Les Dames Goldsmith au bois de Boulogne en 1897 sur une voiturette Peugeot.

Les Dames Goldsmith au bois de Boulogne en 1897 sur une voiturette Peugeot.

Date de création : 1901

Date représentée :

H. : 0

L. : 0

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - D. Arnaudet

http://www.photo.rmn.fr

90-006300 / CMV1250

Les Dames Goldsmith au bois de Boulogne en 1897 sur une voiturette Peugeot

Date de publication : Septembre 2005

Auteur : Alain GALOIN

Au XVIIIe siècle déjà, il était du dernier chic pour une élégante de conduire elle-même un léger phaéton ou un cabriolet attelé d’un ou de deux fringants chevaux. Au siècle suivant, il est de bon ton pour une femme du monde de se promener au bois de Boulogne pour s’y montrer, soit à cheval lorsqu’elle pratique l’art équestre, soit en brillant équipage, généralement dans une calèche découverte attelée « à la Daumont ». Ces belles aristocrates croisent au bois des demi-mondaines avides de considération et soucieuses de les imiter. Dans le célèbre roman d’Émile Zola, Nana vient ainsi assister au Grand Prix de Paris « dans son landau garni d’argent, attelé à la Daumont de quatre chevaux blancs magnifiques, un cadeau du comte Muffat ».

À la fin du XIXe siècle, l’apparition de l’automobile ne modifie pas en profondeur les habitudes des élégantes. D’un prix élevé en raison d’une production artisanale faisant appel à de nombreuses entreprises de sous-traitance, l’automobile n’est accessible jusqu’en 1914 qu’à une élite : aristocrates et grands bourgeois ne dédaignent pas de la conduire. Les allées du bois restent donc un lieu de sociabilité recherché et voient pour un temps se croiser les fins coupés hippomobiles et les voiturettes à pétrole que des dames fort audacieuses conduisent fièrement elles-mêmes. Ainsi, au début du XXe siècle, le journaliste Alfred Capus peut-il écrire dans l’une de ses chroniques : « L’automobilisme n’a pas été un simple événement industriel : il est mêlé désormais, d’une façon intime, à l’histoire de l’élégance contemporaine. »

Inspiré par les multiples facettes du charme féminin, Julius Leblanc Stewart ne pouvait qu’être fasciné par le spectacle insolite d’une femme conduisant une automobile à pétrole.

Toilettées de pied en cap, les dames Goldsmith s’affichent avec un plaisir non dissimulé aux commandes d’une voiturette Peugeot. La conduite est encore à droite, et la direction est assurée, non par un volant, mais au moyen de la traditionnelle « queue de vache ». Un chien se dresse fièrement à l’avant du véhicule. À cette époque, il est en effet de bon ton pour une élégante de se montrer avec un chien de race.

La conductrice est vraisemblablement titulaire du permis de conduire. En effet, depuis 1896, un « certificat de capacité » signé par le préfet est obligatoire. Il est délivré à la suite d’un examen passé devant un ingénieur des Mines, qui apprécie la façon dont le candidat conduit et qui l’interroge sur la connaissance et l’entretien de son automobile. Les leçons de conduite sont généralement dispensées par le vendeur du véhicule. Les auto-écoles ne seront créées qu’en 1917. De même, un certificat permettant l’utilisation de la voiture – l’équivalent de notre actuelle carte grise – est également obligatoire depuis 1896.

Finalement, la fonction sociale de la calèche hippomobile et celle de la voiturette Peugeot des dames Goldsmith sont sensiblement les mêmes. Il s’agit de moyens de locomotion essentiellement utilisés par l’élite fortunée de la population et qui participent surtout de l’art du paraître. Néanmoins, l’automobile, par sa dimension active et technicienne, modifie profondément la posture et donc le sens de la promenade pour les femmes. En ce sens, l’automobile constitue pour ces dernières l’un des instruments majeurs dans leur cheminement vers l’émancipation et la liberté.

Très tôt les femmes disputèrent aux hommes le privilège de piloter ces premières automobiles. Ainsi, en 1897, la duchesse d’Uzès (1847-1933) fut la première femme à obtenir le permis de conduire, et son exemple fut très vite suivi par d’autres. De la conduite ordinaire au sport automobile, il n’y avait qu’un pas qui fut rapidement franchi. Madame Camille du Gast fut sans doute la première femme à s’engager dans une compétition automobile – le Paris-Madrid en mai 1903 –, mais l’Automobile-Club de France lui interdit de s’inscrire à la coupe Gordon-Bennett l’année suivante. « Une femme au volant d’une voiture de tourisme, à la bonne heure ! Une femme au volant d’une voiture de course […] il ne le faut pas », pouvait-on lire dans l’Allgemeine Automobile Zeitung cette année-là.

