JOB.

JOB.

Auteur : MUCHA Alfons

Lieu de conservation : musée de la Publicité (Paris)
site web

Date de création : 1898

Date représentée :

H. : 150

L. : 101

Lithographie en couleur

© Musée de la Publicité, Paris - Tous droits réservés

JOB12443,1

Mucha, chantre de la nouvelle affiche publicitaire

Date de publication : mai 2006

Auteur : Isabelle COURTY

1850, l’affiche s’affiche

Si l’affiche fait son apparition au XVe siècle, peu après l’invention de l’imprimerie, elle est essentiellement utilisée par les autorités comme média d’information. Il faut attendre 1796 et la mise au point par l’Allemand Senefelder de la lithographie pour qu’elle soit diffusée plus largement et que son usage se diversifie. Au milieu du XIXe siècle, la révolution industrielle, l’urbanisation croissante et le perfectionnement des techniques de production fournissent à l’affiche moderne sa raison d’être. La « réclame » envahit les murs des villes, et l’affiche devient un média de premier plan pour vanter les mérites des produits les plus divers. Les grandes maisons de l’époque comme les biscuiteries Lefèvre-Utile – fabricants du déjà célèbre « Petit-Beurre LU » – ou Nestlé, les champagnes Ruinart, les cognacs et spiritueux Rémy Martin font appel aux affichistes. Si dans les villes des espaces muraux sont spécifiquement réservés aux affiches, la plupart sont placardées un peu partout et de façon sauvage. L’affichage mobile se développe également, avec le fiacre-réclame et l’homme-sandwich qui sillonnent la ville.

Alfons Mucha, qui est sorti de l’anonymat en 1894 grâce à la réalisation de l’affiche « Gismonda » pour Sarah Bernhardt, est salarié de l’imprimeur Champenois, une des plus grandes maisons de la période 1880-1910, qui fut notamment à l’origine des panneaux décoratifs.

Le style Mucha

Cette affiche (1898) est la seconde que Mucha réalise pour la marque de papier à cigarette Job. La première date de 1896. S’inspirant ici d’une des sibylles de la fresque peinte par Michel-Ange dans la chapelle Sixtine, il place la jeune femme au centre de sa composition et l’inscrit dans un cercle qui la cadre dans l’image. Elle porte une robe aux replis compliqués, qui dénude le haut de son buste et une partie de sa jambe gauche. Belle, langoureuse, envoûtante et aérienne, la « femme Mucha » n’est que courbes et arabesques. Très représentatives du vocabulaire graphique élaboré par l’artiste, les boucles de son abondante chevelure viennent sensuellement s’enrouler autour de son corps. D’un pinceau virtuose, Mucha enrichit son sujet de longues vrilles et volutes, effet typique que certains critiques qualifieront alors ironiquement de style « macaronis ». Véritable objet du désir, la femme est érigée en machine à vendre. Mucha travaille les trois lettres de la marque Job jusqu’à en faire un élément décoratif. Dès lors très raffiné, il apparaît discrètement en fond d’affiche et sur l’étui du papier à cigarette. Avec la broche qui orne sensuellement la robe de la jeune femme, il accède même au rang de bijou à part entière. Le nom de la marque ainsi traité s’intègre avec subtilité à l’œuvre de l’artiste.

L’affichomanie

Grâce au prix modique des affiches et des panneaux décoratifs, tirés à un grand nombre d’exemplaires, toutes les couches de la société de la Belle Époque peuvent en acquérir. Leur large diffusion doit beaucoup à la chromolithographie, procédé qui permet de reproduire les images, en couleur et en un temps réduit. L’affiche publicitaire devient dès lors une œuvre d’art accessible à tous : « J’étais heureux de m’être engagé dans un art destiné au peuple et non aux salons fermés. C’était bon marché, à la portée de tous et trouvait sa place aussi bien chez les familles pauvres que dans les milieux aisés », explique Mucha. Les éditions les plus chères seront imprimées sur satin, vélin ou japon, mais les acheteurs peuvent aussi se procurer des affiches imprimées en huit couleurs, moins coûteuses, ou sur carton. Dès lors l’art entre dans la vie et nombre de collectionneurs se ruent sur les affiches : l’écrivain Octave Uzanne donne à cet engouement le nom d’« affichomanie », qui apparaît dès les années 1880. Détournées de leur fonction première, les affiches sont souvent vendues par des galeristes ou des collectionneurs qui n’hésitent pas à soudoyer les colleurs d’affiches pour obtenir les dernières nouveautés. Une grande manifestation organisée par Ernest Maindron, le premier historien de l’affiche, se tient à Paris lors de l’Exposition universelle de 1889.

