Bâton de maréchal de France du maréchal Foch.

Bâton de maréchal de France du maréchal Foch.

Bâton de maréchal de Grande-Bretagne du maréchal Foch.

Bâton de maréchal de Grande-Bretagne du maréchal Foch.

Bâton de maréchal de Pologne du maréchal Foch.

Bâton de maréchal de Pologne du maréchal Foch.

Bâton de maréchal de France du maréchal Foch.

Bâton de maréchal de France du maréchal Foch.

Lieu de conservation : musée de l’Armée (Paris)
site web

Date de création : 1918

Date représentée : 1918

H. : 51

L. : 5

Or et velours.Bâton de maréchal remis à Foch par Raymond Poincarré le 23 août 1918.

© Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN - Grand Palais / Pascal Segrette

http://www.photo.rmn.fr

06-522373 / 4370 DEP

Le maréchal Foch, les bâtons de maréchal

Date de publication : Septembre 2008

Auteur : Claire MAINGON

Le maréchalat : consécration d’une carrière militaire d’exception

Le palmarès de décorations remises au général Foch tout au long de sa carrière est impressionnant. À l’ordre de grand-croix de la Légion d’honneur, à celui d’officier de l’Instruction publique et aux nombreuses médailles militaires, l’homme de guerre ajouta la plus haute distinction qui puisse être attribuée à un militaire : celle du maréchalat de France, créée sous le règne de Philippe-Auguste. Abolie en 1793 par la Convention, cette dignité nationale fut rétablie en 1804. Sous Napoléon, elle fut donnée à quatorze généraux légataires de leurs noms aux boulevards qui enserrent Paris. Moins attribué sous les régimes qui ont succédé au premier Empire, le maréchalat connut un fort regain après la Grande Guerre, qui marque une rupture dans l’histoire européenne. Le bâton de maréchal de France fut notamment offert à Ferdinand Foch en 1918, sur la proposition de Georges Clemenceau au président Raymond Poincaré. Cette demande était motivée par l’action héroïque du général, qui était parvenu à défaire l’Allemagne en lançant l’offensive finale qui dégagea Paris, Soissons et Château-Thierry, délivra deux cents villages et 35 000 prisonniers. Honneur exceptionnel, ce titre ne pouvait être délivré à un commandant en chef d’une armée, qui s’était rendu victorieux sur le sol national ou non, que par l’intermédiaire d’une loi votée par le Parlement. Il s’agit d’une loi personnelle, c’est-à-dire contre laquelle aucun juge ne peut opposer de veto. Symbole de cette distinction, le bâton de maréchal de France fut remis à Foch au château de Bombon par Poincaré, le 23 août 1918. Dans les années qui suivirent la signature de l’armistice, Ferdinand Foch reçut également deux décorations aussi prestigieuses qui l’élevèrent au rang des plus grands militaires européens : le bâton du maréchalat de Grande-Bretagne, remis par le roi George V, le 30 juillet 1919 ; puis le bâton de maréchal de Pologne, remis à la frontière austro-hongroise par le général Sosnkowski, ministre de la Guerre.

Les regalia militaires

Véritables objets d’art, les bâtons de maréchal sont des emblèmes du pouvoir militaire, à l’instar des regalia royales et sacrées. De ce point de vue, ils représentent des objets à forte dimension symbolique et sont conservés comme des trésors de la nation au musée de l’Armée. Ces bâtons ornementaux évoquent la forme des sceptres. Chacun de ceux remis au général Foch possède ses caractéristiques esthétiques, selon sa provenance. Gainé de velours bleu semé d’étoiles d’or, le bâton de maréchal de France s’orne à chacune de ses extrémités d’une virole d’or. Sur l’une est gravée la devise des maréchaux de France, TERROR BELLI DECUS PACIS (« terreur durant la guerre, ornement pour le temps de paix »), sur l’autre l’inscription FOCH Ferdinand, maréchal de France, 6 août 1918.

Le bâton de maréchal de Grande-Bretagne est de couleur différente et porte d’autres symboles allégoriques. En velours grenat, il est semé de lions d’Angleterre en or, et chaque extrémité comporte une virole d’or ciselé . Sur ce bâton figurent les attributs des différents pays formant la Grande-Bretagne, à l’exemple du chardon d’Écosse, et est surmonté d’une représentation de saint Georges terrassant le dragon. Quant au bâton de Pologne, il fut exécuté sur le modèle d’une masse polonaise du XVIe siècle. En acier bleui, il est incrusté de vermeil et comporte deux médaillons d’émaux translucides rouges. L’un représente l’aigle héraldique de la Pologne, l’autre les initiales R.P., qui signifient « Republica Poloniae ». L’agate enchâssée dans le culot est gravée de deux « F » enlacés pour Ferdinand Foch.

Un destin hors du commun

Fils de fonctionnaire, Ferdinand Foch s’engagea dans la guerre franco-prussienne de 1870 puis entra dans la carrière militaire. Admis à l’École polytechnique, institution d’élite qui prépare aux métiers de la défense et de l’ingénierie, le futur maréchal en sortit modestement officier d’artillerie en 1873. Il gravit brillamment les échelons de la hiérarchie militaire, jusqu’à rejoindre l’état-major et devenir lui-même enseignant à l’École supérieure militaire.

Théoricien de l’histoire militaire, spécialiste de l’analyse des tactiques et des offensives, Ferdinand Foch publia plusieurs ouvrages, dont Des principes de la guerre (1903). Cette facette de sa personnalité est moins connue, mais elle occupe pourtant un rôle essentiel dans l’évolution de son histoire personnelle. Devenu lieutenant-colonel, puis colonel et général de brigade en 1907, Foch se hissa au rang de général de division en 1911, puis de général commandant de corps d’armée peu avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Mettant dès lors à profit ses connaissances théoriques et historiques, il sut proposer des solutions stratégiques efficaces durant les premiers temps de la guerre de mouvement. Maître dans l’art de la contre-attaque, il embrassa des responsabilités de plus en plus importantes qui le menèrent à chapeauter avec succès la course à la mer, opération stratégique qui nécessitait une parfaite coordination entre les Alliés. Cette responsabilité assumée avec brio fit de Foch une personnalité de notoriété européenne. Tombé momentanément en disgrâce en 1916, date à laquelle il fut par ailleurs blessé, le général Foch retrouva la confiance du peuple français et des soldats grâce à l’amitié de Pétain, en raison surtout des revers subis par le général Nivelle. S’élevant toujours plus haut dans la hiérarchie militaire, il fut nommé en 1918 commandant en chef du front de l’Ouest avec le titre de généralissime, dans le but de consolider une nouvelle fois la cohérence entre les Alliés. Signataire de l’armistice à Rethondes, Ferdinand Foch fut reconnu comme l’un des orchestrateurs de la paix par les autres nations alliées, notamment la Pologne et le Royaume-Uni qui lui délivrèrent également un bâton de maréchalat.

Jean AUTIN, Foch ou le Triomphe de la vérité , Paris, Perrin, 1987.Jean d’ESME, Foch, Paris, Hachette, 1951.Alphonse-Louis GRASSET, Foch ou la Volonté de vaincre, Paris, Berger-Levrault, 1964.Maxime WEYGAND, Foch, Paris, Flammarion, 1951.Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2004.

Claire MAINGON, « Le maréchal Foch, les bâtons de maréchal », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 25/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/marechal-foch-batons-marechal

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Rockwell, une légende de l’Escadrille Lafayette

Rockwell, une légende de Lafayette

L’escadrille La Fayette, composée de jeunes pilotes américains, combattants volontaires du côté français avant l…

Rockwell, une légende de l’Escadrille Lafayette
Rockwell, une légende de l’Escadrille Lafayette

Les ravages de la guerre 14-18

La guerre de 1914-1918 marque tragiquement l’entrée du monde dans le XXe siècle. Ce fut une guerre mondiale et totale : à des degrés…

Les ravages de la guerre 14-18
Les ravages de la guerre 14-18
Les ravages de la guerre 14-18

Le père de la nation

Au service du peuple

À peine le régime de Vichy est-il installé en juillet 1940 qu’une estampe pose l’équation centrale du recours au maréchal…

Le père de la nation
Le père de la nation

La Cathédrale de Rodin

La cathédrale comme quintessence de l’art

C'est dans un contexte chargé de symboles que Rodin crée en 1908 une sculpture intitulée La Cathédrale…

Les troupes coloniales au service de la patrie

La « plus grande France » dans la guerre totale

Si la Grande Guerre a été mondiale, les combats n’ont pas eu la même intensité sur tous les…

Les troupes coloniales au service de la patrie
Les troupes coloniales au service de la patrie
Les troupes coloniales au service de la patrie

Jules Grandjouan

Premières élections pour les communistes français

La guerre, « catalyseur de l’histoire » selon les termes de Lénine, a profondément bouleversé l’…

Les fausses nouvelles de la guerre

Censure et désinformation

Pendant le premier conflit mondial, les autorités civiles et militaires ont toutes expérimenté la tension entre…

La guerre juste

Le choc des cultures

Dans une nation moins déchristianisée que la France, où la foi ne constitue pas le principe de ralliement d’un parti (comme…

La guerre juste
La guerre juste
La guerre juste

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal

L’imagerie populaire et l’imaginaire patriotique

Quand éclate la guerre, au début du mois d’août 1914, l’imagerie populaire a déjà amplement gagné…

Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal
Célébrer la guerre : la bataille des images d’Épinal

La déshumanisation des soldats

Pendant les hostilités de 1914 à 1918, dans tous les pays belligérants, les peintres, comme la grande majorité des artistes et des intellectuels,…