Magasins Réunis d'Epinal, vue perspective.

Magasins Réunis d'Epinal, vue perspective.

Le rayon des bas de soie.

Le rayon des bas de soie.

Magasins Réunis d'Epinal, vue perspective.

Magasins Réunis d'Epinal, vue perspective.

Auteur : HORNECKER Joseph

Lieu de conservation : musée d’Orsay (Paris)
site web

Date de création : 1908

Date représentée :

H. : 0

L. : 0

© Photo RMN - Grand Palais - R. G. Ojeda

http://www.photo.rmn.fr

03-011197 / ARO1988-8

Le grand magasin, « temple de la Femme »

Date de publication : Septembre 2007

Auteur : Julien NEUTRES

Au début du XIXe siècle, beaucoup de vêtements passent d’une classe à l’autre : la « marchande à la toilette » achète d’occasion des robes, des mantelets, des bonnets, qu’elle propose ensuite à de jeunes coquettes. Puis de nouveaux magasins se mettent à vendre du neuf tout fait. L’industrialisation a transformé l’offre. Un large « marché de la beauté » s’est constitué.

Le grand magasin a créé ce cadre en révolutionnant le commerce des « nouveautés » à partir des années 1860. Avec la vente à « petit bénéfice », il a provoqué la contiguïté, mais aussi la surdifférenciation de produits disponibles en un même lieu : plus de 200 types d’articles sont vendus en 1890, des robes aux parfums, à près de 15 000 clients par jour au seul Bon Marché. L’intense croissance de l’industrie, celle des publicités de presse, des réseaux urbains et ferrés, ont rendu cette évolution possible.

Spacieux, bien éclairés, avec des étalages où elles peuvent voir, palper, essayer, les grands magasins offrent aux femmes une véritable fête des yeux, du toucher, de l’imaginaire. Les courses, désormais pleines d’imprévu et de tentations, deviennent d’autant plus excitantes que les prix baissent. De modestes bourgeoises, des ouvrières même, accèdent à l’euphorie d’un choix vestimentaire jusque-là hors d’atteinte. Celle qui portait jadis pendant dix ans une robe de drap gris ou bleu sans la laver peut désormais s’offrir chaque année plusieurs robes d’indienne aux couleurs variées.

Le premier document est un projet de décoration des façades des Magasins Réunis d’Épinal (1908) réalisé par l’architecte Joseph Hornecker, qui travaille à Nancy, haut lieu de l’Art nouveau. Cette vue perspective frappe par l’impression de grandeur qu’impose l’édifice commercial. Grandeur par la taille, d’abord. Les Magasins Réunis s’étalent sur trois niveaux et s’étendent largement dans la ville, qu’ils semblent structurer. Par rapport aux passants, leurs vitrines apparaissent immenses. Grandeur, ensuite, par la richesse de sa composition. L’édifice est très sophistiqué : entrées multiples, balustrades, toit-terrasse, avec des ornements caractéristiques de l’Art nouveau. Les tiges en fer forgé s’incurvent et s’évasent en lis. Des formes végétales et des chevelures bleues semblent couler en de longues vagues douces. La couleur, le verre et la lumière apportent de la fantaisie. Ce nouveau style est en net contraste avec les œuvres souvent bien décorées, mais sobres et sévères de l’époque précédente. Hornecker transforme ainsi un bâtiment classique en flamboyant représentant de l’Art nouveau, art essentiellement décoratif dès l’origine. Le projet intègre aussi plusieurs formes de publicité sur le lieu de vente : des drapeaux flottent au vent ; des panneaux annoncent les divers rayons ; et les vitrines semblent théâtralisées. Rien n’est trop beau pour ces Magasins Réunis.

Avec Le Rayon des bas de soie, Yves Alix poursuit un cycle sur l’observation de la vie parisienne entamé en 1927 avec Les Vitrines et Les Parisiennes. Toutes les clientes de ce grand magasin sont habillées de la même façon. En même temps que la nouvelle manière d’acheter, Alix en montre l’effet : manteau de fourrure, chapeau cloche et talons hauts composent un uniforme. Le peintre synthétise ainsi tout le processus d’industrialisation de la mode. La scène est très structurée avec des teintes douces. La sobriété de moyens, la noblesse dans le dessin et les couleurs, magnifient les visiteuses des grands magasins. La dérision pointe également à travers ce « mécanique plaqué sur du vivant » (H.Bergson, Le Rire). Proche du cubisme, expressionniste, Alix évolue progressivement vers l’abstraction : on voit bien comment le glissement s’opère déjà dans cette œuvre où tout pousse vers une « conceptualisation » du sujet, comment il rend sensible l’idée d’uniformisation au-delà de l’expérience même du grand magasin.

