Meuble commémoratif du mariage du duc d'Orléans.

Meuble commémoratif du mariage du duc d'Orléans.

Meuble commémoratif du mariage du duc d'Orléans.

Meuble commémoratif du mariage du duc d'Orléans.

Meuble commémoratif du mariage du duc d'Orléans.

Meuble commémoratif du mariage du duc d'Orléans.

Meuble commémoratif du mariage du duc d'Orléans.

Meuble commémoratif du mariage du duc d'Orléans.

Meuble commémoratif du mariage du duc d'Orléans.

Meuble commémoratif du mariage du duc d'Orléans.

Date de création : 1841

Date représentée : 1837

H. : 0

L. : 0

Scènes peintes. Bronze, porcelaine. Site de production : manufacture de Sèvres

© Photo RMN - Grand Palais - G. Blot

http://www.photo.rmn.fr

90-005234-02 / F 931 C

Le mariage du duc d'Orléans

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Martine GIBOUREAU

Après l’attentat de Fieschi qui a failli coûter la vie à Louis-Philippe, le mariage du prince royal est devenu une priorité : Thiers affirmait que la naissance d’un petit-fils aux Tuileries consoliderait la dynastie et découragerait les éventuels régicides. Le choix d’une épouse pour le fils aîné de Louis-Philippe, Ferdinand-Philippe, duc d’Orléans, est à la fois un acte de politique intérieure (tradition monarchique des mariages princiers en vue de renforcer la dynastie) et un acte de politique extérieure (élargir les alliances plutôt tournées vers le Royaume-Uni après l’Entente cordiale de 1831).

Les quelques princesses à marier que comptaient les cours européennes ne mettaient que peu d’enthousiasme à rejoindre cette France qui avait décapité Marie-Antoinette. Les démarches auprès de l’archiduchesse Thérèse et de la cour autrichienne échouèrent, et Ferdinand se « résigna » à faire un « petit mariage » trouvant que la plus modeste des princesses d’Allemagne était préférable à une Habsbourg « qui apporterait en dot toutes sortes de maux ».

Le meuble est composé de quarante-neuf pièces. Il est décoré de cinq sujets coloriés qui représentent les diverses cérémonies du mariage, avec une vue au bistre sous chaque sujet. Le décor colorié est dans le style Renaissance avec diverses parties en or mat.

Les cinq plaques principales ont toutes été peintes par Develly et représentent les sujets suivants (de gauche à droite) :
- l’arrivée de la princesse Hélène aux portes de Fontainebleau le 29 mai 1837 ;
- l’accueil de la princesse par le roi au haut de l’escalier en fer à cheval ;
- le mariage civil dans la galerie de Henri II (actuelle salle de bal) ;
- le mariage catholique dans la chapelle de la Trinité ;
- le mariage protestant dans la galerie Louis-Philippe (actuelle salle des Colonnes).
Les cinq petites plaques ovales représentent :
- la résidence de la princesse à Schwerin ;
- la préfecture de Metz ;
- le camp de Fontainebleau ;
- l’arc de triomphe de l’Etoile ;
- l’Hôtel de Ville de Paris.

Le sculpteur Jaley avait été chargé de réaliser les parties sculptées : jeune homme tenant les attributs des Beaux-Arts et de l’Art militaire, jeune femme portant les attributs de la Musique et des Lettres, huit figures de cariatides et trois figures d’enfants situées sous le fronton. Bouvrain se chargea de poser l’or mat sur les cariatides, la sphère, la lyre, etc

Le choix du style Renaissance pour ce meuble rappelle combien Louis-Philippe en particulier et le XIXe siècle en général appréciaient le Moyen Age et la Renaissance, ou plutôt l’image que l’on pouvait en avoir. Ainsi restaura-t-on les &"156uvres héritées du passé en pensant pouvoir faire « mieux » qu’à l’époque grâce aux techniques contemporaines. Le « néo » était alors en vogue (néogothique, néoflamboyant, né-renaissance) dans l’architecture, la sculpture, la peinture, les arts décoratifs, et même en littérature comme le montre Victor Hugo.

