Rouget de Lisle composant la Marseillaise (?)

Rouget de Lisle composant la Marseillaise (?)

Date de création : 1875

Date représentée : 25 avril 1792

H. : 0

L. : 0

Huile sur toile

© Musée de la Révolution française, Vizille

MRF 1974-261

Rouget de Lisle composant la Marseillaise

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Pascal DUPUY

Le 20 avril 1792, la France en révolution entre en guerre contre l’Europe des monarques coalisés. Quelques jours plus tard, le maire de Strasbourg, le baron de Dietrich, lors d’une soirée en compagnie de militaires qu’il avait coutume d’organiser, constate avec regret que la France révolutionnaire ne possède pas un hymne national capable de galvaniser ses soldats et les volontaires engagés afin de défendre la “ patrie en danger ”. Touché par la remarque du baron, le capitaine du génie Claude-Joseph Rouget de Lisle, poète et musicien à ses heures, compose dans la nuit du 25 au 26 avril les paroles et la musique du Chant de guerre pour l’armée du Rhin. Le chant est bientôt adopté par les fédérés marseillais qui en montant à Paris vont le populariser et l’imposer comme chant patriotique et révolutionnaire. Ils lui donnent aussi son nom, Hymne des Marseillais puis La Marseillaise, laquelle devient chant national par le décret du 14 juillet 1795 (26 messidor an III) qui ne sera toutefois définitivement appliqué qu’à partir du 14 février 1879.

Le sujet et la date exacte de cette toile ne sont pas définitivement établis. On peut toutefois raisonnablement avancer, à la suite de Philippe Bordes, que l’officier assis à son bureau la plume à la main, inspiré et fasciné par l’allégorie d’une France victorieuse, représente Rouget de Lisle sur le point de composer le Chant de guerre de l’armée du Rhin, qui deviendra bientôt l’hymne national français sous le nom de Marseillaise. L’allégorie, source d’inspiration et de motivation du jeune capitaine, pointe du doigt une inscription lumineuse — PRO PATRIA — et fait apparaître devant les yeux du poète une scène de charge militaire. Le tableau est rythmé par les couleurs du drapeau tricolore qui se répondent de chaque partie de l’étendard tenu fièrement par une France victorieuse dénudée et déterminée à agir sur le cours de l’histoire révolutionnaire. Outre l’inspiration patriotique et poétique, l’allégorie marque également par sa position élancée et son visage expressif le combat militaire révolutionnaire, la patrie en danger, les armées étrangères aux frontières et les engagés volontaires, auxquels répondent l’officier haranguant ses hommes et le sabre de Rouget de Lisle posé contre une chaise. La composition d’ensemble offre une vision poétique du moment créatif tout en accentuant les éléments patriotiques d’un chant emblématique de la période révolutionnaire autant que des luttes sociales et politiques de tout le XIXe siècle.

Idéal républicain, fougue révolutionnaire et symbolisme se mélangent dans cette toile afin de donner au sujet et surtout à sa source d’inspiration — La Marseillaise — toute sa dimension patriotique. Premier hymne national moderne, La Marseillaise joue un rôle de pionnière dans l’expression manifeste d’une conscience nationale. Malgré une double dimension – révolutionnaire et nationale – qui lui a valu une image parfois ambivalente, ce chant s’est vu définitivement consacré comme hymne national avec l’avènement de la IIIe République et la célébration du centenaire de 1789. Outre cet aspect conjoncturel, le tableau illustre parfaitement le rôle de ce chant dans les exploits militaires des armées françaises révolutionnaires, comme l'a évoqué Olivier en 1820 dans son Histoire critique et militaire des guerres de la Révolution : “ Les générations à venir s’étonneront de voir des chansons figurer au nombre des causes des succès militaires, mais il n’en demeure pas moins avéré que ces couplets, pleins d’énergie et de patriotisme, accompagnés par la musique la plus martiale, animèrent une jeunesse ardente, contribuèrent à faciliter les levées, enflammèrent le courage des soldats et leur firent soutenir les privations avec autant de gaieté qu’ils affrontaient les dangers. ”

Chantal GEORGEL et Robert DELBART Marseillaise, Marseillaise : anthologie des différentes adaptations depuis 1792 Paris, Cherche-Midi, 1992.Frédéric ROBERT La Marseillaise Paris, Imprimerie nationale, 1989.Philippe BORDES Musée de la Révolution française, catalogue des peintures, sculptures et dessins Paris, RMN, 1996.

