L'Éternel Cartel

L'Éternel Cartel

Le voilà, le communiste !

Le voilà, le communiste !

L'Éternel Cartel

L'Éternel Cartel

Date représentée :

H. : 0

L. : 0

© ADAGP, © Bibliothèque de documentation internationale contemporaine / MHC

Lien vers l'institution

Capitaliste et " salopard en casquette "

Date de publication : Octobre 2003

Auteur : Danielle TARTAKOWSKY

L’Union nationale et les communistes en 1927

Depuis juin 1926, la France est dirigée par un gouvernement d’Union nationale ayant à sa tête Poincaré. Le parti communiste qui s’est présenté aux législatives de 1924 sur les listes du Bloc ouvrier et paysan ne se reconnaît pas davantage dans ladite Union que dans le défunt Cartel des gauches renvoyés dos à dos. Depuis l’occupation de la Ruhr et la guerre du Maroc, il mène une action antimilitariste et anticolonialiste résolue (le programme du Cartel, reproduit sur l’affiche de Cabrol, place en bonne position le Maroc et la Syrie). Le 22 avril 1927, le ministre de l’Intérieur radical Albert Sarrault prononce un violent réquisitoire contre ce parti, que résume sa formule « le communisme, voilà l’ennemi ».
L’affiche occupe alors une place de premier plan dans la propagande politique. Les adversaires du parti communiste déclinent ici la formule avec variation : « le voilà, le communiste ! ». Les communistes se l’approprient textuellement, pour la subvertir. Ils mobilisent ainsi des procédés classiques de la propagande.

« Le communisme, voilà l’ennemi »

Le Centre de propagande des républicains nationaux a été créé en 1927 par Henri de Kérillis pour satisfaire aux besoins de l’Alliance démocratique et de la Fédération républicaine en la matière. L’affiche de Galland, destinée à la prochaine campagne électorale, constitue une de ses premières réalisations. Un prolétaire identifiable à sa mise crache sur ce que la France des années 20 a de plus sacré : le tombeau du Soldat inconnu au pied de l’Arc de triomphe et la flamme qui symbolise tous les morts de la Grande Guerre. C’est ce geste et lui seul qui le spécifie comme « communiste », désigné comme tel par le texte à l’avant-plan, tandis qu’à l’arrière plan se profile une manifestation aux allures d’émeute. Le noir et le rouge dramatisent la scène à l’excès. Elle peut faire référence à une récente « profanation » de l’Arc de triomphe advenue au terme d’une manifestation consécutive à l’exécution de Sacco et de Vanzetti et violemment dénoncée par la grande presse. Mais sa portée se veut plus générale : le communisme, c’est le désordre, la violence ; plus grave, c’est le sacrilège.
L’affiche communiste est due à Cabrol, qui use ici, comme à son habitude, d’un système de représentation relevant plutôt de la caricature de presse. Son affiche est en effet découpée en quatre vignettes dont la dernière a la taille des trois autres. De surcroît, l’usage de bulles et les discours tenus défient la lecture rapide requise par le genre affiche. Dans les trois premières vignettes, les coalitions successives (Bloc national, Cartel des gauches, Union nationale) sont figurées par leurs programmes et par leurs dirigeants (Poincaré, Briand, Herriot, Painlevé), ou, s’agissant de la troisième par ceux qui devraient en être des adversaires (Blum, Jouhaux). Les points des programmes retenus par le parti communiste sont ceux qui ont trait à la guerre, à la répression anti-ouvrière ou à la politique monétaire dont on sait les effets sociaux ; tandis que les dirigeants retenus, unanimes, déclarent « le communisme, voilà l’ennemi ». La quatrième vignette se veut explicative de ces similitudes virant à l’identité : en dernière analyse, ces politiques profitent tous au capitaliste, figuré, comme l’était le communiste de Galland, par un stéréotype. Ce qui donne sens au titre « l’éternel Cartel (que l’affiche ne dit pas « de gauche ») socialo-radical-nationalo-capitaliste », soit, sur un autre mode, l’orientation « classe contre classe » qui prévaut aux législatives de 1928.

