Aller au contenu principal
Napoléon Ier visitant l'escalier du musée du Louvre

Napoléon Ier visitant l'escalier du musée du Louvre

Le Louvre de Napoléon III.

Le Louvre de Napoléon III.

Napoléon Ier visitant l'escalier du musée du Louvre

Napoléon Ier visitant l'escalier du musée du Louvre

Date de création : 1833

Date représentée :

H. : 177 cm

L. : 135 cm

Sous la conduite des architectes Percier et Fontaine. Peinture à l'huile sur toile

Domaine : Peintures

© Photo RMN - Grand Palais

http://www.photo.rmn.fr

92EE2340/DL 1978-1

Le Louvre au XIXe siècle

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Nicolas COURTIN

Le Louvre au XIXe siècle

Depuis le XVIe siècle, l’achèvement du Grand Louvre est un leitmotiv de la politique culturelle des souverains français. C’est un chantier qui traversa le temps et les régimes, et donna à Paris un monument qui résume, sinon l’histoire de France (dont Versailles est le dépositaire) du moins l’histoire de l’architecture française.

C’est à Napoléon III que l’on doit l’accomplissement du « grand dessein », c’est-à-dire la réunion du Louvre aux Tuileries ; néanmoins, c’est à son grand-oncle que l’on doit sa transformation en palais des arts.

Le plus vaste et le plus ancien palais parisien

Charles Percier et Pierre-François Fontaine sont les deux architectes choisis par l’empereur pour aménager les salles du nouveau musée et pour achever la liaison entre les deux palais ; ils présentent en 1809 un plan d’ensemble qui servira de base au chantier permanent conduit par Fontaine pendant quarante-quatre ans.

Pour Napoléon Ier, le Louvre est avant tout une fantastique machine de propagande. Si l’éblouissante réunion de chefs-d’œuvre (principalement des antiques rapportés des quatre coins de l’Europe) satisfait l’intelligentsia, elle rappelle surtout l’importance des butins de chaque campagne militaire.

Le château des Tuileries, commencé pour Catherine de Médicis, est composé de corps de bâtiment hétéroclites. Depuis le règne de Louis XIV, il est le siège parisien du pouvoir. La tradition en a conservé le terme « château » pour désigner le pouvoir personnel ou officieux du roi, notamment au cours de la Restauration.

La Grande Galerie, construite le long de la Seine par Henri IV, fut la première liaison entre les deux palais. Jusqu’au Premier Empire, son rez-de-chaussée accueillit les ateliers d’artistes protégés par le roi.

La cour Napoléon, créée par Lefuel, résulte de la construction de nouvelles ailes, au nord et au sud, destinées à masquer le désaxement qui existe entre les deux palais.

Un musée politique ?

L’escalier du musée Napoléon, construit dans une aile de la cour Carrée par Percier et Fontaine, correspond par son style néoclassique rigoureux à la nature des œuvres présentées (des antiques, dont certains sont placés dans les niches de l’escalier) et illustre bien le style austère et efficace qui caractérise l’art officiel de cette période, tout au service d’un discours analogique avec la Rome impériale.

Entreprise par Fontaine, l’aile nord, qui longe la nouvelle rue de Rivoli, est le pendant de la Grande Galerie. L’aménagement du Grand Louvre passa par la réorganisation de ses abords, de manière à le dégager pour en faire un véritable monument au cœur de la ville. En effet, les quatre faces du rectangle qu’il constitue sont des éléments fondamentaux du paysage parisien (la colonnade orne la place Saint-Germain-l’Auxerrois, les façades sud offrent un front de Seine monumental, les Tuileries ferment la perspective du jardin, et l’aile nord constitue une séquence à la gloire de la Grande Armée).

Napoléon III trouva aussi dans l’achèvement du Louvre l’occasion de se rattacher à l’histoire de la France et de légitimer le régime qu’il avait imposé : à la suite du Premier Empire, il accomplit l’œuvre des rois. L’ordonnateur principal en fut Hector Lefuel (à partir de 1853) qui, par son éclectisme parfois bruyant mais éclairé, a su faire de ce palais un musée de l’architecture française.

