Caricature d'un ecclésiastique tenant une croix

Caricature d'un ecclésiastique tenant une croix

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1822

Date représentée : 1820-1830

H. : 14,6

L. : 8,3

(Prêtre debout de trois-quart à droite brandissant un crucifix).Aquarelle, plume, encre noire, papier blanc

© Photo RMN - Grand Palais - M. Bellot

http://www.photo.rmn.fr

97CE17129/RF 10258

L’anticléricalisme dans le premier XIXe siècle

Date de publication : Juin 2006

Auteur : Ivan JABLONKA

Après la Révolution qui rompt brutalement avec l’Église en récusant l’association, fondatrice de l’Ancien Régime, entre ordre politique et ordre divin, la Restauration apparaît comme un régime clérical, favorisé par la « Providence ». L’ « alliance du trône et de l’autel » conduit aux lois sur l’interdiction du divorce (1816) et sur la sanctification des dimanches et le sacrilège (1825).

Les excès du régime, ainsi que l’influence persistante de la philosophie des Lumières et les souvenirs de la Révolution, expliquent la vigueur de l’anticléricalisme. La bourgeoisie voltairienne prend parti contre l’Église ; dans les années 1820, les collèges royaux constituent un milieu où prospère l’athéisme. La Révolution de 1830 est très anticléricale.

C’est dans ce contexte que Delacroix (1798-1863) réalise sa Caricature d’un ecclésiastique tenant une croix, aquarelle relevée de traits de plume et d’encre noire. Le prêtre, gros homme rougeaud, vocifère en secouant les bras. La croix qu’il élève dans les airs semble devoir inspirer la crainte plus que l’amour du prochain. L’ecclésiastique, le visage crispé par la colère, est croqué avec le même sens de la moquerie acerbe que le personnel politique de la monarchie de Juillet sculpté par Daumier.

Cette caricature est d’autant plus intéressante que Delacroix est, avec Chassériau, un des plus grands peintres religieux de son temps : ses Crucifixions, influencées par Rubens, en témoignent. C’est que Delacroix ne s’attaque pas à la religion chrétienne, mais bien plutôt à l’institution ecclésiastique. Il y a chez lui « une permanence de la figure de l’exilé, du damné, du maudit » (S. Guégan in Delacroix. L’Enfer et l’atelier, Flammarion, 1998, p. 153) qui s’accorde bien avec la vision d’un Christ sans Église.

Sous la monarchie de Juillet, on assiste au développement du catholicisme social, opposé aux perspectives traditionnelles et pour cette raison condamné par la papauté ; mais, « en 1830, le réveil religieux ne contrebalance pas encore le reflux au sein des élites, l’ignorance au sein du peuple et la montée de l’anticléricalisme » (G. Cholvy in Delacroix. L’Enfer et l’atelier, Flammarion, 1998, p. 29). La caricature de Delacroix, caractéristique de cette période, s’insère bien dans l’histoire du grand XIXe siècle.

Dans les années 1840, Quinet et Michelet lancent une violente offensive contre l’influence des jésuites dans l’enseignement. La publication de la Vie de Jésus de Renan, en 1863, annonce l’exacerbation des luttes entre l’Église du Syllabus et la République dans les années 1860-1880. Et Gambetta de déclarer en 1872 : « Le cléricalisme, voilà l’ennemi. »

Stéphane GUÉGAN, Delacroix.L’Enfer et l’atelier, Paris, Flammarion, 1998.

Jacqueline LALOUETTE, Histoire de la libre pensée en France, 1848-1940, Paris, A. Michel, 1996.

Jacques LEGOFF, René REMOND, Histoire de la France religieuse. Du roi Très Chrétien à la laïcité républicaine, XVIIIe-XIXe siècle, t. 3, Paris, Seuil, 1991.

René REMOND, L’Anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Paris, 1976.

COLLECTIF, Delacroix. La naissance d’un nouveau romantisme, catalogue de l’exposition au musée des Beaux-Arts de Rouen, Paris, RMN, 1998.

Ivan JABLONKA, « L’anticléricalisme dans le premier XIXe siècle », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/anticlericalisme-premier-xixe-siecle

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Albums liés

Découvrez nos études

La séparation des Églises et de l'État

L’imminence de la Séparation

À l’orée du siècle, les relations de la France avec le Saint-Siège s’enveniment du fait de la politique…

La liberté d'enseignement et la loi Falloux

La question de l’enseignement en 1848

Sous la monarchie de Juillet, les défenseurs des prérogatives de l’État en matière d’enseignement s’…

La liberté d'enseignement et la loi Falloux
La liberté d'enseignement et la loi Falloux

Darboy, martyr de Versailles

Darboy, martyr de Versailles

Le 24 mai 1871, Monseigneur Georges Darboy, archevêque de Paris, l’abbé Gaspard Deguerry, curé de la Madeleine et…

Anatole France, un écrivain militant

Crises et conflits sous la IIIe République

Si, dès 1879, la IIIe République (1870-1940) apparut solidement installée, en dépit d’une…

Anatole France, un écrivain militant
Anatole France, un écrivain militant

Un homme politique au faîte de sa puissance

Sénateur, président du Sénat, ancien ministre, Emile Combes devient président du Conseil en mai 1902. Figure importante du radicalisme, il est appelé…

Le Concordat de 1801

Le règlement de la question religieuse après la Révolution

Au lendemain du coup d’État du 18 Brumaire, Bonaparte, Premier consul, sait que pour…

Le Concordat de 1801
Le Concordat de 1801
Le Concordat de 1801
Le Concordat de 1801

Le féminisme réformiste en France

Le combat des femmes françaises pour l’égalité

Depuis le dernier tiers du XIXe siècle, les féministes françaises revendiquent l’égalité…

Le féminisme réformiste en France
Le féminisme réformiste en France
Le féminisme réformiste en France

Ernest Renan

Dans les deux dernières décennies du XIXe siècle, Ernest Renan (1823-1892)  était devenu un savant, un professeur et un écrivain célèbre. Il…

Ernest Renan
Ernest Renan
Ernest Renan

Gambetta, père fondateur de la IIIe République

« Le commis voyageur de la République »

Jeune avocat, Gambetta s’imposa sous le Second Empire comme un des chefs les plus populaires de l’…

Le Cartel des gauches de 1924

L’apogée du parti radical-socialiste : le Cartel des gauches de 1924

En 1919, les Français, traumatisés par quatre années de guerre totale,…

Le Cartel des gauches de 1924
Le Cartel des gauches de 1924
Le Cartel des gauches de 1924