Aller au contenu principal
Bataille de Stalingrad

Bataille de Stalingrad

Date de création : Octobre 1942

Date représentée : Octobre 1942

H. : 10 cm

L. : 24 cm

Domaine : Photographies

© BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / image BPK

Lien vers l'image

50086482 - 18-523481

  • Bataille de Stalingrad
  • Bataille de Stalingrad

Une Victoire à la pire-russe

Date de publication : Février 2024

Auteur : Alexandre SUMPF

« Plus un pas en arrière ! »

Au mois d’octobre 1942, Adolf Hitler est en passe de réussir son pari. Pour cette deuxième offensive estivale, après l’opération Barbarossa (1) déclenchée le 22 juin 1941, il a ordonné au Groupe Sud de conquérir le Caucase pour s’emparer des pétroles de la mer Caspienne, et de prendre Stalingrad. La cité des bords de la Volga n’est pas juste un symbole de la lutte entre les deux dictateurs : c’est un nœud de communication majeur, verrou de l’Oural sud où le pouvoir soviétique a évacué son industrie de guerre. Conscient de l’enjeu stratégique, Staline édicte l’ordre n° 227 « Plus un pas en arrière ! » du 28 juillet 1942, qui punit de mort ceux qui abandonnent leur poste et autorise les agents du N.K.V.D. (2), sa police politique, à tirer sans sommation. Début septembre, les unités de la VIe Armée parviennent dans les faubourgs de la ville, bombardée sans relâche. Bientôt, la résistance soviétique se limite à une mince bande de terre coincée entre feu allemand et eau de la Volga. Côté allemand, cette victoire certaine est célébrée par les reportages filmiques et photographiques triomphants ; côté soviétique, comme le montre le cliché analysé, on ne peut que tenter de prouver l’esprit de résistance à mort des derniers combattants présents sur la rive occidentale du fleuve.

Une « guerre de rats »

Rapidement, la cité n’est plus que le fantôme de sa splendeur. Les beaux immeubles de style néoclassique stalinien qui faisaient sa renommée dressent leurs façades calcinées au milieu d’un désert de gravats. Une très grande partie de la population civile a été évacuée, le territoire urbain s’est mué en immense champ de bataille où l’on se bat maison après maison. La puissance de feu allemande contraint les Soviétiques à s’enterrer pour résister, et à surgir pour de brèves contre-attaques destinées à desserrer l’étau et à tenir, coûte que coûte. C’est ce que les soldats allemands, puis la propagande nationale-socialiste, moquent comme une « guerre de rats ». Le cliché réalisé en position basse (forcément par un correspondant de guerre soviétique) semble leur donner raison. Les quelques soldats de l’Armée rouge progressent ici presque à découvert, mais maîtrisent déjà la technique de la guérilla urbaine : chaque homme progresse de manière indépendante, chaque repli de terrain et pan de mur sert de position. Leur armement se limite à des fusils et à un unique pistolet-mitrailleur en couverture. Mais, alors que l’hiver approche, on les a équipés de tunique ouatées doublées, une clef de la bataille à venir.

Le Verdun de la Wehrmacht

On connaît la suite de l’histoire : au terme d’un combat homérique et de pertes colossales, la défense de Stalingrad a tenu, laissant le temps au général Joukov (3) de préparer son offensive d’encerclement de l’armée de von Paulus (4). Ce dernier, auquel Hitler a refusé d’opérer une retraite en bon ordre, doit capituler le 2 février 1943. Stalingrad était un piège stratégique tendu à Hitler, forçant von Paulus à concentrer ses meilleurs hommes en ville et laisser ses flancs à la charge de ses alliés hongrois, roumains et italiens. Une armée entière sombre, amputant le potentiel offensif de la Wehrmacht, puis sa capacité même à défendre le territoire du Reich. Côté soviétique, il est presque certain que ces six hommes immortalisés par un reportage de propagande ont trouvé la mort, comme 10,5 millions de camarades entre 1941 et 1945. Sans doute leur nom a-t-il été publié à titre posthume, peut-être ont-ils reçu une décoration. Mais en octobre 1942, ils ne sont que des silhouettes se découpant sur un horizon de destruction totale, des pions dans la partie d’échecs de Stalingrad. Le plus important est qu’ils avancent vers l’objectif, conformément aux ordres de Staline.

Anthony Beevor, Stalingrad, Paris, Calmann-Lévy, 2019.

Nicolas Bernard, La Guerre germano-soviétique, Paris, Tallandier, 2020.

Alexander Werth, Stalingrad, Paris, Fayard, 2013.

1 - Opération Barbarossa : le 22 juin 1941, sur ordre d'Hitler, l'armée allemande envahit le territoire de l'Union Soviétique, rompant ainsi l'alliance de non-agression signée le 23 août 1939 entre l'Allemagne hitlérienne et l'U.R.S.S..