Pascal DUPUY, « Rouget de Lisle composant la Marseillaise », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 19/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/rouget-lisle-composant-marseillaise

Anonyme (non vérifié)

manque de précision sur les jeux d'ombres....
sinon pas mal dans l'ensemble

sam 05/10/2013 - 16:31 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,

Cette œuvre mesure 81 cm sur 65 cm.

À très bientôt sur notre site !

Aurélie

mar 29/10/2013 - 17:15 Permalien
Anonyme (non vérifié)

bonjour je voudrais savoir si la marseillaise a etait reprise plusieur fois s'il vous plait ?

mer 06/11/2013 - 18:04 Permalien
Anonyme (non vérifié)

daprès cette oeuvre dans kel contexte la marseilleise a t-elle été composé?

sam 09/11/2013 - 16:08 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour zuzu97, j'ai lu le document ci-dessus et j'ai cru comprendre que le contexte historique de La Marseillaise est le fait que la France soit en guerre. D'après mes connaissances, Louis XVI ayant été assassiné par les gens de son peuple, les autres rois des autres pays on pris peur. Ils se sont dit que la France et son peuple pouvait servir d'exemple pour renverser la royauté dans leur pays. De ce fait, ils ont déclarés la guerre à la France pour réinstaurer une royauté ! J'espère que mon commentaire servira <3 <3 <3

ven 01/05/2015 - 13:18 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

L’emprunt de la libération de 1918

Combler les déséquilibres financiers du premier conflit mondial

Durant le premier conflit mondial, la France a financé son effort de guerre par l’…

L’emprunt de la libération de 1918
L’emprunt de la libération de 1918

Les Quatre nations vaincues

La place des Victoires a une genèse singulière puisqu’elle est voulue par François, vicomte d’Aubusson, duc de la Feuillade (1625-1691), afin de…

Les Quatre nations vaincues
Les Quatre nations vaincues
Les Quatre nations vaincues

Le culte révolutionnaire de la raison en l'an II

Lille et le culte révolutionnaire

Dans l’histoire française, la « déchristianisation » entreprise à partir de brumaire an II (novembre 1793)…

Le culte révolutionnaire de la raison en l'an II
Le culte révolutionnaire de la raison en l'an II

Napoléon III et la politique des nationalités

L’une des conséquences de l’attentat d’Orsini, perpétré le 14 janvier 1858 contre l’empereur Napoléon III, fut la création d’un Conseil privé…

La ménagerie impériale

La caricature – de l’italien caricare, « charger, exagérer » – est l’expression plastique la plus significative de la satire dans le graphisme, la…

Le siège de Lille (septembre-octobre 1792)

Le 20 avril 1792, sur la proposition du roi Louis XVI, l’Assemblée législative déclare la guerre à l’empereur d’Autriche et engage ainsi la France…

Henri IV et la paix

Depuis 1562 la France est plongée dans des guerres de religion. La mort de François duc d’Anjou en 1584, dernier frère d’Henri III lui-même sans…

Les Fugitifs : fuite, exode ou déportation ?

La signification des Fugitifs est assez mystérieuse.

On invoque le plus souvent, pour expliquer l’irruption de ce thème dans l’œuvre de…

Plus jamais ça !

« Plus jamais ça ! »

La Grande Guerre, par sa durée insupportable, l’extension et la multiplication de ses fronts, l’expérience des tranchées et…

Plus jamais ça !
Plus jamais ça !

L’utopisme républicain de 1848

La révolution parisienne de février 1848 renverse Louis-Philippe. La IIe République est proclamée, le suffrage universel instauré.…

L’utopisme républicain de 1848
L’utopisme républicain de 1848
L’utopisme républicain de 1848
L’utopisme républicain de 1848