Asraël. Bélisaire.

Asraël. Bélisaire.

Date représentée :

H. : 0

L. : 0

Asraël. Opéra de Franchetti.Bélisaire. Opéra de Donizetti.Carte-réclame Liebig.

© MuCEM, Dist RMN - Grand Palais / Jean-Gilles Berizzi

http://www.photo.rmn.fr

07-537222 / 60.22.372.474 A

L'opéra inspire la réclame

Date de publication : Novembre 2010

Auteur : Stella ROLLET

Stratégies de production et de commercialisation à l’ère industrielle

L’essor de l’industrie dans la seconde moitié du XIXe siècle va de pair avec des progrès et des innovations qui révolutionnent les modes de vie, notamment les habitudes alimentaires. Pour attirer la clientèle vers des produits jusque-là inexistants, les entreprises ont recours à la réclame, surtout à partir de 1850. Elle se présente, entre autres, sous la forme de chromolithographies conçues pour être collectionnées par les enfants et ainsi fidéliser les consommateurs. La firme Liebig, née dans le courant des années 1860, adopte le procédé en 1872 pour vendre son extrait de viande. Ce n’est que plus tard, à partir de 1890, que cette méthode est copiée par d’autres entreprises comme la chocolaterie Suchard.

Le Moyen Âge au service de la cuisine

L’image représente les personnages principaux de deux opéras, à gauche celui d’Asraël de Franchetti, à droite celui de Bélisaire de Donizetti. Extrêmement colorée et enrichie de dorures, elle illustre la vision idéalisée que le XIXe siècle a du Moyen Âge en même temps que l’engouement du public pour cette période. Asraël, avec son chapeau à plumes, sa cape dentelée et son justaucorps, autant que le château fort visible derrière lui représentent l’Occident médiéval, tandis que le style architectural du palais où se trouve le guerrier Bélisaire évoque l’Empire byzantin. Déclinant des éléments du costume des personnages, les bannières qui les surmontent renforcent encore l’ambiance recherchée. Au centre au premier plan apparaît une boîte d’extrait de viande Liebig. C’est au verso, selon l’habitude, que se trouvent les arguments publicitaires, assortis d’une description de l’image. Le texte qui l’accompagne, ici en français, pouvait également être rédigé dans d’autres langues, notamment en allemand, en italien et en espagnol.

La réclame et l’opéra

Le dernier tiers du XIXe est une ère de démocratisation pour l’opéra en France, comme en témoignent la création d’un « Opéra populaire » ainsi que les représentations à prix réduits instaurées par les grandes scènes lyriques. L’engouement des couches populaires pour cette forme artistique suscite bientôt l’intérêt des entreprises, soucieuses de faire largement connaître leurs produits. C’est, dans une certaine mesure, ce qui conduit Liebig à fonder cette réclame sur Asraël, opéra de Franchetti créé en 1888 dont la vogue est encore vivace en 1893. Son association avec Bélisaire, opéra dont la première a eu lieu en 1843, peut sembler plus surprenante, mais elle s’explique par la volonté de constituer une série alphabétique de héros masculins.

Lorenz DETLEF, Fleischextrakt und grosse Oper : die Reklame-Sammelbilder der Liebig-Gesellschaft zu Oper, Operette und Ballett, Berlin, Lorenz Detlef, 1992.Michel HAU, Histoire économique de l’Allemagne XIXe-XXe siècle, Paris, Economica, 1994.Christiane LAMBERTY, Reklame in Deutschland 1890-1914, Berlin, Duncker & Humblot, 2000.Philippe OLIVIER, Wagner, manuel pratique à l’usage des mélomanes, Paris, Hermann Éditeurs, 2007.

Stella ROLLET, « L'opéra inspire la réclame », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 12/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/opera-inspire-reclame

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration

Lorsque Rossini arrive à Paris en novembre 1823, ce n’est pas un inconnu car douze de ses œuvres ont déjà été montées au Théâtre-Italien, dont quatre…
La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration
La mode du rossinisme à Paris sous la Restauration
L'orchestre de l'Opéra

L'orchestre de l'Opéra

Lorsqu’il peignit ce tableau en 1870, Degas connaissait bien l'Opéra. Il avait rencontré des membres de l'orchestre à des soirées musicales chez…

Frontispice d'un recueil de musique - Fantin-Latour

Le Génie wagnérien

Wagner : une aura existant contre le temps et les frontières

De toute évidence, Richard Wagner n’apprécie guère la peinture « qui le laisse…

Le Génie wagnérien
Le Génie wagnérien
Le Génie wagnérien
Le Génie wagnérien

Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIXe siècle

Une carrière exceptionnelle

À la fin de 1857, quand il commande au peintre Jules Héreau six panneaux muraux retraçant sa vie afin de les placer…

Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle

Cléo de Mérode, une icône entre Romantisme et Symbolisme

Une icône de beauté angélique

À la Belle Époque, sous l’influence du décadentisme et du symbolisme, hédonisme et spiritualité se côtoient :…

Cléo de Mérode, une icône entre Romantisme et Symbolisme
Cléo de Mérode, une icône entre Romantisme et Symbolisme
Cléo de Mérode, une icône entre Romantisme et Symbolisme
Portrait de Baroilhet - Vogt

Paul Barroilhet

Le XIXe siècle, siècle des interprètes

Le XIXe siècle est celui de l’opéra, une sorte d’âge d’or au cours duquel l’art…

La naissance du mythe du ténor

La première moitié du XIXe siècle connaît un véritable engouement pour la musique en général et l’art du chant en particulier. La mode du…

Les Chorégies d’Orange

L’usage moderne d’un monument antique

L’affiche annonçant la « Fête romaine » du 21 août 1869, d’une sobriété…

L'opéra inspire la réclame

Stratégies de production et de commercialisation à l’ère industrielle

L’essor de l’industrie dans la seconde moitié du XIXe siècle va de pair avec…

Rosine Stoltz

L’Opéra après le règne de sa favorite

Son statut de capitale culturelle de l’Europe n’empêche pas Paris, sous le Second Empire, d’avoir de plus en…