Aller au contenu principal
L'Hôtel des Roches Noires, Trouville.

L'Hôtel des Roches Noires, Trouville.

Auteur : MONET Claude

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1870

Date représentée :

H. : 81 cm

L. : 58 cm

huile sur toile

Domaine : Peintures

© RMN - Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Lien vers l'image

RF 1947-30 - 00-005733

Un hôtel de luxe à la fin du Second Empire

Date de publication : Juillet 2012

Auteur : Ivan JABLONKA

La clientèle richissime qui, sous le Second Empire, fréquente les stations balnéaires de la côte normande recherche le séjour à la mer pour ses vertus curatives supposées, mais aussi pour y jouir du confort et de l’art de vivre qui sont déjà les siens à Paris. Elle aime descendre dans des palaces et hôtels de luxe qui, même s’ils n’accueillent pas tous les touristes, constituent « l’élément essentiel d’une station balnéaire. On peut même dire qu’il n’y a pas de station sans hôtel » (G. DÉSERT, La Vie quotidienne sur les plages normandes du Second Empire aux années folles, Hachette, 1983, p. 82).

Ainsi chacune possède-t-elle sa pension de luxe : le Grand Hôtel de la Terrasse à Deauville, le Grand-Hôtel à Cabourg, les Roches-Noires à Trouville, que Monet a représenté dans un tableau de 1870. Par son luxe et sa renommée, l’hôtel des Roches-Noires est véritablement le « roi de la côte normande ». Construit sous Napoléon III, il compte des suites et soixante-quinze chambres.

Même s’il désire avant tout saisir les mouvements, le miroitement des couleurs, les effets de la lumière et du vent, Monet s’efforce aussi de rendre avec exactitude les conditions matérielles du séjour de l’élite qui fréquente les Roches-Noires : la façade de l’hôtel, qui occupe presque la moitié du tableau, apparaît ici dans toute sa splendeur, offrant à la mer ses murs blanc crème et vieux rose, ses toits d’ardoise, ses centaines de fenêtres et ses colonnes corinthiennes.

Au pied de l’hôtel s’étend la promenade, agrandie par la perspective du tableau. Les personnages y déambulent, échangeant quelques mots. On trouve sur la toile davantage de femmes que d’hommes, les seconds ne rejoignant les premières qu’en fin de semaine.

Les drapeaux internationaux qui claquent au vent rappellent que dans les stations balnéaires françaises comme Trouville se côtoient milliardaires américains, financiers anglais, industriels allemands et aristocrates français.

Les impressionnistes aiment la côte normande parce qu’ils peuvent à loisir y étudier la lumière, l’éclat du soleil et les couleurs changeantes des bords de mer, mais aussi peut-être parce qu’ils y sont les témoins privilégiés d’un certain style de vie, sur la plage, en ville ou, comme ici, devant un grand palace classique, symbole d’une époque faste et des loisirs d’une classe sociale.

Dans son Hôtel des Roches-Noires, Monet réussit à la fois à fixer la fugacité d’un après-midi ensoleillé et venteux et à rendre compte du prestige d’un lieu agréable et plein de sérénité, où, pour l’élite européenne de la seconde moitié du XIXe siècle, le temps s’écoule doucement.

Daniel CLARY, Tourisme et villégiature sur la côte normande, thèse d’État, Caen, 1974.

Gabriel DÉSERT, La Vie quotidienne sur les plages normandes du Second Empire aux années folles, Paris, Hachette, 1983.

Robert-Louis HERBERT, Monet en Normandie, peinture et sites balnéaires, 1867-1886, Paris, Flammarion, 1994.

Jacques-Sylvain KLEIN, La Normandie : berceau de l’impressionnisme : 1820-1900, Rennes, Éditions Ouest-France, 1996.

Ivan JABLONKA, « Un hôtel de luxe à la fin du Second Empire », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 20/07/2024. URL : https://histoire-image.org/etudes/hotel-luxe-fin-second-empire

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle

Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIXe siècle

Une carrière exceptionnelle

À la fin de 1857, quand il commande au peintre Jules Héreau six panneaux muraux retraçant sa vie afin de les placer…

Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Isaac Pereire, créateur de la banque moderne

Isaac Pereire, créateur de la banque moderne

Un des créateurs de la banque moderne

Homme d’affaires parmi les plus actifs du Second Empire, Isaac Péreire s’associa toute sa vie à son frère…

Isaac Pereire, créateur de la banque moderne
Isaac Pereire, créateur de la banque moderne
Le Passeur

Le Passeur

Au début du XIXe siècle, la vie des Parisiens pouvait être encore grandement troublée par les orages ou par les inondations, comme ceux…

L’Argent de Zola

L’Argent de Zola

La finance a pignon sur rue

Le XIXe siècle est pour la France celui de la révolution industrielle, dont une des composantes est le…

Un hôtel de luxe à la fin du Second Empire

Un hôtel de luxe à la fin du Second Empire

La clientèle richissime qui, sous le Second Empire, fréquente les stations balnéaires de la côte normande recherche le séjour à la mer pour ses…

Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier

Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier

L’oligarchie de Juillet

Fragmentés en groupes concurrents, les parlementaires n’en constituaient pas moins une entité d’une exceptionnelle…

Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier
Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier
Bustes-charges de banquiers par Honoré Daumier
Kupka et l’Assiette au beurre : L’Argent

Kupka et l’Assiette au beurre : L’Argent

L’Assiette au beurre

Après la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, les interdictions qui frappent les journalistes, dessinateurs…

Daumier  et les critiques d’art

Daumier et les critiques d’art

Le Salon et la puissance de la critique

Au début du XIXe siècle, le Salon annuel de peinture et de sculpture a acquis une importance…

Daumier  et les critiques d’art
Daumier  et les critiques d’art
Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque

Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque

La métamorphose d’une mère de famille en « grande horizontale »

Depuis le Second Empire, le portrait photographique connaît un véritable essor,…

Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque
Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque
Liane de Pougy et le charme de l’ambiguïté à la Belle Époque
<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>

L’Enseigne, dit L’Enseigne de Gersaint

Réalisé le temps de huit matins, entre le 15 septembre et la fin de l’année 1720, L’Enseigne de Gersaint est l’un des derniers tableaux de Jean-…