Garage Marbeuf, vu en perspective depuis la rue Marbeuf.

Garage Marbeuf, vu en perspective depuis la rue Marbeuf.

Lettre sur papier commercial du garage Marbeuf à A. Laprade, 25 juin 1929

Lettre sur papier commercial du garage Marbeuf à A. Laprade, 25 juin 1929

Photographie du garage Marbeuf : vue nocturne extérieure avec essai d'éclairage électrique.

Photographie du garage Marbeuf : vue nocturne extérieure avec essai d'éclairage électrique.

Photographie du garage Marbeuf : vue nocturne intérieure avec essai d'éclairage électrique.

Photographie du garage Marbeuf : vue nocturne intérieure avec essai d'éclairage électrique.

Garage Marbeuf, vu en perspective depuis la rue Marbeuf.

Garage Marbeuf, vu en perspective depuis la rue Marbeuf.

Date de création : 1928

Date représentée :

H. : 0

L. : 0

Dessin à l'encre et au lavis

© Centre historique des Archives nationales - Atelier de photographie

Lien vers l'institution

L'architecture publicitaire du garage Marbeuf (Laprade & Bazin, 1928-1929)

Date de publication : Novembre 2003

Auteur : Jean-Charles CAPPRONNIER

L'architecture publicitaire du garage Marbeuf (Laprade & Bazin, 1928-1929)

L'architecture publicitaire du garage Marbeuf (Laprade & Bazin, 1928-1929)

L’ère de l’automobile

Dans les années 1920, si la construction automobile connaît un essor exceptionnel après la Première Guerre mondiale, l’automobile demeure cependant un objet de luxe. La construction de plusieurs garages, dans le quartier emblématique des Champs-Elysées, révèle l’intérêt des architectes du premier tiers du XXe siècle pour afficher la modernité de leur discours à travers ce type de bâtiment. On aménage alors pour « l’auto », nouveau fétiche des classes fortunées, de somptueux « salons » d’exposition, voire de véritables « palais », avec marbres et dorures. Le Salon de l’Auto ne se tient-il pas lui-même au Grand Palais ? Dès 1907, les frères Perret effectuent, rue de Ponthieu, une première tentative de « béton esthétique » (Auguste Perret) pour un garage (démoli en 1970). En 1925, Mallet-Stevens est chargé de la construction du garage Maryland, rue Marbeuf (que jouxtera le garage Citroën).


Un associé d’André Citroën, l’homme d’affaires Etienne Bunau-Varilla (1856-1944), administrateur de la Société du Garage Marbeuf, mais aussi directeur du grand quotidien Le Matin et mécène des architectes modernes, fait appel à Albert Laprade (1883-1978) et à son associé d’origine helvétique Léon-Emile Bazin (1900-1976) pour créer un magasin de vente d’automobiles avec hall d’exposition.

En 1928, Albert Laprade a déjà à son actif une production très importante, notamment au Maroc[1]. En 1925, il a participé à l’Exposition internationale des arts décoratifs, qui a consacré sa célébrité naissante.

Un magasin théâtralisé

Rue Marbeuf, à deux pas des Champs-Elysées, Laprade et Bazin conçoivent, pour attirer et concentrer le regard des passants, cette monumentale vitrine-affiche, haute de 19 mètres pour une longueur de 21 mètres, constituée d’une ossature métallique, alors que les sols et parois du magasin sont formés de « voiles de béton ». Deux massifs latéraux, évoquant des bow-windows, encadrent la façade en similipierre et revêtue pour partie d’un décor de granito.

Cet immeuble remplace un magasin d’exposition antérieur, mais laisse intact, à l’arrière du nouveau bâtiment, l’ancien garage proprement dit, construit dès 1926.

