Exposition universelle de 1878. Le panorama des palais.

Exposition universelle de 1878. Le panorama des palais.

Date de création : 1878

Date représentée : 1878

H. : 0

L. : 0

Chromolithographie

© Photo RMN - Grand Palais - Bulloz

http://www.photo.rmn.fr

01-024370

Panorama des Palais

Date de publication : Décembre 2007

Auteur : Claire MAINGON

Une exposition d’envergure

L’exposition de 1878, inaugurée le 1er mai après dix-neuf mois de travaux et de préparation, s’inscrit dans la lignée des Expositions universelles du XIXe siècle. Vouée à magnifier et présenter les produits de l’industrie, elle connut un succès considérable qui préfigure les manifestations plus célèbres de 1889 et 1900. Sur une surface de 750 000 mètres carrés, l’exposition avait investi toute une partie de la capitale autour de la colline du Trocadéro et du champ de mars. A cette occasion, le pont d’Iéna fut élargi et rehaussé pour un coût pharamineux. Dans le Palais du Trocadéro, flambant neuf, les travaux industriels des grandes puissances européennes étaient exposés au public. Pour s’y rendre, à partir de10 heures chaque matin, les visiteurs pouvaient emprunter le tramway ou une voiture à cheval car le métropolitain n’existait pas encore. L’Exposition, qui fut visitée par plus de 16 millions de personnes, se solda néanmoins par un important déficit financier de 28 millions de francs, provoqué par la construction de deux palais visibles sur le panorama.

Une exposition universelle à cheval sur les deux rives de la Seine



Ce panorama nous décrit la géographie de l’exposition universelle de 1878, répartie sur les deux rives de la Seine. La partie Nord, sur la droite, englobait le Trocadéro et ses jardins. La partie Sud, sur la gauche, comprenait le palais des expositions et la rue des Nations, une enfilade de pavillons étrangers. La communication entre les deux ensembles s’effectuait par le pont d’Iéna, trait d’union entre les deux berges. L’image témoigne de l’importance considérable de cet ensemble éphémère dans la ville. Surtout, elle révèle la prééminence donnée au verre et au fer dans l’architecture du Palais du Champ-de-Mars. Conçu par l’ingénieur Léopold Hardy, ce grand bâtiment ressemblait à une immense serre rectangulaire de plus de 400 000 mètres. Percé de vingt-sept ouvertures, il renfermait des galeries exposant des pièces remarquables de l’industrie internationale et des objets rares tels que les diamants de la Couronne de France. L’architecture du Palais du Champ-de-Mars, par sa grandeur, dépassait de loin le Crystal palace, palais fort célèbre qui avait été construit par Joseph Paxton pour l’Exposition Universelle de Londres en 1851.

Le panorama, une image du XIXe siècle


L’usage des panoramas fut très apprécié durant le XIXe siècle, qui cultive le goût de l’histoire et de la prospection intellectuelle et industrielle. Il s’agit ici d’une chromolithographie, terme inventé par le lithographe Godefroy Engelmann pour désigner un procédé d’impression lithographique en couleur fondé sur la quadrichromie. Le point de vue adopté est celui de la hauteur, comme si l’observateur était placé dans la nacelle d’un engin aérien, à l’image du ballon captif dit « le géant » élevé dans les airs par l’aéronaute Henry Giffard au-dessus des Tuileries pendant l’Exposition. L’usage des panoramas resta très populaire, notamment durant l’Exposition Universelle de 1900, puis disparaîtra progressivement après le tournant du siècle, détrôné par l’essor de la photographie puis du film cinématographique.

Anne PINGEOT1878, La première Exposition Universelle de la RépubliqueParis, RMN, 1988.Marc GAILLARDLes Expositions universelles de 1855 à 1937Paris, Les presses franciliennes, 2005.

Claire MAINGON, « Panorama des Palais », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/panorama-palais

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Philippe Auguste et Paris

Auguste et fondateur

Le nom de Philippe Auguste, c’est-à-dire Philippe II, est étroitement associé à l’essor de Paris au XIIIe siècle sur le plan…

Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale

Une visite à l’Exposition coloniale de 1931

Les divers documents réunis permettent de découvrir trois pavillons d’aspect monumental élevés à l’…

Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale
Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale
Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale

L’Opéra de Charles Garnier

La construction du nouvel Opéra de Paris

Décidée en 1858 pour remédier à la vétusté et à l’incommodité de la salle de la rue Le Pelletier, la…

L’Opéra de Charles Garnier
L’Opéra de Charles Garnier

Le pont au Change

Les ruines de la ville

Ce tableau illustre l’une des grandes facettes de la vie d’artiste d’Hubert Robert, celle du peintre de la réalité urbaine,…

Charles Marville : photographies d'un patrimoine monumental restauré

La restauration des édifices : une science en plein essor

Les destructions monumentales survenues au cours de la période révolutionnaire, la…

Charles Marville : photographies d'un patrimoine monumental restauré
Charles Marville : photographies d'un patrimoine monumental restauré
Charles Marville : photographies d'un patrimoine monumental restauré

La prise de Constantinople par les croisés

Louis-Philippe, intronisé « roi des Français » le 9 août 1830 après les Trois Glorieuses (27-29 juillet 1830), était féru d’histoire comme tout…

La Cathédrale - Auguste Rodin

La Cathédrale de Rodin

La cathédrale comme quintessence de l’art

C'est dans un contexte chargé de symboles que Rodin crée en 1908 une sculpture intitulée La Cathédrale…

Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget

Un album documentaire à visée professionnelle

En 1910, Atget réalise un album de soixante photographies intitulé Intérieurs parisiens, début du XXe…

Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget
Les intérieurs parisiens selon Eugène Atget

Viollet-le-Duc et la restauration monumentale

L’invention des Monuments historiques

Sous la Monarchie de Juillet (1830-1848), la volonté de remettre à l’honneur de grands édifices symboliques…

Viollet-le-Duc et la restauration monumentale
Viollet-le-Duc et la restauration monumentale
Viollet-le-Duc et la restauration monumentale

Vue de l’Hôtel de Ville au XVIIIe siècle

Observer la capitale

Ce tableau tourné vers la place de Grève est signé et daté sous la corniche du quai situé sur la gauche de la toile «…