
Et je ne sais pas très bien comment m'y prendre pour commencer!
Merci.

mar 31/12/2013 - 14:35 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonsoir, mon arrière grand père a travaillé aux Halls de Paris d environ 1896 pendant une dizaine d'année;
j'ai en ma possession une plaque (en cuivre?) avec son nom et les années où il y a travaillé.

Existe t il un inventaire des gens qui ont travaillés aux halls, docs photos et divers d 'époque qui serait consultable.

par avance merci

ven 20/09/2019 - 17:40 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le Mobilier urbain, un symbole de Paris

Le Mobilier urbain, un symbole de Paris

Des colonnes dans la rue

La multiplication des lieux de divertissement tels que les théâtres ou les cirques sur les boulevards au cours du XIX…

Le Premier crématorium de Paris

Le Premier crématorium de Paris

Une décision longtemps ajournée

La construction de ce bâtiment, rêve de Bosphore sur la rive droite de la Seine, est le point final d’un…

L'exposition de 1900 à travers des cartes publicitaires

L'exposition de 1900 à travers des cartes publicitaires

L'Exposition de 1900 est la cinquième Exposition universelle organisée à Paris. Inaugurée sous la présidence d'Emile Loubet, elle a permis à la…

L'exposition de 1900 à travers des cartes publicitaires
L'exposition de 1900 à travers des cartes publicitaires
L'exposition de 1900 à travers des cartes publicitaires
Versailles après Louis XIV

Versailles après Louis XIV

Le retour de la Cour

Le tableau de Pierre-Denis Martin (1663-1742) s’inscrit dans une période de renouveau dans l’histoire du château de…

Versailles après Louis XIV
Versailles après Louis XIV
Versailles après Louis XIV
Le palais de la Porte-Dorée, témoignage de l’histoire coloniale

Le palais de la Porte-Dorée, témoignage de l’histoire coloniale

Un palais permanent hérité de l’Exposition coloniale de 1931

Le palais de la Porte Dorée représente de seul vestige monumental de l’Exposition…

Le pont Neuf et la Samaritaine au XVIII<sup>e</sup> siècle

Le pont Neuf et la Samaritaine au XVIIIe siècle

Le peintre de Paris

Cette vue du Pont Neuf et de la Samaritaine est datée et signée par l’artiste, avec une mention inscrite dans l’ombre du coin…

Une halle révolutionnaire

Une halle révolutionnaire

Nourrir la capitale

Le geste monumental traduit par les plans de Le Camus de Mézières et le dessin anonyme antérieur à 1836 vient résoudre un…

Une halle révolutionnaire
Une halle révolutionnaire
L'École centrale de Saint-Flour (1795-1802)

L'École centrale de Saint-Flour (1795-1802)

Créées par trois lois successives de 1795, les écoles centrales devaient dispenser un enseignement secondaire supérieur. Des professeurs rétribués…

L'École centrale de Saint-Flour (1795-1802)
L'École centrale de Saint-Flour (1795-1802)
L'École centrale de Saint-Flour (1795-1802)
L'École centrale de Saint-Flour (1795-1802)
Vue de la Seine au XVIII<sup>e</sup> siècle

Vue de la Seine au XVIIIe siècle

L’œil de Paris

La vue de la Seine en aval du pont neuf est datée et signée par l’artiste, avec une mention inscrite sur le quai Malaquais ou des…

Les plans-reliefs

Les plans-reliefs

La collection des plans-reliefs

Née dans un contexte historique particulier, la collection des plans-reliefs doit son existence à une conception…