Aller au contenu principal

Découvrir la vie de Blum (Léon) au travers d'œuvres et d'images d'archive

Description

Léon Blum (1870-1950) est un homme politique français. Né dans une famille de juive alsacienne, ses parents sont des négociants. Blum n'entre pas rapidement en politique. Il commence sa vie comme critique littéraire tout en travaillant au Conseil d'État. Il écrit pour la Revue Blanche, Gil Blas, Le Matin ou La Coemedia. Il adhère au socialisme en 1898 mais c'est l'Affaire Dreyfus qui l'amène à la politique. Ardemment antifreyfusard, il participe à L'Humanité et rencontre Jean Jaurès.

Il devient membre de la nouvelle S.F.I.O. (Section française de l’Internationale Ouvrière) en 1905 et devient en août 1914 le chef de cabinet du ministre socialiste des Travaux publics, Marcel Sembat et le reste jusqu'en 1916. 

Après la Première guerre mondiale, Blum est élu député de la Seine.  Au Congrès de Tours en 1920, il prononce un discours fondateur, refusant d'adhérer au Komintern (l'internationale socialiste fondée par Lénine en 1919) et de se soumettre au 21 conditions émises par Lénine. Le socialisme se scinde alors en deux : le parti communiste (le S.F.I.C. qui devient le P.C.F.) et la S.F.I.O. dirigée par Paul Faure. Léon Blum perd l'organe de presse de la S.F.I.O., L'Humanité fidèle au P.C.F. Le journal Le Populaire devient celui de la S.F.I.O., Blum en assure la direction politique. Il y écrira toute sa vie.

Depuis 1919, il siège presque sans interruption à la Chambre des députés et devient le chef incontesté du groupe parlementaire des socialistes.

Dans les années 1930, devant la montée des fascismes, Léon Blum promeut un rapprochement entre les socialistes, les radicaux et les communistes : l'alliance prend forme et donne naissance au Front populaire qui gagne les élections en mai 1936.

Blum, Président du Conseil forme un gouvernement avec les socialistes et les radicaux, mais sans les communistes qui l'assurent cependant de leur soutien. Il signe les Accords de Matignon le 8 juin 1936 transforme radicalement les les lois sociales de la France : augmentation des salaires, congés payés, semaine de 40 heures, interdiction du travail des enfants. Les relations internationales et les difficultés économiques créent des clivage au sein de son gouvernement. Le problème de l'intervention lors de la Guerre civile d'Espagne en 1936 est une épine dans le pied de la diplomatie de Blum qui décide de ne pas intervenir ce qui ne convainc pas une parti de ses partenaires et de l'opinion. La crise économique sonne le glas du gouvernement de Blum qui démissionne en juin 1937.

Dans les années 1930, la montée d'Hitler au pouvoir n'inquiète pas Léon Blum. Pacifiste, il ne vote pas les crédits militaires supplémentaires en 1933, 1934. Cependant, il reconnait s'être trompé et revient sur ses positions tout en assumant ses responsabilités. Désormais acquis à une politique de fermeté vis à vis d'Hitler, il condamne les accords de Munich en 1938 qu'il vote par discipline de parti. Il ne comprend pas le pacte germano-soviétique d’août 1939 qu'il considère comme un « défi à la morale publique ». Il vote les crédits militaires en septembre 1939.

Lors de la débâcle française de 1940, il quitte Paris dans la nuit du 9 au 10 juin 1940 pour tenter de rallier l'Afrique du nord où un gouvernement de la France peut s'installer et continuer le combat. Finalement, il se rend à Bordeaux le 15 juin où s'installe le gouvernement. Puis va à Vichy où se tient l'Assemblée nationale. Le 10 juillet 1940, il est l'un des 80 parlementaires à ne pas voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. 