Le magasin d’exposition est conçu comme une salle de théâtre, dont la scène serait la rue, les acteurs les passants, et les spectateurs les automobiles, bien alignées à leur place, aux différents étages, face au spectacle de la rue. L’objectif est que le passant, de plus en plus aspiré par la trépidante vie urbaine, puisse s’immobiliser, ne serait-ce que quelques secondes, devant cette salle comble où l’accumulation des véhicules est soulignée par le profil des « plateaux-balcons ».

Les architectes, qui mettent l’accent, dans ce dessin, sur l’effet de masse de la production industrielle, n’imaginent cependant pas encore que ces automobiles, entassées dans le magasin, puissent un jour envahir la rue !

Les enseignes du garage Marbeuf, étroitement liées à l’architecture, font l’objet de nombreuses études de lettres. Celles du nom de Citroën se détachent sur le nu de l’entablement sommital, alors que les lettres de Marbeuf sont intégrées de manière puissante à la base des bow-windows latéraux.

Papier de correspondance de « Marbeuf, le garage aux 10 étages »
Les en-têtes et papiers commerciaux rivalisent de créativité publicitaire dans les années 20. L’administration du garage Marbeuf utilise une coupe longitudinale du garage comme expression de son dynamisme commercial, la hauteur du bâtiment étant ici en outre utilisée comme gage de modernité et de progrès. L’usage novateur du tramé permet à l’image de couvrir l’intégralité de la surface du papier et d’affirmer ainsi le caractère innovant de l’architecture par le support publicitaire.

Vue nocturne de la nouvelle façade
Très tôt, Albert Laprade a compris les ressources infinies que pouvait apporter l’éclairage électrique dans la valorisation de l’œuvre architecturale. Ici, les « feux de la rampe » jouent pleinement leur rôle en illuminant tout autant, voire plus, la scène de la rue que les plateaux intérieurs proprement dits. Le profil des plateaux du magasin y est parfaitement rehaussé par l’éclairage, et les chromes étincelants des véhicules rutilent sous le déluge de lumière. L’effet d’accumulation, renforcé par le cadrage et la lumière, miniaturise paradoxalement les véhicules et donne l’impression qu’il s’agit là d’un magasin de jouets plutôt que d’un magasin d’automobiles grandeur nature.

Vue nocturne du magasin d’exposition
L’éclairage intérieur du magasin est lui aussi savamment agencé, en particulier grâce au dallage noir et blanc, le saisissant effet lumineux de l’ensemble étant accentué par la vue plongeante. Au cours de cette période, les architectes ont su bénéficier des progrès considérables accomplis par la photographie d’architecture, depuis le début du siècle, en particulier dans le traitement des espaces intérieurs et dans la maîtrise des clichés de nuit.

Albert Laprade ou la modernité classique

La conception du garage Marbeuf présente un caractère novateur résolument affirmé, en particulier par l’association de la monumentale vitrine et de ses massifs latéraux. Cette modernité n’échappera pas aux architectes européens du Mouvement Moderne, tels Gropius en Allemagne ou Dudok aux Pays-Bas. Le garage Marbeuf sera l’une des réalisations de Laprade les plus abondamment évoquées dans les revues et ouvrages d’architecture à l’étranger. L’immeuble sera démoli en 1952.

Passionné, entre les deux guerres, par les immenses possibilités révélées par l’énergie électrique, Laprade construit non seulement les sièges de l’Office central électrique (OCEL), boulevard Haussmann (1931-1932), et de la Compagnie parisienne de distribution d’électricité (CPDE), rue de Rennes (1933-1935), mais aussi de très importants ouvrages d’art tels que le barrage de Génissiat, sur le Rhône, réalisé, avec sa cité ouvrière, de 1938 à 1955.

Si les réalisations de Laprade, reflet d’une exceptionnelle longévité professionnelle (1912 à 1970), sont résolument enracinées dans la modernité, elles montrent aussi l’influence du modèle de l’architecture classique française de la fin du XVIIe siècle. Deux autres de ses réalisations majeures en sont l’illustration : le musée permanent des Colonies (qui deviendra le musée des Arts africains et océaniens), construit au bois de Vincennes pour l’Exposition coloniale de 1931, et l’ambassade de France à Ankara (1934-1939).