La vogue de l’affiche suscite plusieurs publications comme L’Affiche en 1891, L’Estampe et l’affiche en 1897 ainsi que Le Courrier français qui édite des affiches en format réduit. Sous l’impulsion de Champenois, l’art de Mucha se décline sur une multitude de supports : panneaux décoratifs, calendriers illustrés, cartes postales, vignettes, programmes de théâtre, menus… Mais le rythme effréné que lui impose l’imprimeur s’avère néfaste pour sa créativité. Mucha se contente bientôt de varier attitudes, gestes, figures, mais ne parvient plus à se renouveler véritablement. Cette surabondance, cette édition de masse, finissent par lasser le public qui, peu avant 1900, se désintéresse de cet art publicitaire. Au final, l’engouement n’aura duré qu’une trentaine d’années. Après une décennie de création d’affiches, Mucha réalise les frises du Pavillon de la Bosnie, édifié à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900, puis il part aux États-Unis et s’attelle à un projet qui lui tient à cœur depuis longtemps : la peinture de son immense « Épopée slave », fresque en vingt tableaux qui relate l’histoire des peuples slaves.

Alain WEILL, L’Affiche française, Paris, P.U.F., 1982.

Alain WEILL, Affiches Art Déco, Paris, Inter-livres, 1990.

L’Affichomanie : collectionneurs d’affiches, affiches de collection, 1880-1900, catalogue de l’exposition du musée de l’Affiche, 22 janvier-5 mai 1980, Paris, Musée de l’Affiche, 1980.

Art & pub : Art & publicité 1890-1990, catalogue de l’exposition du musée national d’Art moderne, 31 octobre 1990-25 février 1991, Paris, Éd. du Centre Georges-Pompidou, 1990.

Isabelle COURTY, « Mucha, chantre de la nouvelle affiche publicitaire », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 16/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/mucha-chantre-nouvelle-affiche-publicitaire

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Julius Meier-Graefe

La vie intellectuelle à Berlin au tournant du XXe siècle

Nés respectivement en 1858 et 1867, Lovis Corinth et Julius Meier-Graefe sont deux…

Le féminisme réformiste en France

Le combat des femmes françaises pour l’égalité

Depuis le dernier tiers du XIXe siècle, les féministes françaises revendiquent l’égalité…

Le féminisme réformiste en France
Le féminisme réformiste en France
Le féminisme réformiste en France

Mucha et le théâtre

Mucha entre en scène

Lorsque Alfons Mucha (1860-1939) arrive à Paris, il est âgé de vingt-sept ans. L’artiste tchèque, encore inconnu du grand…

Mucha, chantre de la nouvelle affiche publicitaire

1850, l’affiche s’affiche

Si l’affiche fait son apparition au XVe siècle, peu après l’invention de l’imprimerie, elle est…

Mucha, l’esprit 1900

De Prague à Paris : Alfons Mucha

Omniprésents sur le site de l’Exposition universelle de Paris en 1900, l’Art nouveau et l’illustrateur tchèque…

Mucha, l’esprit 1900
Mucha, l’esprit 1900

Effort de guerre et union sacrée

La Grande Guerre à l’école

En 1914, à plus de 55 ans, le graphiste et designer Victor Prouvé (1858-1943) est trop âgé pour s’engager dans l’armée…

Effort de guerre et union sacrée
Effort de guerre et union sacrée
Effort de guerre et union sacrée
Folies Bergères. Loïe Fuller.

Loïe Fuller, incarnation du Symbolisme sur la scène

La « fée électricité » de la Belle Époque

Le mythe de Paris « Ville lumière » est indissociable de la « fée électricité » Loïe Fuller, artiste…

Loïe Fuller, incarnation du Symbolisme sur la scène
Loïe Fuller, incarnation du Symbolisme sur la scène
Loïe Fuller, incarnation du Symbolisme sur la scène
Loïe Fuller, incarnation du Symbolisme sur la scène

Le grand magasin, « temple de la Femme »

Au début du XIXe siècle, beaucoup de vêtements passent d’une classe à l’autre : la « marchande à la toilette » achète d’occasion des…

Le grand magasin, « temple de la Femme »
Le grand magasin, « temple de la Femme »

La revue La Plume et le Salon des Cent

La Plume (1889-1914) : une revue active

Parmi les petites revues littéraires et artistiques de la Belle Époque, La Plume, créée par Léon Deschamps…

Mucha et les arts de la table

Après s’être concentré sur la réalisation d’affiches, de panneaux décoratifs, et sur la confection de costumes et de décors de théâtre, Alfons Mucha…