Toute sa vie, Léon Blum a subit les critiques des antisémites. Le 15 septembre 1940, la police de Vichy l'arrête ; il est emprisonné en divers liuex, notamment à partir de 1941 au fort du Portalet dans les Pyrénées où il écrit À l'échelle humaine. En février 1942, il est transféré à Riom où s'ouvre le procès de Riom : Pétain veut y juger les responsables de la défaite : devant la Haute cour de Justice comparaissent Léon Blum, Edouard Daladier, Maurice Gamelin, Guy la Chambre, Robert Jacomet ; Paul Reynaud et Georges Mandel, accusés également ne sont pas amenés devant la Cour. Le procès de Riom se déroule du 19 février au 15 avril 1942 mais est ajourné sine die sans jugement. De fait, la qualité des accusés notamment Blum et Daladier, retourne les arguments du gouvernement de Vichy, déstabilisé Pétain, agace l'occupant et Hitler.

Léon Blum est ensuite arrêté par la Gestapo lors de l'invasion de la zone sud le 8 novembre 1942 et déporté dans la camp de Buchenwald où il est logé dans un pavillon spécial. Transféré à Dachau en avril 1945, il est libéré le 14 mai 1945.

De retour en France, il refuse d'entrer au gouvernement provisoire du Général de Gaulle mais influe sur la scène politique et socialiste par ses écrits dans Le Populaire. Il accepte une mission gouvernementale qui le mène aux États-Unis où il négocie un accord économique et financier (les accords Blum-Byrnes).

En décembre 1946, Léon Blum constitue un gouvernement socialiste pour mettre en place les institutions de la IVe République ; il démissionne le 22 janvier 1947.

Sa dernière mission sera de diriger la délégation française à Londres lors de la création de l'U.N.E.S.C.O.. Il participe à la rédaction des statuts de l'organisation et met tout en oeuvre pour que le siège s'installe à Paris.

Il meurt d'un infarctus en 1950.

Visuel
Léon Blum prononce un discours radiophonique

Léon Blum prononce un discours radiophonique © Keystone-France/Gamma Rapho

Toutes les études

élection de 1936, affiche communiste avec la famille de Thorez

Cultures communiste et socialiste à l'époque du Front populaire

Le rassemblement populaire : des données inédites

En juillet 1935, communistes, socialistes et radicaux ratifient le programme dit du « …

Cultures communiste et socialiste à l'époque du Front populaire
Cultures communiste et socialiste à l'époque du Front populaire
L’affiche des jeunesses socialistes du Nord-Pas-de-Calais appelle à une fête des jeunes gardes socialistes à Phalempin, municipalité socialiste du Nord, un peu plus d’un an après la victoire du Front populaire.

Cultures communiste et socialiste à l'époque du Front populaire

Le rassemblement populaire : des données inédites

En juillet 1935, communistes, socialistes et radicaux ratifient le programme dit du « …

Cultures communiste et socialiste à l'époque du Front populaire
Cultures communiste et socialiste à l'époque du Front populaire
affiche électorale pour la gauche avec une caricature de capitaliste

Capitaliste et salopard en casquette

L’Union nationale et les communistes en 1927

Depuis juin 1926, la France est dirigée par un gouvernement d’Union nationale ayant à sa tête…

Capitaliste et <i>salopard en casquette</i>
Capitaliste et <i>salopard en casquette</i>
Le voilà, le communiste ! André Galland

Capitaliste et salopard en casquette

L’Union nationale et les communistes en 1927

Depuis juin 1926, la France est dirigée par un gouvernement d’Union nationale ayant à sa tête…

Capitaliste et <i>salopard en casquette</i>
Capitaliste et <i>salopard en casquette</i>
Dans la cour d'une usine occupée dans la région parisienne, les grévistes jouent aux cartes en 1936

Les grèves de mai-juin 1936

La victoire du Front populaire

Constituée le 14 juillet 1935, la coalition du Front populaire rassembla aux côtés des socialistes le Parti…

Les grèves de mai-juin 1936
Les grèves de mai-juin 1936
Léon Jouhaux aux Galeries Lafayette en mai 1936

