Victor Laloux (1850-1937), architecte.

Victor Laloux (1850-1937), architecte.

Date de création : 1902-1922

Date représentée :

H. : 55 cm

L. : 47 cm

huile sur toile

© RMN - Grand Palais (musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Lien vers l'image

RF 1983 99 - 99-005012

Victor Laloux, l'architecte de la gare d'Orsay

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Dominique LOBSTEIN

Représentant emblématique de l’architecte officiel couvert d’honneurs, Victor Laloux connut une carrière exemplaire. Elève de l’Ecole des Beaux-Arts, il obtient le Prix de Rome en 1878. De retour de la Ville éternelle, il devient architecte-fonctionnaire dans le service des Bâtiments civils et chef d’un atelier à l’Ecole des Beaux-Arts. A partir de 1886, où il construit l’église Saint-Martin de Tours, son nom est associé à de prestigieuses réalisations qui culmineront avec la conception de la gare d’Orsay, qui devait être prête pour l’Exposition universelle de 1900. Ses travaux lui valent de nombreuses récompenses et distinctions internationales et il devient, en 1920, président de la Société des artistes français.

Adolphe Déchenaud, après un séjour à Rome de 1894 à 1898, se fait connaître par les portraits qu’il adresse au Salon des artistes français. Récompensé d’une médaille de troisième classe à l’issue de celui de 1900 où il a présenté un portrait de Constant Roux (localisation actuelle incertaine) il devient le peintre habituel d’un groupe d’artistes qui sont ses amis (Etienne Dujardin-Beaumetz, 1906, Paris, musée d’Orsay). Ultérieurement, à travers le thème de l’atelier, il réunira les membres de son cercle artistique dans des compositions empreintes de beaucoup de naturel (Groupe d’amis, 1908, Paris, musée d’Orsay).

Ce portrait de Victor Laloux, datable de 1912 ou de 1922 grâce aux restes d’inscription figurant en bas à gauche du tableau, semble plus officiel et représente le personnage de face, sur un fond sombre indistinct, dans un cadrage serré. On y retrouve le faire académique habituel de l’artiste, où dominent la touche lisse et la palette claire restituant les carnations.

Hommage d’un artiste à son aîné, ce tableau de petit format, au caractère intime malgré la sévérité et la solennité de la composition, est resté dans la maison du dédicataire jusqu’au moment de son don au musée d’Orsay. S’il est possible d’envisager sa réalisation en 1922, ce que les traits de l’architecte paraissent corroborer, on peut considérer cette toile comme l’hommage d’un sociétaire au nouveau président de la Société des artistes français, ou encore comme une marque d’amitié entre ces deux hommes qui se retrouvaient sur les bancs de l’Institut depuis 1918. A travers l’auteur, le modèle, la technique ou la motivation de cette peinture, se trouvent réunis deux artistes qui ont fait perdurer tard dans le XXe siècle une certaine tradition académique, tant picturale qu’architecturale, liée à l’enseignement de l’Ecole des Beaux-Arts, dont tous deux parcoururent intégralement le cursus.

Marie-Laure CROSNIER-LECONTE Victor Laloux, l’architecte de la gare d’Orsay Paris, 1987.

Dominique LOBSTEIN, « Victor Laloux, l'architecte de la gare d'Orsay », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 08/02/2023. URL : histoire-image.org/etudes/victor-laloux-architecte-gare-orsay

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Établissement de l'Hôtel royal des Invalides, 1671 - Pierre Dulin

L’hôtel des Invalides

Une pièce d’un programme iconographique politique

Voulue par Louis XIV, l’édification de l’hôtel des Invalides au sud-ouest de Paris est…

L’hôtel des Invalides
L’hôtel des Invalides

La prise de Constantinople par les croisés

Louis-Philippe, intronisé « roi des Français » le 9 août 1830 après les Trois Glorieuses (27-29 juillet 1830), était féru d’histoire comme tout…

L'École centrale de Saint-Flour (1795-1802)

Créées par trois lois successives de 1795, les écoles centrales devaient dispenser un enseignement secondaire supérieur. Des professeurs rétribués…

L'École centrale de Saint-Flour (1795-1802)
L'École centrale de Saint-Flour (1795-1802)
L'École centrale de Saint-Flour (1795-1802)
L'École centrale de Saint-Flour (1795-1802)

La genèse de la Mission héliographique de 1851

Née sous la Révolution française autour de l’abbé Grégoire et d’Alexandre Lenoir, la notion de monument historique s’impose dans le courant de la…

La genèse de la Mission héliographique de 1851
La genèse de la Mission héliographique de 1851
La genèse de la Mission héliographique de 1851

Le pont Neuf et la Samaritaine au XVIIIe siècle

Le peintre de Paris

Cette vue du Pont Neuf et de la Samaritaine est datée et signée par l’artiste, avec une mention inscrite dans l’ombre du coin…

Napoléon Ier visitant l'escalier du musée du Louvre

Le Louvre au XIXe siècle

Le Louvre au XIXe siècle

Depuis le XVIe siècle, l’achèvement du Grand Louvre est un leitmotiv de la politique culturelle…

Le Louvre au XIX<sup>e</sup> siècle
Le Louvre au XIX<sup>e</sup> siècle
Exposition de 1900 - Entrée monumentale

L'exposition de 1900 à travers des cartes publicitaires

L'Exposition de 1900 est la cinquième Exposition universelle organisée à Paris. Inaugurée sous la présidence d'Emile Loubet, elle a permis à la…

L'exposition de 1900 à travers des cartes publicitaires
L'exposition de 1900 à travers des cartes publicitaires
L'exposition de 1900 à travers des cartes publicitaires

La construction de la tour Eiffel

Dans une France aux prises avec des difficultés politiques et économiques, et encore marquée par le souvenir de sa défaite face à l’Allemagne en…

La construction de la tour Eiffel
La construction de la tour Eiffel
La construction de la tour Eiffel
La construction de la tour Eiffel

Le grand magasin, « temple de la Femme »

Au début du XIXe siècle, beaucoup de vêtements passent d’une classe à l’autre : la « marchande à la toilette » achète d’occasion des…

Le grand magasin, « temple de la Femme »
Le grand magasin, « temple de la Femme »

Le premier crématorium de Paris

Une décision longtemps ajournée

La construction de ce bâtiment, rêve de Bosphore sur la rive droite de la Seine, est le point final d’un processus…