Stéréotypes

Ces deux affiches sont l’une et l’autre marquées par les procédés initiés par le dessin de presse. Elles s’organisent autour de deux stéréotypes de classe qui se sont imposés avant guerre : le prolétaire, signifié par sa casquette, et le capitaliste ayant pour attributs son chapeau haut de forme, son cigare, son costume et, bien sûr, sa panse avantageuse . Le prolétaire, pour peu qu’il soit figuré sur un mode plus sympathique et ayant, alors, le plus souvent les manches de chemise retroussées, peut parfaitement figurer dans les caricatures ou affiches des organisations ouvrières. En revanche, le capitaliste ainsi conçu est bien sûr le quasi-monopole de la propagande adverse. Ces images surgies dans les années 1880-1890 persistent à circuler quand même les mutations économiques et sociales des années 20 inviteraient à les nuancer (augmentation du nombre des employés, développement de la deuxième industrialisation). On les retrouve presque trait pour trait dans le cinéma des années 30 et même dans la propagande graphique ou parfois cinématographique au delà.

Fabrice d’Almeida, « La propagande des modérés », in Société et représentation, n° 12, 2001.

« Le rire au corps », in Société et représentation, n° 10, 2001.

Philippe Buton et alii, Le Couteau entre les dents, Gervereau, 1989.

Nicole Racine et Louis Bodin, Le Parti communiste dans l’entre-deux-guerres, Colin, 1972.

Christian Delporte, Les Crayons de la propagande, Paris, CNRS, 1993.

Danielle TARTAKOWSKY, « Capitaliste et " salopard en casquette " », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 06/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/capitaliste-salopard-casquette

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIXe siècle

Une carrière exceptionnelle

À la fin de 1857, quand il commande au peintre Jules Héreau six panneaux muraux retraçant sa vie afin de les placer…

Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Eugène Scribe, le plus grand auteur dramatique du XIX<sup>e</sup> siècle
Un enterrement à Ornans

Enterrement de la IIe République

Singulier destin que celui de cet enterrement de campagne ! Symbole de l’ordure moderne pour les contemporains, chef-d’œuvre révéré aujourd’hui,…

Cyclisme, triplette à deux roues - Louis Valet

Le vélo sous toutes ses formes

Le vélo à la « Belle Époque »

Dans un premier temps réservée à la bourgeoisie, la pratique du « vélocipède » s’est largement répandue à partir…

Le vélo sous toutes ses formes
Le vélo sous toutes ses formes
Le vélo sous toutes ses formes
Le vélo sous toutes ses formes

Parcs et jardins parisiens

La « végétalisation » de la ville

Les grands travaux menés à Paris par le baron Haussmann, préfet de la Seine de 1853 à 1870, ont modelé un…

Parcs et jardins parisiens
Parcs et jardins parisiens
Parcs et jardins parisiens

L’Enseigne, dit L’Enseigne de Gersaint

Réalisé le temps de huit matins, entre le 15 septembre et la fin de l’année 1720, L’Enseigne de Gersaint est l’un des derniers tableaux de Jean-…

<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>
<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>
<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>
<i>L’Enseigne</i>, dit <i>L’Enseigne de Gersaint</i>
Isaac Pereire - Leon Bonnat

Isaac Pereire, créateur de la banque moderne

Un des créateurs de la banque moderne

Homme d’affaires parmi les plus actifs du Second Empire, Isaac Péreire s’associa toute sa vie à son frère…

Isaac Pereire, créateur de la banque moderne
Isaac Pereire, créateur de la banque moderne

L’haussmannisation

Bien que survenue quarante ans après celle de Londres, la brutale métamorphose de Paris sous le Second Empire a frappé l’opinion nationale et…

L’haussmannisation
L’haussmannisation
L’haussmannisation

Vue d'une partie du port et des quais de Bordeaux : dit Les Chartrons et Bacalan

Entre 1804 et 1807, le port de Bordeaux connaît une période relativement faste en comparaison des années sombres de la Révolution. Sous la…

Les caisses d’épargne

La question sociale et le livret de caisse d’épargne

Les caisses d’épargne apparaissent dans divers pays européens à la fin du XVIIIe

Balançoires que tout ça Kupka Frantisek (1871-1957). Numéro spécial L'Argent du journal l'Assiette au Beurre (n° 41, 11 janvier 1902)

Kupka et l’Assiette au beurre : L’Argent

L’Assiette au beurre

Après la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, les interdictions qui frappent les journalistes, dessinateurs…