Les grèves de mai-juin 1936

La victoire du Front populaire

Constituée le 14 juillet 1935, la coalition du Front populaire rassembla aux côtés des socialistes le Parti…

Les grèves de mai-juin 1936
Les grèves de mai-juin 1936
Daladier à la Nation en 1936

La radio, une affaire politique

La radio est-elle une affaire publique ou un loisir privé dans lequel l’État ne doit intervenir qu’a minima ? Dans les années 1920, alors qu’…

La radio, une affaire politique
La radio, une affaire politique
La radio, une affaire politique
Léon Blum devant un micro de radio

La radio, une affaire politique

La radio est-elle une affaire publique ou un loisir privé dans lequel l’État ne doit intervenir qu’a minima ? Dans les années 1920, alors qu’…

La radio, une affaire politique
La radio, une affaire politique
La radio, une affaire politique
Édouard Daladier prononçant un discours à la radio.

La radio, une affaire politique

La radio est-elle une affaire publique ou un loisir privé dans lequel l’État ne doit intervenir qu’a minima ? Dans les années 1920, alors qu’…

La radio, une affaire politique
La radio, une affaire politique
La radio, une affaire politique
Dix Ans de Guerre ou la Grande Duperie Bourgeoise.

Jules Grandjouan

Premières élections pour les communistes français

La guerre, « catalyseur de l’histoire » selon les termes de Lénine, a profondément bouleversé l’…

Cette affiche se structure autour d’une réplique de Marx Dormoy à un député de droite, Paul Ihuel, les origines religieuses de Léon Blum ayant une fois de plus fait l’objet d’une attaque de la part de l’opposition.

Léon Blum et le Front Populaire face aux attaques antisémites

Le Front populaire : un gouvernement contesté

Avril 1936 : au grand dam des ligues d’extrême droite, le Front populaire remporte les élections,…

l’Empereur assis sur son trône en habit de sacre, aux côtés de l’impératrice Joséphine, accueille les futurs époux qui s’avancent vers lui en présence de toute la famille impériale réunie aux Tuileries.

Le mariage bourgeois au XIXe siècle

La sécularisation du mariage

Les mariages conclus dans la haute bourgeoisie au XIXe siècle permettent de se rendre compte de l’…

Le mariage bourgeois au XIX<sup>e</sup> siècle
Le mariage bourgeois au XIX<sup>e</sup> siècle
Les actes de mariage fourmillent de renseignements sur l’institution du mariage elle-même.

Le mariage bourgeois au XIXe siècle

La sécularisation du mariage

Les mariages conclus dans la haute bourgeoisie au XIXe siècle permettent de se rendre compte de l’…

Le mariage bourgeois au XIX<sup>e</sup> siècle
Le mariage bourgeois au XIX<sup>e</sup> siècle
caricature en première page du journal Gringoire, 9 août 1935

La Troïka

Cette caricature est extraite de Gringoire, hebdomadaire de droite extrême (1928-1944) dominé par son éditorialiste, Henri Béraud. Le journal, qui…

Caricature, un géant qui pulvérise un insectifuge et provoque la panique parmi les leaders politiques

Le géant Sennep

Cette caricature pleine-page, en noir et blanc, est extraite de Fantasio, petit hebdomadaire parisien d’échos et d’humour (1906-1936), tiré à…

19 juin - Pour les blessés de l'Espagne républicaine 1937

Le soutien aux républicains depuis la France

La guerre en Espagne vue de France

Bien que les deux alliances électorales portent le nom de « front populaire », les nouveaux gouvernements…

Grande Fête du printemps par les Faucons rouges

Le Mouvement de l’enfance ouvrière ou « Faucons rouges »

Le Mouvement de l’enfance ouvrière (MEO), ou Faucons rouges, appelle à une grande manifestation festive à la Mutualité le dimanche 9 mars 1947 (l’…

Retour à la liste