« Colosse », « tour de Babel », « Palais de conte de fées », « monstre séducteur », le grand magasin est le premier à exploiter la coquetterie et le désir de beauté dans une diversité rassemblée. Ces formules de la fin du siècle recherchent délibérément une consommation féminine, comme Zola le fait dire à Mouret, le directeur du Bonheur des dames : tenir « les femmes à notre merci, séduites, affolées devant l’entassement de nos marchandises, vidant leur porte-monnaie sans compter ». Zola profile l’image d’une église nouvelle, une cathédrale de verre et d’acier où ce culte prendrait la place des anciennes ferveurs : « Les églises que désertait peu à peu la foi chancelante étaient remplacées par son bazar, dans les âmes inoccupées désormais. »
Reste bien évidemment que les achats ne peuvent être les mêmes pour tous, malgré le succès du procédé. De fortes différences sociales se marquent, vécues quelquefois si massivement comme des ruptures que les désirs eux-mêmes en demeurent très différents. Une petite bourgeoisie lectrice des périodiques de mode apparaît. Le grand magasin diffuse la culture bourgeoise parmi les travailleurs du secteur tertiaire, les guidant vers les rives de la classe moyenne. Cette contagion rencontre pourtant quelques résistances. Les campagnes sont ainsi longtemps restées en marge des modes citadines.

Geneviève FRAISSE et Michelle PERROT (dir.), Histoire des femmes en Occident, tome IV, « Le XIXe siècle », Paris, Plon, 1991.

François-Marie GRAU, Histoire du costume, Paris, P.U.F., 1999.

James LAVER, Histoire de la mode et du costume, Paris, Thames & Hudson, 2003.

Georges VIGARELLO, Histoire de la beauté, Paris, Le Seuil, 2004.

Émile ZOLA, Au Bonheur des dames, 1883, rééd.Paris, Gallimard, 1999.

Art nouveau : Style qui se développe dès la fin du XIXe siècle, d’abord en Belgique et en France. Il s’épanouit dans l’architecture et dans les arts décoratifs. La recherche de fonctionnalité est une des préoccupations de ses architectes et designers. L’Art nouveau se caractérise par des formes inspirées de la nature, où la courbe domine.

Julien NEUTRES, « Le grand magasin, « temple de la Femme » », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 01/10/2022. URL : histoire-image.org/etudes/grand-magasin-temple-femme

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Un palais social pour les ouvriers

L’industrie n’a pas, dans la France du XIXe siècle, bouleversé l’armature urbaine. Pourtant, dans certaines localités, au Creusot ou à…

Un palais social pour les ouvriers
Un palais social pour les ouvriers
Un palais social pour les ouvriers
Un palais social pour les ouvriers
Répétition du "Joueur de flûte" et de la "Femme de Diomède" chez le prince Napoléon

La maison pompéienne de Joseph Napoléon par Gustave Boulanger

Si les fouilles de Pompéi, découverte en 1748, ont étonné et parfois déçu les amateurs et les artistes, tels que Joseph Marie Vien, celles qui…

Cloître de l'église de Moissac

La Mission héliographique de 1851 : une vocation patrimoniale

La notion de patrimoine

L’acharnement des sans-culottes révolutionnaires contre les monuments de l’Ancien Régime qui abritaient les emblèmes de…

La Mission héliographique de 1851 : une vocation patrimoniale
La Mission héliographique de 1851 : une vocation patrimoniale
La Mission héliographique de 1851 : une vocation patrimoniale

La Cathédrale de Rodin

La cathédrale comme quintessence de l’art

C'est dans un contexte chargé de symboles que Rodin crée en 1908 une sculpture intitulée La Cathédrale…

Le grand magasin, « temple de la Femme »

Au début du XIXe siècle, beaucoup de vêtements passent d’une classe à l’autre : la « marchande à la toilette » achète d’occasion des…

Le grand magasin, « temple de la Femme »
Le grand magasin, « temple de la Femme »

Un théâtre du Boulevard à la Belle Epoque

Le théâtre au cœur de la vie parisienne

Depuis la monarchie de Juillet, les « grands boulevards » sont le centre de la vie parisienne. Cet ensemble…

Le Louvre au XIXe siècle

Le Louvre au XIXe siècle

Depuis le XVIe siècle, l’achèvement du Grand Louvre est un leitmotiv de la politique culturelle…

Le Louvre au XIX<sup>e</sup> siècle
Le Louvre au XIX<sup>e</sup> siècle

Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe

Une « maison de rapport » édifiée sous le Directoire

Une sanglante « bavure », dénoncée par Daumier, a rendu tristement célèbre la maison du 12 rue…

Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe
Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe
Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe
Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe

Une halle révolutionnaire

Nourrir la capitale

Le geste monumental traduit par les plans de Le Camus de Mézières et le dessin anonyme antérieur à 1836 vient résoudre un…

Une halle révolutionnaire
Une halle révolutionnaire

Vue de la Seine au XVIIIe siècle

L’œil de Paris

La vue de la Seine en aval du pont neuf est datée et signée par l’artiste, avec une mention inscrite sur le quai Malaquais ou des…