"La Lanterne - Journal républicain anti-clérical - Voila l'ennemi !"

Date de création : 1902

Date représentée : 1902

H. : 139 cm

L. : 99 cm

Domaine Public © CC0 Collections La Contemporaine, Nanterre

Lien vers l'image

AFF14897 (7)

Le mouvement anticlérical à la veille de 1905

Date de publication : Février 2007

Auteur : Vincent DOUMERC

La France à la veille de la loi de séparation de 1905

La France de la première décennie du XXe siècle est en proie à de nombreuses divisions : l’Affaire Dreyfus a durablement marqué les esprits, et malgré la grâce présidentielle dont a joui le militaire en 1901, les demandes de réhabilitation sont déjà lancées par l’ancien condamné à perpétuité (elles aboutiront en 1906). Cette affaire a eu pour conséquence de constituer en France deux blocs antagonistes, qui sont, peu ou prou, les mêmes à s’opposer sur la question religieuse. La place de l’Eglise catholique dans les affaires politiques (définie depuis le Concordat napoléonien de 1801) provoque en effet une violente querelle entre le parti clérical et les groupes politiques majoritaires à la Chambre des députés, en particulier le parti radical. Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’année 1902 voit la victoire aux élections du Bloc des Gauches et la nomination au poste de Président du Conseil d’Emile Combes, grande figure du radicalisme et anticlérical convaincu. Il sera d’ailleurs à l’origine de la Loi de Séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905. La fracture religieuse en 1902 est donc une réalité dans la France de la Belle Epoque et chaque camp n’hésite pas à employer des attaques frontales, violentes contre la partie adverse à l’image de cette couverture de revue.

Dénoncer l’influence de l’Eglise catholique

Cette affiche de 1902 est une couverture de la revue La Lanterne, journal violemment anticlérical et républicain, dirigé par Victor Flachon. Pour l’auteur de cette affiche, le danger est clairement mis en évidence. L’homme d’Eglise singé sous les traits d’une chauve-souris couvre de son ombre menaçante la ville de Paris et empêche la « ville lumière » de recevoir la clarté de l’astre solaire. La formule « Voilà l’ennemi » fait directement référence au discours de Léon Gambetta à la Chambre des députés qui, reprenant les paroles de son ami Peyrat en 1863, s’exclama à la tribune le 4 mai 1877 : « le cléricalisme, voilà l’ennemi ! ».
Cette affiche insiste véritablement sur un quartier de Paris : la butte Montmartre. Le moulin évidemment, mais surtout la basilique du Sacré Cœur qui est enserrée par les mains crochues du clerc. Ce lieu de culte est un symbole pour les anticléricaux des années 1900 puisque ce bâtiment a été construit pour « expier les crimes des Communards » après les évènements de 1871 et la répression par les troupes versaillaises de l’insurrection populaire (forte représentation des ouvriers parmi les communards), patriotique (refus de la défaite face à la Prusse) et républicaine de la Commune. Cette construction dont la réalisation a été votée en 1873 par l’Assemblée Nationale à forte majorité monarchiste, prouvait le poids de l’Eglise Catholique dans la vie politique de l’époque puisqu’une Révolution avait dû être effacée par la construction d’un bâtiment religieux.
La Lanterne se propose donc de démasquer les ennemis de la République et de les révéler à la population française. L’affiche, par la trace laissée dans le ciel parisien et par la prééminence des couleurs sombres, met en évidence la puissance et l’omniprésence de l’Eglise et par conséquent le besoin de lutter contre elle avec force. Cette trace lugubre dans le ciel parisien (évocation de la trace d’un serpent ?) s’analyse également de manière historique : elle se perd dans le ciel et peut symboliser le côté ancestral de cette influence de l’Eglise Catholique sur la société française.

Une mise en cause personnelle ?

Dès sa sortie, cette affiche provoque de graves réactions. Des groupes de droite et de droite extrême, relayés par des journaux comme La Libre Parole, voient dans cet homme d’Eglise une mise en cause directe de l’Archevêque de Paris François Marie Benjamin Richard. Il est évident que Monseigneur Richard, proche politiquement des Catholiques monarchistes, pouvait être pour les anticléricaux une cible privilégiée. C’est lui qui avait œuvré fortement depuis sa nomination à l’archevêché de Paris (en juillet 1886) à la réalisation de la basilique du Sacré-Cœur. La posture du prélat sur l’affiche peut d’ailleurs évoquer la protection du bâtiment voire sa création. Un autre élément peut venir corroborer cette interprétation : la basilique étant considérée comme une repentance pour les fautes des Communards, l’Archevêque Richard pensait certainement à honorer la mémoire de son prédécesseur, Monseigneur Darboy, pris en otage et exécuté par les troupes de la Commune lors de « la semaine sanglante ».
Nulle preuve de cette mise en cause personnelle n’existe. Par contre, il est clair que La Lanterne veut dans cette affiche jouer un rôle en rapport direct avec les combats passés de l’anticléricalisme, en particulier le mouvement des Lumières : La Lanterne (à la fois le dessin de la lampe et le nom en rouge) sont les seuls éléments de cette affiche qui sont représentés en couleurs vives. L’image ne laisse pas planer le doute, cette revue est destinée à sortir la société française de l’obscurantisme dans lequel l’Eglise a plongé la France. Le prélat cache la clarté du soleil mais non pas celle de La Lanterne (coin en haut à gauche).
Enfin, dans la grande tradition anticléricale du début du XXe siècle, on ne relève pas, dans cette affiche, de signes blasphématoires mettant directement en cause la foi des croyants. L’anticléricalisme lutte contre l’influence de l’Eglise et, pour rallier le plus de personnes à sa cause, évite de choquer les fidèles, sur des éléments de foi (représentation de Jésus, représentation de la croix, des apôtres…).

Jacqueline LALOUETTELa République anticléricale, XIXe-XXe siècles Paris, Seuil, « L’Univers historique », 2002.

Jean-Marie MAYEUR La vie politique sous la IIIe République, Paris, Le Seuil, 1984.

Madeleine REBÉRIOUX La République radicale (1898-1914), Le Seuil, coll. « Points Histoire », 1975.

René RÉMOND L'Anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1976.

Michel WINOCK La Belle Epoque, un âge d’or, Paris, Perrin, 2002.

Vincent DOUMERC, « Le mouvement anticlérical à la veille de 1905 », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 25/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/mouvement-anticlerical-veille-1905

Anonyme (non vérifié)

j ai une affiche de 1905 intitulée la catholique réponse a la carmagnole musique de Théodore botrel affiche peinte a la main
imagerie d épinal
et je suis vendeur

il reste 3 exemplaires en France

jeu 05/01/2012 - 01:29 Permalien
Florence et Vi… (non vérifié)

Bonjour, merci pour cette analyse bien intéressante. Une remarque et une suggestion : La remarque : le projet de basilique à Montmartre est antérieur à la Commune de plusieurs mois. Comment soupçonner les instigateurs (qui parlaient bien d'expier les péchés, mais pas ceux des Communards, puisqu'ils n'avaient pas encore été commis !) des intentions que vous leur prêtez ? Que le projet ait eu un écho très favorable, un an après, en raison des événements de la Commune (massacre de nombreux prêtres et religieux), c'est probable. Mais cette accusation de vouloir "expier" les crimes de la Commune semble une construction a posteriori d'une certaine propagande républicaine... qui n'a cessé d'être reprise par la suite ! La suggestion : Le prêtre-chauve souris, semblant arriver de très loin avec sa traînée noire, ne pourrait-il aussi être le symbole d'une Eglise ultramontaine, prenant ses ordres à Rome, et crainte par les dirigeants républicains farouchement attachés à l'indépendance nationale ? Cela peut se discuter car le prêtre porte un rabat, typique du clergé français. Mais le dessinateur n'avait pas tellement d'autre moyen de favoriser l'identification de son personnage... Merci encore pour la qualité des documents présentés qui sont des sources d'information passionnants pour qui s'intéresse à l'histoire. Florence XOLIN

mer 21/04/2021 - 11:30 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Ernest Renan

Dans les deux dernières décennies du XIXe siècle, Ernest Renan (1823-1892)  était devenu un savant, un professeur et un écrivain célèbre. Il…

Ernest Renan
Ernest Renan
Ernest Renan

Darboy, martyr de Versailles

Darboy, martyr de Versailles

Le 24 mai 1871, Monseigneur Georges Darboy, archevêque de Paris, l’abbé Gaspard Deguerry, curé de la Madeleine et…

La liberté d'enseignement et la loi Falloux

La question de l’enseignement en 1848

Sous la monarchie de Juillet, les défenseurs des prérogatives de l’État en matière d’enseignement s’…

La liberté d'enseignement et la loi Falloux
La liberté d'enseignement et la loi Falloux

La séparation des Églises et de l'État

L’imminence de la Séparation

À l’orée du siècle, les relations de la France avec le Saint-Siège s’enveniment du fait de la politique…

Le grand tenor du radicalisme

Clemenceau avant l’Affaire Dreyfus

Médecin, issu d’une famille bourgeoise de la Vendée de tradition républicaine, Clemenceau entre véritablement…

Gambetta, père fondateur de la IIIe République

« Le commis voyageur de la République »

Jeune avocat, Gambetta s’imposa sous le Second Empire comme un des chefs les plus populaires de l’…

Le Cartel des gauches de 1924

L’apogée du parti radical-socialiste : le Cartel des gauches de 1924

En 1919, les Français, traumatisés par quatre années de guerre totale,…

Le Cartel des gauches de 1924
Le Cartel des gauches de 1924
Le Cartel des gauches de 1924

Kupka et L’Assiette au beurre : Religions

« Religions », numéro spécial

Lancée en 1901, L’Assiette au beurre acquiert rapidement une certaine renommée qui dépasse largement les seuls…

La Lanterne - Journal républicain anti-clérical

Le mouvement anticlérical à la veille de 1905

La France à la veille de la loi de séparation de 1905

La France de la première décennie du XXe siècle est en proie à de nombreuses…

Jules Michelet

Michelet et l’histoire romantique

La naissance des penseurs engagés

La monarchie de Juillet (1830-1848) a vu naître et s’affirmer une nouvelle classe d’hommes de lettres ou de…