L'effet du mélodrame.

L'effet du mélodrame.

Une loge, un jour de spectacle gratuit.

Une loge, un jour de spectacle gratuit.

L'effet du mélodrame.

L'effet du mélodrame.

Date de création : 1830

Date représentée : 1830

H. : 32

L. : 41

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - P. Bernard

http://www.photo.rmn.fr

96-017050 / Inv. 83.2.1

Les loges au théâtre

Date de publication : Juillet 2005

Auteur : Nathalie de LA PERRIÈRE-ALFSEN

Apparu durant la Révolution, le mélodrame a conquis la scène populaire et s’est imposé au début du XIXe siècle comme un genre phare. Avec des pièces comme Victor ou l’Enfant de la forêt (1799), Coelina ou l’Enfant du mystère (1800) ou La Femme à deux maris, R. C Guilbert de Pixérécourt a créé l’archétype du genre grâce à des personnages manichéens, à un recours permanent à l’emphase, au pathétique, et à l’utilisation d’effets de scène pour souligner l’intensité dramatique ; les dialogues sont grandiloquents et la mise en scène ne recule devant aucune outrance. Tout est fait pour procurer au public de fortes émotions. En 1823, le célèbre comédien Frédérick Lemaître, que l’on peut voir sous les traits de Pierre Brasseur dans Les Enfants du paradis, révolutionne la conception du mélodrame en parodiant la pièce L’Auberge des Adrets : les figures traditionnelles de la vertu ne sont plus les seules à susciter l’admiration ; désormais les humbles et les marginaux peuvent acquérir une stature de héros à l’exemple de Robert Macaire, bandit de grand chemin, mais surtout truculent baladin qui ne craint pas de tourner en dérision les convenances sociales. Même si cette forme de théâtre connaît un relatif déclin après la monarchie de Juillet, à Paris, le boulevard du Temple rassemble de nombreux théâtres spécialisés dans le genre, ce qui lui vaut le surnom de « boulevard du crime ».

Chroniques de la vie parisienne qui se déroulent dans une loge de théâtre à l’époque de Louis-Philippe, ces deux tableaux, de petit format, ont été conçus en pendant. Dans L’Effet du mélodrame, la scène est organisée autour d’une femme qui s’est évanouie, en réaction à la pièce qui se joue devant elle. Tout le monde l’entoure, préoccupé, voire effrayé comme l’enfant au premier plan. Dans Une loge, un jour de spectacle gratuit, c’est tout le contraire ; pas de sollicitude mais un intérêt hilare devant cette faiblesse. La foule entassée dans l’espace réduit se moque et commente avec force rires et regards appuyés cette femme qui fait bien des manières. Les traits sont grossiers, les visages rougeauds et grimaçants. Le spectacle n’est plus sur la scène du théâtre, mais bien dans l’autre loge. Les personnages se penchent, sortent du tableau et nous engagent dans le spectacle de leur spectacle. L’œil passe d’un tableau à l’autre, d’une moyenne bourgeoisie peinte dans une matière « porcelainée », aux subtils accords de couleur, à la description d’un peuple traité de façon quasi caricaturale, à la manière de William Hogarth (1697-1764), à l’aide une technique plus rapide et fluide.

On a là une idée de l’ambiance qui régnait dans les salles de théâtre : atmosphère survoltée, mondanités, échanges entre les spectateurs, interruptions et adresses aux acteurs, manifestation bruyante du plaisir ou de la désapprobation quant à la pièce qui se joue. Le public s’exprime, le spectacle se déroule autant dans la salle que sur la scène.

Méprisé par les élites, le mélodrame apparaît aujourd’hui comme précurseur des formes d’industries culturelles qui émergent dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le tableau de Boilly témoigne de son immense succès, qui s’est décliné dans une multitude de genres au gré de l’air du temps : mélodrame policier, d’aventure, de mœurs, mais aussi mélodrame patriotique dans les années 1880-1890. Selon Gérard Gengembre : « Plus que tout autre genre théâtral, le mélodrame a su refléter les enjeux du siècle et incorporer les représentations et fantasmes que pouvaient se faire les classes populaires de leur condition et des autres composantes de la société. S’il pratique souvent une morale conventionnelle, il sait aussi véhiculer les idées socialistes et humanitaires. Il fut une école de rêve et une forme de communion par le spectacle bien plus réussie et efficace que le drame romantique, lequel ne parvint jamais à constituer le public organique auquel il aspirait. Le XIXe siècle peut être appelé à bon droit le siècle du mélodrame. »

Gérard GENGEMBRE, Le Théâtre français au 19e siècle, Paris, A.Colin, 1999.Susan SIEGFRIED, The Art of Louis Léopold Boilly, New Haven-Londres, Yale University Press, 1995.Jean-Marie THOMASSEAU, Le Mélodrame, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1984.

Nathalie de LA PERRIÈRE-ALFSEN, « Les loges au théâtre », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/loges-theatre

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Les plaisirs de la plage au XIXe siècle

Les rivages de la Manche, « territoires du vide » jusque dans les années 1820-1830, attirent à partir de cette période une clientèle de plus en plus…
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Les plaisirs de la plage au XIX<sup>e</sup> siècle
Parades de foire

Parades de foire

De Tivoli à la fête foraine

La fête foraine trouve son origine dans les spectacles des grandes foires marchandes du Moyen Age où baladins,…

Vue du Salon du Louvre

La cinquantaine d’œuvres que nous connaissons de Gabriel-Jacques de Saint-Aubin révèle un goût particulier pour des scènes de la vie courante,…

L’amour à la Comédie-Française

C’est sous l’influence de son maître Claude Gillot que Watteau va s’intéresser à l’art dramatique et s’initier aux sujets théâtraux. Lorsque…

Représenter les guinguettes

Représenter la guinguette après l’impressionnisme

À partir de la fin du second Empire, la fréquentation des guinguettes relève d’un véritable art…

Représenter les guinguettes
Représenter les guinguettes
Représenter les guinguettes

Le bal, une pratique sociale

Le siècle de la « dansomanie »

Au XIXe siècle, le bal fait partie, selon des modalités variées, des loisirs de toutes les couches de la…

Le bal, une pratique sociale
Le bal, une pratique sociale
Le bal, une pratique sociale
Evénement : Exhibition ethnographique de Caraïbes mars 1892 au Jardin d'acclimatation. Production interne : Laboratoire photographique du Musée de l'Homme. Date du tirage 1932. Ancienne collection : Prince Roland Bonaparte.

L’ethnographie-spectacle

Naissance d’une industrie du loisir

Les échantillons de peuples exotiques présentés au Jardin d’acclimatation à partir de 1877 faisaient l’objet d…

L’ethnographie-spectacle
L’ethnographie-spectacle
L’ethnographie-spectacle

Les « Années folles »

Montmartre, cœur des années folles

Deux places mythiques de la nuit parisienne ponctuent le boulevard de Clichy, qui sert de déambulatoire à la…

Les « Années folles »
Les « Années folles »

La baraque de la Goulue et le bal Bullier

L’essor des spectacles dans le Paris de la Belle Époque

Sous l’impulsion du baron Haussmann, Paris se transforme en profondeur au cours de la…

La baraque de la Goulue et le bal Bullier
La baraque de la Goulue et le bal Bullier
La baraque de la Goulue et le bal Bullier
Entrée du théâtre de l'Ambigu-Comique - Louis Boilly

Le Succès du mélodrame

Pour contrer la floraison des théâtres sous la Révolution, l’Empire avait établi un régime de restriction du nombre de salles. La situation va s’…