Epargne et prévoyance.

Epargne et prévoyance.

Date de création : 1885

Date représentée :

H. : 5,8

L. : 5,8

Médaille uniface en bronze argenté, frappée.Avers de la médaille de la Caisse d'Epargne de Paris

© Photo RMN - Grand Palais - Droits réservés

http://www.photo.rmn.fr

90-005862-01 / MEDOR187

Les caisses d’épargne

Date de publication : Juin 2011

Auteur : François BOULOC

La question sociale et le livret de caisse d’épargne

Les caisses d’épargne apparaissent dans divers pays européens à la fin du XVIIIe siècle (Allemagne, Royaume-Uni, Suisse, France…). Le principe qu’elles adoptent très vite, et de façon assez unanime, est celui du dépôt libre, dont le montant et la périodicité sont déterminés par l’épargnant. Un intérêt défini est ensuite servi au déposant, qui conserve le droit de retirer tout ou partie de ses économies n’importe quand. Gage de succès, cette souplesse de fonctionnement vise à transférer les « bas de laine » vers le secteur bancaire, en même temps qu’à accoutumer à ce dernier de larges parts de la population. L’usage du fameux livret de caisse d’épargne – qui n’a été dématérialisé qu’assez récemment – permet de rendre l’acte d’épargne concret, palpable, et par là de lui conférer des vertus supérieures. La loi de 1835 fait ainsi des caisses d’épargne des établissements privés d’utilité publique, ce qui traduit le consensus institutionnel autour de leurs vertus moralisatrices.

Un condensé des valeurs philanthropiques

Jules-Clément Chaplain fait ici tenir dans l’espace d’une médaille l’essentiel des fondements philosophiques et sociaux du mouvement des caisses d’épargne. La succursale qui tient lieu d’arrière-plan est un endroit propre et accueillant, doté d’un luminaire. La scène proprement dite illustre les termes gravés au bas de la pièce, « Épargne et Prévoyance ». L’Épargne est tout à la fois figurée par l’artisan, reconnaissable à son tablier et à ses outils, venu remettre une bourse en cuir gonflée des économies familiales, et par la plume et l’urne de la figure allégorique féminine. Reprenant les poncifs antiquisants du néoclassicisme, elle est vêtue d’une toge et installée sur un siège surélevé, sa mine grave achevant d’inspirer la confiance nécessaire au dépôt. À côté du travailleur se tient son épouse, la Prévoyance, qui embrasse le nourrisson lui-même symbole du futur. La finesse de la gravure de Chaplain, membre de l’Académie des beaux-arts depuis 1881, contribue ici à procurer l’impression de clarté sereine recherchée.

Des « classes laborieuses » qui ne seraient plus « dangereuses »

« Tâchons de faire comprendre au peuple les bienfaits, on peut presque dire les miracles, de l’économie » Cité par Daniel Duet, Les Caisses d’épargne, p. 18 : cette injonction formulée par Benjamin Delessert, fondateur de la Caisse d’Épargne de Paris en 1818, rend bien compte de la nature du mouvement des caisses d’épargne, adossé dès le départ à la question du paupérisme et des mutations économiques et sociales du XIXe siècle. La solution envisagée en son sein repose sur un ni-ni caractéristique : ni retour aux formes politiques traditionnelles, ni prise en charge de la condition des plus modestes par l’État. L’effort doit être individuel, familial, et nécessite de faire la promotion de comportements sains quant aux finances domestiques. La banalisation du dépôt d’espèces épargnées sur les ressources du foyer induit des habitudes bénéfiques tant pour l’individu que pour la société : tempérance, prévoyance… Cette politique relève de la fameuse notion de gestion de « bon père de famille », préconisée pour mettre fin aux agissements immoraux alors prêtés aux classes populaires.

Louis CHEVALIER, Classes laborieuses et classes dangereuses, Paris, Perrin, 2007, [1958].

Carole CHRISTEN-LECUYER, Histoire sociale et culturelle des Caisses d’Épargne en France, 1818-1881, Paris, Économica, 2004.

Jean-Pierre DAVIET, La Société industrielle en France, 1814-1914.

Productions, échanges, représentations, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1997.

Daniel DUET, Les Caisses d’épargne, Paris, P.U.F., 2002.

Benoît OGER, Histoire de la Caisse nationale d’épargne : une institution au service du public et de l’Etat, 1881-1914, Paris, L’Harmattan, 2006.

Jean RIVOIRE, Histoire de la banque, Paris, P.U.F., 1992.

François BOULOC, « Les caisses d’épargne », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 10/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/caisses-epargne

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Une femme force les portes de l’Académie

L'Académie royale de peinture et de sculpture est fondée sur mandat royal en 1648. Elle constitue l'un des socles institutionnels sur lesquels…

La France au service de l'unité italienne

Après les révolutions de 1848, l’Italie a retrouvé le régime de 1815 : d’un côté des petites souverainetés despotiques sans aucun lien confédéral…

Le Courage guerrier - Baron Gérard

Regards sur les guerriers gaulois

À l’origine étaient les Gaulois

Jusque dans les années 1820, l’histoire de France se fonde sur celle des princes dont les historiens dressent les…

Regards sur les guerriers gaulois
Regards sur les guerriers gaulois
Regards sur les guerriers gaulois

La Seine et la Marne

Avec l’accession au trône de Louis XIV, une nouvelle politique artistique est mise en place en France. A partir des années 1660, l’un des grands…

La Seine et la Marne
La Seine et la Marne
La Seine et la Marne
La Seine et la Marne

Les Quatre nations vaincues

La place des Victoires a une genèse singulière puisqu’elle est voulue par François, vicomte d’Aubusson, duc de la Feuillade (1625-1691), afin de…

Les Quatre nations vaincues
Les Quatre nations vaincues
Les Quatre nations vaincues

Alexandre dans la tente de Darius

Ce tableau a été peint, vraisemblablement, à la fin de l’année 1660. Charles Le Brun logeait à Fontainebleau, à proximité du roi, et Louis XIV «…

Louis XIII, « une foi, une loi, un roi »

Le portrait d’un peintre baroque

Cette composition serait une réplique d’atelier d’une toile de Simon Vouet conservée à Versailles. Due à l’…

Le compositeur Cherubini et la Muse de la poésie lyrique

Compositeur italien né en 1760, Cherubini s’établit à Paris en 1788 et se fait naturaliser français. Il traverse les gouvernements : porte-parole…

Thomas Couture et la décadence

L’allégorie, une grande tradition picturale

Formé dans l’atelier d’Antoine Gros et de Paul Delaroche, Thomas Couture se révèle rapidement un…

Funérailles et Apothèose de Thiers, La France pleurant devant son corps

L’hommage au grand homme

A sa mort, en septembre 1877, Thiers présentait une figure ambivalente. Sa longue carrière avait été celle d’un libéral…