Jean-Pierre BABELON, « Louvre », in Pierre NORA (dir.), Lieux de mémoire, t. 2, La Nation, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 1997.

Geneviève BRESC, Mémoires du Louvre, Paris, RMN, coll. « Découvertes Gallimard architecture », 1989.

Jean-Claude DAUFRESNE, Le Louvre et les Tuileries, architecture de papier, Bruxelles, Pierre Mardaga, 1987.

Nicolas COURTIN, « Le Louvre au XIXe siècle », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 23/02/2024. URL : histoire-image.org/etudes/louvre-xixe-siecle

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Le Palais du Trocadéro, un bâtiment disparu

Le Palais du Trocadéro, un bâtiment disparu

Le Trocadéro et l’Exposition universelle de 1878

Le Trocadéro fut élevé sur une des collines de Paris à l’occasion de l’Exposition Universelle de…

Le Palais du Trocadéro, un bâtiment disparu
Le Palais du Trocadéro, un bâtiment disparu
Le Palais du Trocadéro, un bâtiment disparu
Le vieux Paris - la photographie documentaire

Le vieux Paris - la photographie documentaire

Mutations urbaines

« Dehors, des thèmes populaires finement écrits pour des instruments variés, depuis la corne du raccommodeur de porcelaine ou…

Le vieux Paris - la photographie documentaire
Le vieux Paris - la photographie documentaire
Le vieux Paris - la photographie documentaire
L’hôtel des Invalides

L’hôtel des Invalides

Une pièce d’un programme iconographique politique

Voulue par Louis XIV, l’édification de l’hôtel des Invalides au sud-ouest de Paris est…

L’hôtel des Invalides
L’hôtel des Invalides
Versailles après Louis XIV

Versailles après Louis XIV

Le retour de la Cour

Le tableau de Pierre-Denis Martin (1663-1742) s’inscrit dans une période de renouveau dans l’histoire du château de…

Versailles après Louis XIV
Versailles après Louis XIV
Versailles après Louis XIV
Charles Marville : photographies d'un patrimoine monumental restauré

Charles Marville : photographies d'un patrimoine monumental restauré

La restauration des édifices : une science en plein essor

Les destructions monumentales survenues au cours de la période révolutionnaire, la…

Charles Marville : photographies d'un patrimoine monumental restauré
Charles Marville : photographies d'un patrimoine monumental restauré
Charles Marville : photographies d'un patrimoine monumental restauré
Une halle révolutionnaire

Une halle révolutionnaire

Nourrir la capitale

Le geste monumental traduit par les plans de Le Camus de Mézières et le dessin anonyme antérieur à 1836 vient résoudre un…

Une halle révolutionnaire
Une halle révolutionnaire
Le Premier crématorium de Paris

Le Premier crématorium de Paris

Une décision longtemps ajournée

La construction de ce bâtiment, rêve de Bosphore sur la rive droite de la Seine, est le point final d’un…

La Mission héliographique de 1851, un voyage pittoresque et romantique à travers l’ancienne France

La Mission héliographique de 1851, un voyage pittoresque et romantique à travers l’ancienne France

La redécouverte du patrimoine monumental français

En gestation sous l’Ancien Régime, la notion de patrimoine émerge véritablement à la faveur de la…

La Mission héliographique de 1851, un voyage pittoresque et romantique à travers l’ancienne France
La Mission héliographique de 1851, un voyage pittoresque et romantique à travers l’ancienne France
La Mission héliographique de 1851, un voyage pittoresque et romantique à travers l’ancienne France
La Mission héliographique de 1851, un voyage pittoresque et romantique à travers l’ancienne France
Les plans-reliefs

Les plans-reliefs

La collection des plans-reliefs

Née dans un contexte historique particulier, la collection des plans-reliefs doit son existence à une conception…

La restauration du Mont-Saint-Michel

La restauration du Mont-Saint-Michel

En 1872, l’architecte Édouard Corroyer (1835-1904) est chargé par la direction des Beaux-Arts de la restauration du Mont-Saint-Michel, et…

La restauration du Mont-Saint-Michel
La restauration du Mont-Saint-Michel