2 - N.K.V.D. : Commissariat du peuple aux Affaires intérieures, le N.K.V.D. est en charge de la sécurité intérieure de l'État soviétique, il contrôle la Tchéka, puis la Guépeou qu'il intègre en 1934. Il dirige les procès politiques, les purges de la fin des années 1930 et le réseau des goulags. Il est dirigé par Lavrenti Beria de 1938 à 1945. En 1954, il est remplacé par le K.G.B.

3 - Gueorgui Konstantinovitch Joukov (1896-1974) : en 1918, il rejoint l'Armée rouge et adhère au parti communiste en 1919. Après avoir combattu lors de la Guerre civile russe, il est envoyé en Espagne en 1936. En 1941, Staline le nomme chef de l'état-major général. Il commande le front ouest. Il libère Stalingrad puis Léningrad. Maréchal en 1943, il commande l'offensive finale contre le Troisième Reich et entre dans Berlin. Le 8 mai 1945, il contresigne le document de la capitulation nazie au nom de l'U.R.S.S. Considéré comme un héros, il jouit d'une grande popularité dont Staline prend ombrage et il se retire jusqu'à la mort du dirigeant. Il revient sur le devant de la scène soviétique de 1953 à 1957, il joue un rôle important lors de l'avènement de Khrouchtchev, mais celui-ci le démet de ses fonctions en 1957. Joukov se retire jusqu'à sa mort.

4 - Friedrich Paulus (1890-1957) : général allemand de la Wehrmacht en 1939, Friedrich Paulus prépare au sein de l'état-major du Troisième Reich l'invasion de l'URSS en 1942 (opération Barbarossa). En 1942, il commande la VIe armée et atteint rapidement le Don puis la Volga. Mais il ne réussit pas à prendre Stalingrad. Au terme de plusieurs mois de combat, encerclé par les troupes russes et bien qu'Hitler l'ait nommé maréchal, von Paulus se rend avec les survivants de son armée. Il demeure en captivité jusqu'à la fin de la guerre et collabore avec les Soviétiques contre les nazis. Il sera un des témoins du Procès de Nuremberg. Il ne revient en Allemagne qu'en 1953.

Alexandre SUMPF, « Une Victoire à la pire-russe », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 26/02/2024. URL : histoire-image.org/etudes/victoire-pire-russe

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La ligne Maginot

La ligne Maginot

L’alliance franco-britannique au début de la guerre.

Le 3 septembre 1939, la France et la Grande-Bretagne déclarent conjointement la guerre à l’…

La ligne Maginot
La ligne Maginot
Hitler dresse le cousin russe

Hitler dresse le cousin russe

Le pacte germano-soviétique en France

Le 23 août 1939, l’URSS et le IIIe Reich concluent le Traité de non-agression entre l’Allemagne…

Londres, capitale de la résistance européenne

Londres, capitale de la résistance européenne

Une affiche « européenne »

De septembre 1939 à juin 1941, l’Allemagne nazie accumule les succès militaires en Europe. La Pologne, le Danemark, la…

Une icône féministe

Une icône féministe

Les femmes dans l’effort de guerre américain

Quand John Howard Miller livre en février 1943 l’affiche commandée par l’entreprise Westinghouse…

Le Mauvais camp

Le Mauvais camp

Le camp d’en face

Si Léon Trotski, assassiné à Mexico le 21 août 1940, avait pu voir enfin dénoncée la violence stalinienne, chiffres à l’appui,…

Le Mauvais camp
Le Mauvais camp
Philippe Pétain, Maréchal de France

Philippe Pétain, Maréchal de France

Pétain est promu général en août 1914 – il a alors 58 ans. En février 1916, il prend la direction du secteur défensif de Verdun et parvient à…

Alger, « capitale » de la France Libre

Alger, « capitale » de la France Libre

Séance inaugurale de l’Assemblée consultative provisoire d’Alger

Le 8 novembre 1942, l’opération Torch (nom de code du débarquement allié en…

La conférence de Casablanca

La conférence de Casablanca

La conférence de Casablanca

La conférence de Casablanca réunie du 14 au 24 janvier 1943 à l’initiative conjointe de

Roosevelt et…

L’affiche rouge

L’affiche rouge

Une opération de propagande d’envergure

Constitué et organisé entre la fin de l’année 1942 et février 1943, le réseau Manouchian fait partie du…

La Flotte assassinée : Mers el-Kébir

La Flotte assassinée : Mers el-Kébir

L’armée française neutralisée

Le 3 juillet 1940, sous l’objectif d’une caméra des actualités et d’un photographe anonyme, la flotte française…

La Flotte assassinée : Mers el-Kébir
La Flotte assassinée : Mers el-Kébir