Aller au contenu principal
La Traite des nègres

La Traite des nègres

Date de création : 1820-1823

H. : 30,6 cm

L. : 43,7 cm

Sanguine, pierre noire sur papier brun.

Domaine : Dessins

© Beaux-Arts de Paris, Dist. RMN-Grand Palais / image Beaux-arts de Paris

Lien vers l'image

EBA 982 - 17-510758

  • La Traite des nègres

Géricault et l’abolitionnisme

Date de publication : Décembre 2023

Auteur : Paul BERNARD-NOURAUD

Entre les deux abolitions de l’esclavage

Le 4 février 1794, la Convention abolit l’esclavage en France et dans ses possessions ultramarines avant que Napoléon Bonaparte ne le rétablisse huit ans plus tard. En 1818, pressé en ce sens par ses alliés britanniques, Louis XVIII se contente de déclarer la traite illégale. Ce n’est donc que le 27 avril 1848 que la Deuxième République met un terme définitif à l’esclavage. Loin d’être le fruit d’une évolution linéaire et inéluctable, un tel résultat n’a pu être obtenu que grâce aux esclaves eux-mêmes, à travers le marronage ou le soulèvement de Saint-Domingue débouchant, en 1804, sur l’indépendance d’Haïti, et avec le concours des partisans américains et européens de l’abolition, qu’ils appartiennent à la puissante Église quaker ou au mouvement des Lumières. Au début des années 1820, l’abbé Grégoire, co-fondateur en 1788 de la Société des amis des Noirs et ancien député de la Convention, poursuit inlassablement le combat pour l’abolition définitive.

Il est plus que probable que Théodore Géricault l’ait lu, et qu’il l’ait entendu. Le Radeau de La Méduse (1818-1819, musée du Louvre) semble en effet faire écho à certains de ses propos, d’autant que la frégate suivait une trajectoire qu’empruntaient alors les navires négriers. Un fait que le peintre ne pouvait ignorer, tant les recherches qu’il mena au sujet du drame lors de la préparation de son œuvre furent méthodiques et minutieuses. La plupart des commentateurs s’accorde sur l’évolution libérale que connaît Géricault à cette période jusqu’à sa mort précoce en 1824. C’est au cours de ses dernières années qu’il a nourri le projet d’un nouveau tableau de grand format qu’il concevait comme un pendant (1) au Radeau de La Méduse, suivant un principe dialogique qu’il avait déjà expérimenté en doublant l’Officier de chasseurs à cheval de la garde impériale chargeant (1812, musée du Louvre) d’un Cuirassier blessé quittant le feu (1814, musée du Louvre). Différent, le sujet de cette œuvre inédite était lui aussi en prise avec son époque. Il s’agissait de la Traite des nègres, ce dernier terme étant devenu, au XVIIIe siècle, synonyme de Noir réduit en esclavage. Géricault n’eut le temps d’en concevoir qu’une esquisse, aujourd’hui conservée sous ce titre dans les collections de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Monumentaliser l’horreur de la traite

Le format modeste de cette feuille d’étude laisse difficilement imaginer sa transposition sur une toile monumentale. Les innombrables esquisses préparatoires pour Le Radeau de la Méduse permettent toutefois de deviner comment son auteur aurait opéré pareil changement d’échelle, aussi bien que les modifications qu’il aurait induites. En l’état, à défaut d’éléments de contexte, ce sont les corps des figures qui structurent la composition de l’esquisse.

En son centre, le peintre a ménagé un espace. D’un côté, une figure musculeuse se déploie en s’apprêtant à en frapper une autre au moyen d’un bâton, de l’autre, sa victime ploie afin d’éviter le coup. Mais si son corps se courbe sous la menace, son visage se tend au contraire vers son bourreau qu’il regarde dans les yeux. Derrière chacun de ces deux protagonistes masculins, se répartissent deux figures féminines. L’une, à gauche, tente de retenir le bras du tortionnaire, empêchée par son acolyte qui la saisit au poignet, provoquant sa chute ; l’autre, à droite, console une femme qu’elle prend contre elle tout en dardant ses yeux vers le ciel. En plus d’un homme qui tend ses bras au second plan, ces trois figures sont les seules dont Géricault ait modelé les visages. Il recourt pour cela à la pierre noire ou à la mine de plomb, plus précis que la sanguine dont il use pour toutes les autres figures.

Bien que les figures ainsi marquées soient noires, Géricault n’y recourt pas pour cette raison (sans quoi leurs corps seraient également passés au noir). Il l’emploie afin de détailler les expressions faciales. Les traits qui forment dans l’angle inférieur gauche un groupe sommairement esquissé ont peut-être été exécutés avec la même technique. Quoi qu’il en soit, ces éléments indiquent que Géricault envisageait une œuvre comprenant des figures nombreuses, dont la disposition aurait tracé les lignes de force sans le secours d’éléments architecturaux. L’esquisse est en ce sens plus proche de la lithographie intitulée Boxeurs (1818, Metropolitan Museum) que du Radeau de la Méduse, ce qui ne préjuge en rien du caractère monumental et historique qu’aurait acquis la peinture si elle avait pu être élaborée. Au terrible du naufrage aurait ainsi fait contrepoint l’horreur de la traite, avec, dans les deux cas, des figures noires pour protagonistes principaux.

Faire d’un pamphlet abolitionniste une peinture d’histoire

La fin du siècle précédent avait vu émerger une iconographie abolitionniste très rapidement diffusée en Europe et en Amérique dans les milieux progressistes. Dans une série de gravures, William Blake avait recensé les tortures infligées aux esclaves dans les plantations au début des années 1790. Deux ans auparavant, les abolitionnistes de Plymouth avaient fait réaliser un plan de coupe du Brooks, un négrier de Liverpool, image qui connut un immense retentissement et d’innombrables déclinaisons jusqu’à aujourd’hui.

À la même période, le peintre anglais George Morland exécuta une peinture intitulée La Traite (vers 1788, National Museum of African American History and Culture), qui fut elle aussi abondamment reproduite en estampes. C’est de la composition de Morland que s’inspire explicitement Géricault pour son projet. La scène principale montrant un trafiquant lever son bâton au-dessus d’un homme noir qui le domine de sa stature mais ne se défend pas en constitue le principal indice. Toutefois, en dépit de quelques effets de lumière, la toile de Morland vise d’abord à montrer l’exécrable trafic humain (comme le mentionne son sous-titre) qu’est la traite, notamment en ce qu’elle implique de part et d’autre des enfants. Elle se veut plus didactique qu’historique. Pour autant qu’on puisse en juger, le projet de Géricault témoigne d’une ambition d’une autre ampleur. Il s’agissait manifestement à ses yeux d’inscrire l’exécrable trafic humain dans l’histoire de l’art, de lui ménager une place, fût-elle dérangeante, au sein d’une iconographie qui ne relevât pas seulement du combat abolitionniste, ou qui contribuât à cette cause d’une autre manière. Pour cela, le peintre devait transformer une représentation anecdotique en tableau d’histoire qui se serait avéré aussi inévitable pour ses contemporains que l’avait été Le Radeau de La Méduse lors de sa présentation au Salon de 1819. Si les deux œuvres avaient été exposées côte-à-côte, il n’est pas douteux que leurs spectateurs auraient deviné leur complicité tacite. D’autant que Géricault avait déjà donné comme sous-titre à sa peinture : Traite des Noirs sur un marché d’esclaves de la côte du Sénégal, cette même côte que La Méduse n’atteignit jamais.

Albert ALHADEFF, The Raft of the Medusa: Géricault, Art, and Race, Munich, Prestel, 2002.

Albert BOIME, The Art of Exclusion: Representing Blacks in the Nineteenth Century, Washington et Londres, Smithsonian Institution Press, 1990.

Catherine COQUERY-VIDROVITCH, Éric MESNARD, Être esclave. Afrique-Amériques, XVe-XIXe siècle [2003], Paris, La Découverte, coll. « Poche », 2019.

Cheryl FINLEY, Committed to Memory: The Art of the Slave Ship Icon, Princeton, Oxford, Princeton University Press, 2018. Léon ROSENTHAL, Géricault, Paris, Librairie de l’art ancien et moderne, 1905.

1 - Pendant : œuvre réalisée pour répondre à une autre œuvre dans sa forme et dans son sujet.

Iconographie : Ensemble des images correspondant à un même sujet. On parle de programme iconographique lorsqu’un décor en plusieurs parties regroupe de manière cohérente différents sujets autour d’un même thème.

Paul BERNARD-NOURAUD, « Géricault et l’abolitionnisme », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 20/06/2024. URL : https://histoire-image.org/etudes/gericault-abolitionnisme

À découvrir l'analyse du Radeau de la Méduse sur le site de Panorama de l'art

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le cachet de la Societé des Amis des Noirs

Le cachet de la Societé des Amis des Noirs

Le mouvement abolitionniste

Le système esclavagiste pratiqué dans les colonies des Antilles et en Amérique est au XVIIIe siècle une…

Le cachet de la Societé des Amis des Noirs
Le cachet de la Societé des Amis des Noirs
Le cachet de la Societé des Amis des Noirs
Le cachet de la Societé des Amis des Noirs
Le plan d'un bateau négrier, symbole du mouvement abolitionniste

Le plan d'un bateau négrier, symbole du mouvement abolitionniste

La propagande abolitionniste

Vers 1770, apparaît en Angleterre et aux États-Unis l’abolitionnisme, mouvement d’une nouveauté radicale qui remet…

Le plan d'un bateau négrier, symbole du mouvement abolitionniste
Le plan d'un bateau négrier, symbole du mouvement abolitionniste
Le plan d'un bateau négrier, symbole du mouvement abolitionniste
La II<sup>e</sup> République abolit l’esclavage

La IIe République abolit l’esclavage

1848, l’abolition de l’esclavage

Affirmant l’égalité entre les hommes et leur droit naturel à la liberté, les philosophes du XVIIIe

La première abolition de l'esclavage  en 1794

La première abolition de l'esclavage en 1794

La situation des colonies en 1794

Si les théories humanitaires des philosophes sont largement diffusées, notamment par la Société des Amis des…

La première abolition de l'esclavage  en 1794
La première abolition de l'esclavage  en 1794
La première abolition de l'esclavage  en 1794
La première abolition de l'esclavage  en 1794
L'Émancipation à la Réunion

L'Émancipation à la Réunion

Esclavage et économie coloniale 

La première moitié du XIXe siècle voit l’émergence d’une classe dominante de colons dont la richesse…

La fête de l'abolition de l'esclavage à Paris

La fête de l'abolition de l'esclavage à Paris

Fêter l’abolition

La fête organisée par la Commune de Paris pour célébrer l’abolition de l’esclavage par la réunit en masse les sans-culottes…

La fête de l'abolition de l'esclavage à Paris
La fête de l'abolition de l'esclavage à Paris
La fête de l'abolition de l'esclavage à Paris
Jean-Baptiste Belley, député de Saint-Domingue à la Convention

Jean-Baptiste Belley, député de Saint-Domingue à la Convention

Un porte-parole efficace des hommes de couleur

A l’aube de la Révolution, Belley, ancien esclave à Saint-Domingue, affranchi grâce à son service…

Jean-Baptiste Belley, député de Saint-Domingue à la Convention
Jean-Baptiste Belley, député de Saint-Domingue à la Convention
Jean-Baptiste Belley, député de Saint-Domingue à la Convention
Jean-Baptiste Belley, député de Saint-Domingue à la Convention
Géricault et l’abolitionnisme

Géricault et l’abolitionnisme

Entre les deux abolitions de l’esclavage

Le 4 février 1794, la Convention abolit l’esclavage en France et dans ses possessions ultramarines avant…

L'abolition aux Antilles

L'abolition aux Antilles

A Saint-Domingue l’esclavage est caractérisé par l’arrivée constante de nouveaux esclaves du fait de l’ampleur de la traite. On évalue entre 500…

L'abolition aux Antilles
L'abolition aux Antilles
L'abolition aux Antilles
L'abolition aux Antilles
La traite illégale

La traite illégale

Réprimer la traite

Avant que n’éclate la Révolution en France, l’Angleterre et la France pratiquaient toutes deux la traite des Noirs. Au début…

La traite illégale
La traite illégale