LEMOINE (Bertrand) et RIVOIRARD (Philippe)L’Architecture des années 30Paris-Lyon, Délégation à l’Action artistique de la Ville de Paris-Editions de La Manufacture, 1987.MIDANT (Jean-Paul)« Albert Laprade », in Dictionnaire de l’architecture du XXe siècleParis, Hazan-Institut français d’architecture, 1996.

Jean-Charles CAPPRONNIER, « L'architecture publicitaire du garage Marbeuf (Laprade & Bazin, 1928-1929) », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 13/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/architecture-publicitaire-garage-marbeuf-laprade-bazin-1928-1929

Anonyme (non vérifié)

Est-ce une architecture ou une affiche pour la pub? Merci

mer 18/05/2011 - 22:40 Permalien
Anonyme (non vérifié)

La conception d'une architecture commerciale demande un grand savoir faire en la matière pour que celle ci soit,dans sa réalisation,une réussite

jeu 06/02/2014 - 07:11 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Victor Laloux, l'architecte de la gare d'Orsay

Représentant emblématique de l’architecte officiel couvert d’honneurs, Victor Laloux connut une carrière exemplaire. Elève de l’Ecole des Beaux-Arts…

Les demeures royales

Versailles à la charnière de deux règnes

Cette série de tableaux de Pierre-Denis Martin (1663-1742) s’insère à une période charnière de l’histoire…

Les demeures royales
Les demeures royales
Les demeures royales

Le Louvre au XIXe siècle

Le Louvre au XIXe siècle

Depuis le XVIe siècle, l’achèvement du Grand Louvre est un leitmotiv de la politique culturelle…

Le Louvre au XIX<sup>e</sup> siècle
Le Louvre au XIX<sup>e</sup> siècle
Le dôme central de la galerie des machines à l'exposition universelle de 1889 - Louis Béroud

Le Dôme central à l'exposition universelle de 1889

L’Exposition universelle internationale de 1889 à Paris

La quatrième Exposition universelle organisée en France célébra le centenaire de la…

Cloître de l'église de Moissac

La Mission héliographique de 1851 : une vocation patrimoniale

La notion de patrimoine

L’acharnement des sans-culottes révolutionnaires contre les monuments de l’Ancien Régime qui abritaient les emblèmes de…

La Mission héliographique de 1851 : une vocation patrimoniale
La Mission héliographique de 1851 : une vocation patrimoniale
La Mission héliographique de 1851 : une vocation patrimoniale

Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe

Une « maison de rapport » édifiée sous le Directoire

Une sanglante « bavure », dénoncée par Daumier, a rendu tristement célèbre la maison du 12 rue…

Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe
Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe
Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe
Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe

Panorama des Palais

Une exposition d’envergure

L’exposition de 1878, inaugurée le 1er mai après dix-neuf mois de travaux et de préparation, s’inscrit dans…

Le pont Neuf et la Samaritaine au XVIIIe siècle

Le peintre de Paris

Cette vue du Pont Neuf et de la Samaritaine est datée et signée par l’artiste, avec une mention inscrite dans l’ombre du coin…

Une halle révolutionnaire

Nourrir la capitale

Le geste monumental traduit par les plans de Le Camus de Mézières et le dessin anonyme antérieur à 1836 vient résoudre un…

Une halle révolutionnaire
Une halle révolutionnaire

Le vieux Paris - la photographie documentaire

Mutations urbaines

« Dehors, des thèmes populaires finement écrits pour des instruments variés, depuis la corne du raccommodeur de porcelaine ou la…

Le vieux Paris - la photographie documentaire
Le vieux Paris - la photographie documentaire
Le vieux Paris - la photographie documentaire