10 juin - 1er juillet 1934. Fêtes inaugurales du nouveau centre de Villeurbanne.

10 juin - 1er juillet 1934. Fêtes inaugurales du nouveau centre de Villeurbanne.

Auteur : BOUCHERAT Albert

Lieu de conservation : musée Gadagne (Lyon)
site web

Date de création : 1933

Date représentée : 1934

H. : 122

L. : 160

Impression H. Richard, 161 rue Vendôme, Lyonlithographie en couleur

© Musée Gadagne - Lyon

n°1494

Hygiénisme et urbanisme : le nouveau centre de Villeurbanne

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Hélène DELPECH

Au cours du XIXe siècle, les conditions de vie misérables réservées aux ouvriers dans les viilles et les préoccupations des hygiénistes ont suscité un intérêt nouveau pour l'habitat urbain dans tous les pays industrialisés. Cet intérêt a d'abord été théorique, avec des projets de cité idéale dès le début de la révolution industrielle. En pleine période de libéralisme économique, les réalisations restent d'initiative privée, tendance encouragée dans la région lyonnaise par la tradition du mutualisme née chez les canuts et par le catholicisme social de quelques grands industriels. Leurs résultats sont fragmentaires et sans coordination. L'intervention de l'Etat par une législation favorable au logement social est tardive : loi Siegfried créant les « habitations à bon marché » (1893), loi Loucheur pour faciliter l'accès des familles modestes à la propriété (1928). D'autre part, l'urbanisme, jusque-là simple aménagement rationnel de la voirie, devient peu à peu une préoccupation globale, tandis que l'architecture utilisant les ressources et les méthodes de la production industrielle nourrit dès 1928 la réflexion des congrès internationaux d'architecture moderne. Le constructivisme bolchevique, le Bauhaus allemand, les chantiers de l'Italie fasciste, les Etats-Unis auréolés de la victoire avant la Grande Dépression, fournissent des exemples d'avant-garde.

A la fin du XIXe siècle, la proximité de Lyon avait attiré des industries à Villeurbanne, petit bourg rural où les ouvriers avaient afflué en nombre. Le poids électoral de cette nouvelle population avait entraîné un glissement progressif à gauche de la politique municipale au début du XXe siècle. Entre 1930 et 1934, Villeurbanne se dote d'un nouveau centre, témoin de son importance et des préoccupations sociales de sa municipalité.

L'affiche est devenue un moyen de communication moderne, au style percutant, duplicable grâce aux techniques de l'imprimerie. Ici, les aplats de couleur, le graphisme géométrique qui élimine les détails, donnent au message force et netteté. Dans la lumière matinale venue d'un Orient théorique à droite, les bâtiments jaillissent du sol invisible, comme un modèle universel prometteur d'un avenir radieux.

On reconnaît les tours liminaires, les deux rangées d'immeubles, le beffroi de l'hôtel de ville, le Palais du travail. La hauteur des constructions (jusqu'à 19 étages pour les tours), les gradins ouvrant la rue vers le ciel, la multitude de fenêtres, les toits plats, résultent d'une architecture à ossature de métal et de béton armé, habillée de murs de parpaings. Les redans remplacent les cours insalubres. Les colonnes classiques de l'hôtel de ville traduisent la dignité de l’édifice. Deux conceptions architecturales se juxtaposent : le plan d'ensemble et le Palais du travail, fonctionnels et dépouillés, ont été conçus par un technicien, Morice Leroux, qui a travaillé au Maroc avec Lyautey ; c'est un architecte Grand Prix de Rome, Robert Giroud, qui a dessiné l'hôtel de ville.

L'initiateur de l'opération, Lazare Goujon, médecin et socialiste, élu maire en 1924, croyait au progrès par le logement, la santé, l'éducation. Les appartements (3 pièces en moyenne) de ces gratte-ciel équipés d'ascenseurs disposaient de vide-ordures, de cuisinières électriques, du chauffage central et de l'eau chaude grâce à une chaufferie municipale. Le Palais du travail abritait une piscine, une salle de spectacles, un dispensaire, des locaux pour des conférences et des réunions.

Mais la municipalité s'était endettée. Elle contrôlait mal la société mixte dans laquelle elle était, pour la première fois, associée à des entreprises privées. Avec la crise économique et le chômage, les locataires se sont fait rares. Les communistes, qui jugeaient la réalisation dispendieuse et « petite-bourgeoise », remportent les élections de 1935 avec un programme d'aides plus immédiates. Passées la crise et la guerre, le problème du logement reste entier.

Le cas de Villeurbanne est exemplaire de la rivalité entre la SFIO et le PC depuis la scission de 1920. Il révèle en outre des aspirations de l'entre-deux-guerres : l'air, le soleil et la culture pour tous, une architecture rationnelle répondant à une certaine idée de la cité, une esthétique influencée par la rigueur géométrique des productions industrielles et du cubisme.

Marc BONNEVILLE Naissance et métamorphose d'une banlieue ouvrière : Villeurbanne Lyon, PUL, 1978.

Bernard MEURET Le Socialisme municipal : Villeurbanne 1880-1982 Lyon, PUL, 1982.

Collectif « Les Gratte-ciel ont cinquante ans »in Le Progrès , mai 1984.

Michel RAGON Histoire mondiale de l'architecture et de l'urbanisme moderne , tome II, Paris, Casterman, 1972.

Leonardo BENEVOLO Histoire de l'architecture moderne , tome II, Paris, Dunod, 1980.

Hélène DELPECH, « Hygiénisme et urbanisme : le nouveau centre de Villeurbanne », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 27/06/2022. URL : histoire-image.org/etudes/hygienisme-urbanisme-nouveau-centre-villeurbanne

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La restauration du Mont-Saint-Michel

En 1872, l’architecte Édouard Corroyer (1835-1904) est chargé par la direction des Beaux-Arts de la restauration du Mont-Saint-Michel, et…

La restauration du Mont-Saint-Michel
La restauration du Mont-Saint-Michel

De la place de grève à la place de l'Hôtel de ville

Le siège de la municipalité de Paris

La place de Grève, devenue en 1803 place de l’Hôtel de Ville, abrite le siège de la municipalité parisienne…

De la place de grève à la place de l'Hôtel de ville
De la place de grève à la place de l'Hôtel de ville
De la place de grève à la place de l'Hôtel de ville

Les galeries du Palais-Royal, ancêtre des passages couverts

Une spéculation immobilière

Le Palais-Royal devint la propriété des Orléans, branche cadette du royaume de France, en février 1692, quand Louis XIV…

Versailles

La seule vision de ces bâtiments évoque l’absolutisme et le classicisme. Versailles est aujourd’hui un élément constitutif, inamovible et…

Versailles
Versailles
Versailles
Versailles

Un passé recréé : Pierrefonds

D’une forteresse à une folie architecturale

Construit à la fin du XIVe siècle pour Louis de Valois, frère de Charles VI, Pierrefonds…

Un passé recréé : Pierrefonds
Un passé recréé : Pierrefonds
Un passé recréé : Pierrefonds

Les édifices de culte sous le régime du Concordat

L’administration des Cultes contre le Conseil des bâtiments civils

Le système concordataire reconnaît les cultes catholique, luthérien, réformé…

Les édifices de culte sous le régime du Concordat
Les édifices de culte sous le régime du Concordat
Les édifices de culte sous le régime du Concordat
Les édifices de culte sous le régime du Concordat

Vue de l’Hôtel de Ville au XVIIIe siècle

Observer la capitale

Ce tableau tourné vers la place de Grève est signé et daté sous la corniche du quai situé sur la gauche de la toile «…

Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe

Une « maison de rapport » édifiée sous le Directoire

Une sanglante « bavure », dénoncée par Daumier, a rendu tristement célèbre la maison du 12 rue…

Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe
Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe
Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe
Rue Transnonain, une maison à Paris sous Louis-Philippe

Le premier crématorium de Paris

Une décision longtemps ajournée

La construction de ce bâtiment, rêve de Bosphore sur la rive droite de la Seine, est le point final d’un processus…

La construction de la tour Eiffel

Dans une France aux prises avec des difficultés politiques et économiques, et encore marquée par le souvenir de sa défaite face à l’Allemagne en…

La construction de la tour Eiffel
La construction de la tour Eiffel
La construction de la tour Eiffel
La construction de la tour Eiffel