La Première Guerre mondiale fit beaucoup pour l’émancipation de la femme dans le domaine de l’automobile. Nombreuses furent celles qui prirent le volant pour conduire des ambulances, mais aussi des taxis ou des autobus. Pendant l’entre-deux-guerres, outre les « garçonnes » pilotant des voitures de tourisme ou de sport, comme Joséphine Baker ou Mistinguett, beaucoup de femmes se lancèrent dans la compétition automobile, notamment en participant au Rallye de Monte-Carlo à partir de 1925. En 1926, les femmes avaient enfin leur Automobile-Club féminin, placé sous la présidence de la duchesse d’Uzès. La même année, mademoiselle Hellé-Nice, ancienne danseuse nue au Casino de Paris, devint pilote de course. Elle courut en Formule 1 quelque soixante-seize Grands Prix et rallyes. En 1937, elle roula pendant dix jours dans le bol de Montlhéry et, avec ses trois coéquipières, battit quinze records internationaux et dix records du monde.

Après la Seconde Guerre mondiale, la participation des femmes aux grandes courses automobiles nationales et internationales fut plus discrète que pendant les Années folles. Néanmoins, la démocratisation de l’automobile aidant, cette remarque du journaliste automobile Baudry de Saunier (1865-1938), publiée en 1935 dans L’Illustration, semble plus que jamais d’actualité : « Aujourd’hui le spectacle de la femme qui conduit est si habituel, si normal, qu’il semble dater du début même de l’automobile. Si la femme conduit avec autant, sinon plus de prudence et de sang-froid que l’homme, elle n’est que rarement curieuse du mécanisme de sa voiture. Elle respecte les mystères enfouis sous le capot, sous le plancher, et dans les carters ; il faut reconnaître qu’elle n’a pas trop à souffrir de tant de discrétion si elle prend la précaution de passer de temps à autre à la station-service. »

Christian-Henry TAVARD, « L’automobile et la libération des femmes », in Historia, 1984, numéro spécial 449 bis L’Automobile a 100 ans, 1884-1984.

Alain GALOIN, « Les Dames Goldsmith au bois de Boulogne en 1897 sur une voiturette Peugeot », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/dames-goldsmith-bois-boulogne-1897-voiturette-peugeot

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Intervention des États-Unis dans la Première Guerre mondiale

« La Fayette, nous voilà », les premières participations américaines à la Première Guerre mondiale

Le don de matériel en provenance des États-Unis…

Intervention des États-Unis dans la Première Guerre mondiale
Intervention des États-Unis dans la Première Guerre mondiale
Intervention des États-Unis dans la Première Guerre mondiale

Les Croisières de Citroën : publicité et colonialisme dans l'entre-deux-guerres

La Croisière noire, relevant à la fois de l’aventure coloniale, du raid automobile et de l’opération publicitaire, est née de la volonté d’un homme,…
Les Croisières de Citroën : publicité et colonialisme dans l'entre-deux-guerres
Les Croisières de Citroën : publicité et colonialisme dans l'entre-deux-guerres
Les Croisières de Citroën : publicité et colonialisme dans l'entre-deux-guerres

Les voitures Renault

Renault, les débuts du succès (1898-1905)

En 1898, Louis Renault (1877-1944) ajoute une quatrième roue, une boîte à trois vitesses et une…

Les voitures Renault
Les voitures Renault
Les voitures Renault
Les voitures Renault

Les taxis de la Marne

Des taxis parisiens aux taxis de la Marne

La Compagnie Française des Automobiles de Place, plus tard dite « G7 » (du fait que ses véhicules étaient…

Les taxis de la Marne
Les taxis de la Marne
Les taxis de la Marne
Les Souverains - Auguste Roubille

Les Embarras de la circulation

Les difficultés et les nuisances de la circulation dans les grandes villes ne constituent pas un problème spécifique à notre époque. Pendant l’…

Les Embarras de la circulation
Les Embarras de la circulation
Les Embarras de la circulation

De la vitesse… !

En France, en Europe, dans le monde, tout va vite, beaucoup plus vite au tournant du XIXe siècle, un siècle de « prodigieux essor scientifique et…

L'architecture publicitaire du garage Marbeuf (Laprade & Bazin, 1928-1929)

L’ère de l’automobile

Dans les années 1920, si la construction automobile connaît un essor exceptionnel après la Première Guerre mondiale, l’…

L'architecture publicitaire du garage Marbeuf (Laprade & Bazin, 1928-1929)
L'architecture publicitaire du garage Marbeuf (Laprade & Bazin, 1928-1929)
L'architecture publicitaire du garage Marbeuf (Laprade & Bazin, 1928-1929)
L'architecture publicitaire du garage Marbeuf (Laprade & Bazin, 1928-1929)

Paysages ravagés de la guerre de 1914-1918

La ruine de l’Europe en guerre

De 1914 à 1918, la Grande Guerre fait rage aux quatre coins du globe, se concentrant en France sur une bande de 800…

Paysages ravagés de la guerre de 1914-1918
Paysages ravagés de la guerre de 1914-1918
Paysages ravagés de la guerre de 1914-1918

La Croisière jaune, une conquête de l’Orient pour conquérir l’Occident

1931, année des colonies en France

Trois semaines avant l’ouverture officielle de l’Exposition coloniale de Paris, André Citroën donne le signal du…

La Croisière jaune, une conquête de l’Orient pour conquérir l’Occident
La Croisière jaune, une conquête de l’Orient pour conquérir l’Occident

Une des premières automobiles Mors, 1898

En 1873, l’apparition de la première automobile va bouleverser la relation des hommes au temps et à l’espace. Il s’agit de L’Obéissante, une…