La guerre en musique | Histoire et analyse d'images et oeuvres

Restez

informés !

Abonnez-vous à notre

newsletter

Cliquez-ici

  • Fanfare des fusiliers marins américains à Saint-Nazaire
    Fanfare des fusiliers marins américains à Saint-Nazaire U.S. Army Signal Corps (créé en 1863)

  • L'arrivée des premiers soldats américains en France est fêtée dans la joie et l'espérance
    L'arrivée des premiers soldats américains en France est fêtée dans la joie et l'espérance

La guerre en musique

Date de publication : mars 2022

Partager sur:

Contexte historique

La guerre change de disque

Début juillet 1917, comme le montre un cliché pris sur le port de Saint-Nazaire, la Grande Guerre est en passe de changer de visage. Les Français apprennent alors une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise, c’est que l’offensive Kerenski lancée par l’armée russe a tourné au fiasco : l’allié qui devait enserrer dans l’autre bouche de la pince les puissances centrales a sombré dans la révolution et est incapable de continuer le combat ; moins d’un an plus tard, il signera une paix séparée. Heureusement, début avril 1917, le président américain Woodrow Wilson a acté l’engagement des États-Unis aux côtés de l’Entente, et les premiers soldats d’Outre-Atlantique débarquent en Bretagne, suscitant une vague d’espoir tranchant avec le pessimisme, l’épuisement et la révolte provoqués par trois ans de guerre ininterrompue. Les photographes militaires couvrent bien sûr cet événement de signification mondiale rythmé par les musiciens de l’armée américaine.

Analyse des images

Une entrée en fanfare

La fanfare des fusiliers marins américains photographiée à Saint-Nazaire fin-juin début juillet 1917 pose dans l’encadrement de la porte de la voiture qui va les emporter sur les rails vers l’intérieur du pays. Le fameux wagon « 8 chevaux, 40 hommes » n’est qu’une étable sur roues ferrées, desservie par un cheminot français qui se tient debout. Les soldats de Wilson, eux, portent un uniforme jamais vu en France, avec le chapeau de la garde et les bottes en cuir en lieu et place des guêtres. L’ensemble d’instruments à vent comprend des tubas, trompettes de diverses tailles, clarinette et piccolo, ainsi qu’une grosse caisse que l’on devine derrière les musiciens. Si les regards sont intenses, l’un d’entre eux sourit et l’autre porte des lunettes de soleil : ils n’ont pas encore fait l’épreuve du feu.
 
Quand elles débarquent dans les ports bretons, les nouvelles troupes qui viennent de traverser l’Atlantique entrent en fanfare sur le sol français. Si on ne distingue pas sur cette photo le navire militaire qui les a convoyés, il ne fait pas de doute que l’on assiste ici à la première rencontre entre le public et ces volontaires venus aider l’Entente à gagner la guerre. La petite réception, répétition de futures cérémonies d’ampleur à Paris, se déroule au son des cuivres, en particulier les trois soubassophones que le plan large fait ressortir dans la masse grise des soldats.

Interprétation

Une affaire d’hommes

Les orchestres militaires, par essence, sont une affaire d’hommes, comme tout ce qui touche alors à l’armée, mais aussi de manière générale à l’espace public. Les cuivres, demandant un souffle puissant et pour les plus gros instruments la force de les porter en marchant, empêchent la pratique féminine qui se cantonne encore aux flûtes. Le genre de musique joué contribue aussi au caractère viril de la fanfare, qui est considérée aux États-Unis comme un genre majeur dès le début du XXe siècle. La Grande Guerre conduit à l’abandon de la musique de campagne jouée lors des déplacements de troupe pour une fonction simplement cérémonielle. Les musiciens pris en photo en 1917 en France appartiennent probablement à la Première division d’infanterie envoyée la première Outre-Atlantique : leur répertoire inclut l’hymne de cette unité, « Big Red One Song ». La mobilisation de 1917 fait affluer de nombreux professionnels dans les rangs de l’armée, y compris des jazzmen afro-américains appartenant aux 31 régiments de soldats de couleur. Ils marquent par leur absence sur ces deux clichés alors qu’ils sont restés célèbres pour avoir, dit la légende, introduit le jazz en Europe. Malgré l’exotisme de leur uniforme et des lunettes de soleil incongrues, ces hommes viennent s’intégrer dans une tradition européenne, et pas révolutionner la musique populaire du Vieux Continent.
Pour citer cet article
Alexandre SUMPF, « La guerre en musique », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : http://histoire-image.org/fr/etudes/guerre-musique
Commentaires
Nous saurons nous en priver. 1916 Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC