Fernand Pélez, peintre de la « misère » urbaine