Mais ce coffret indique aussi combien le clivage entre monarchies protestantes et monarchies catholiques reste fort au XIXe siècle. La mère de Ferdinand-Philippe, Marie-Amélie, petite-fille de Marie-Thérèse d’Autriche et cousine germaine de Marie-Antoinette, a bien du mal à accepter qu’une protestante s’introduise dans sa famille. Les scènes reproduites sur le meuble témoignent de l’héritage révolutionnaire (primat du mariage civil) et de la double appartenance religieuse des mariés.

Anne MARTIN-FUGIER La Vie quotidienne de Louis-Philippe et de sa famille Paris, Hachette, 1992.Pierre ROSANVALLON Le Moment Guizot Paris, Gallimard, 1985.Philippe VIGIER La Monarchie de Juillet Paris, PUF coll. « Que sais-je ? » n° 1002, 1982.CollectifMusée national du Château de Fontainebleau Catalogue des collections de mobilier Paris, RMN, 1989.

Martine GIBOUREAU, « Le mariage du duc d'Orléans », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 17/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/mariage-duc-orleans

Anonyme (non vérifié)

L'image du mariage civil dans la salle de bal , a été malencontreusement inversée Gauche Droite. Ce serait bien de la rétablir. Signé: un habitant de Fontainebleau

dim 28/04/2013 - 15:31 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

Merci pour œil avisé,
La correction est désormais effective.

A bientôt,

Anne-Lise

lun 13/05/2013 - 11:11 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le vélo à la fin du XIXe siècle : un loisir familier et institué

L’âge de la photographie, l’âge du vélo

À partir de la fin des années 1880, la bicyclette devient un objet familier, ancré dans les pratiques et…

Le vélo à la fin du XIX<sup>e</sup> siècle : un loisir familier et institué
Le vélo à la fin du XIX<sup>e</sup> siècle : un loisir familier et institué

La révocation de l’édit de Nantes

Le 18 octobre 1685, Louis XIV signe à Fontainebleau la révocation de l’édit de Nantes de 1598. Compte tenu de l’importance de l’événement à…

Napoléon III reçoit les ambassadeurs siamois

La politique extérieure de Napoléon III s'exerce dans bien des directions sans lien évident entre elles : les « détroits » avec la guerre de…

Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII, le 25 novembre 1804

Le 8 mai 1802, officiellement en gage de reconnaissance nationale pour le retour à la paix, le Sénat avait réélu Napoléon Bonaparte Premier consul…

Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII, le 25 novembre 1804
Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII, le 25 novembre 1804
Rencontre de Napoléon et du pape Pie VII, le 25 novembre 1804

Le mariage du duc d'Orléans

Après l’attentat de Fieschi qui a failli coûter la vie à Louis-Philippe, le mariage du prince royal est devenu une priorité : Thiers affirmait que…

Le mariage du duc d'Orléans
Le mariage du duc d'Orléans
Le mariage du duc d'Orléans
Le mariage du duc d'Orléans

Les premiers syndicats d’initiative

Naissance et développement des syndicats d’initiative sous la Troisième République

Dans la seconde partie du XIXe siècle, de…

Les premiers syndicats d’initiative
Les premiers syndicats d’initiative

La mort de Roland

Le mythe de Roncevaux

Seul épisode fameux du règne de Charlemagne qui n’implique pas directement le futur empereur d’Occident, la mort tragique de…

La Cour Impériale à Fontainebleau, le 24 juin 1860

La fête impériale

Sous le Second Empire, Napoléon III s’entoure d’une cour animée par Eugénie de Montijo, devenue son épouse en janvier 1853. Jugée…

Les adieux de Napoléon à la Garde impériale (20 avril 1814)

Février 1814 : la campagne de France tourne mal ; les généraux ne suivent plus les plans de Napoléon, qui a remporté sa dernière victoire lors de…