André Gide et ses amis au Café maure de l'exposition universelle de 1900.

André Gide et ses amis au Café maure de l'exposition universelle de 1900.

Date de création : 1901

Date représentée : 1901

H. : 156

L. : 220

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - Bulloz

http://www.photo.rmn.fr

00EE9518 / Inv. 925 1 8

André Gide

Date de publication : Avril 2005

Auteur : Fleur SIOUFFI

Dans l’effervescence qui a caractérisé la vie littéraire à la Belle Époque, un jeune écrivain, André Gide (1869-1951), attira l’attention avec la publication en 1897 des Nourritures terrestres, qui ouvrirent une voie nouvelle en littérature en célébrant le pouvoir des sens, la libération des interdits et l’immoralisme dans un style classique fait de retenue et de rigueur. Ce livre, édité à compte d’auteur et vendu à quelques centaines d’exemplaires, ne rencontra pas un succès immédiat auprès du public – il sera la bible de plusieurs générations après la Grande Guerre – mais exerça aussitôt une forte séduction sur quelques lettrés qui devinrent les amis de Gide.

Comme l’avait fait quelques années plus tôt Henri Fantin-Latour en réunissant sur la toile plusieurs artistes, Jacques-Émile Blanche, jeune peintre et critique d’art proche du milieu littéraire, par ailleurs fils du docteur Blanche, le célèbre aliéniste, a alors l’idée de représenter André Gide avec ses amis. Connaissant leur habitude de se retrouver dans les salons, théâtres et cafés, Blanche met en scène ce portrait de groupe dans le café Maure de l’Exposition universelle de 1900 – par la fenêtre, on aperçoit des drapeaux français et d’autres pavillons étrangers qui avaient été érigés au Trocadéro à Paris. En réalité, le peintre fit poser ses modèles dans son atelier, et la correspondance échangée entre Blanche et Gide révèle même que c’est l’écrivain qui fournit les accessoires du décor – les petites tasses, la théière et le plateau qu’un jeune garçon est en train d’apporter –, souvenirs d’un voyage fait en Algérie quelques années auparavant. C’est naturellement autour de Gide, magistral et décontracté, vêtu d’une pèlerine noire et d’un chapeau, une cigarette à la main, que s’organisent les autres figures du tableau : de droite à gauche, Eugène Rouart, fils du grand collectionneur Henri Rouart, élégant et discret ; Athman Ben Salah, un jeune poète tunisien en cafetan rouge et turban de soie, protégé de Gide depuis qu’il l’a rencontré en Algérie et ramené en France ; Henri Ghéon, pseudonyme du Dr Vaugeon, plus passionné de littérature que de médecine, au regard vif et curieux ; assis, Charles Chanvin, un poète, plein d’allégresse.

Les différences d’attitudes choisies par le peintre reflètent de sa part une grande recherche de la physionomie et surtout de la psychologie de chacun des personnages et révèlent aussi ses propres intuitions à leur égard.

Lui-même fasciné par l’écrivain dont il a par ailleurs fait deux autres portraits, Jacques-Émile Blanche, en grand portraitiste des intellectuels de la fin du XIXe siècle, a voulu témoigner ici de l’engouement dont André Gide faisait l’objet dans un petit groupe d’admirateurs fervents, le « circuit » selon leur terme, qui vers 1900 formulèrent le désir de se doter d’un organe pour diffuser leurs idées à un plus large public. C’est ainsi qu’en 1909, André Gide avec Henri Ghéon et quatre autres écrivains (Marcel Drouin, André Ruyters, Jacques Copeau et Jean Schlumberger) fonda La Nouvelle Revue française, dont le succès a été confirmé deux ans plus tard par la création d’une maison d’édition confiée à Gaston Gallimard. Depuis près d’un siècle, la NRF apparaît comme une véritable institution littéraire à laquelle sont associés les plus grands de la littérature, de l’art et de la pensée.

Auguste ANGLES, André Gide et le premier groupe de La Nouvelle Revue française, Paris, Gallimard, 1978.Jean-Pierre de BEAUMARCHAIS, Daniel CONTY et Alain REY, Dictionnaire des littératures de langue française, Paris, Bordas, 1994.Pierre HEBEY, L’Esprit NRF, 1908-1940, Paris, Gallimard, 1990.Géraldi LEROY et Julie BERTRAND-SABIANI, La Vie littéraire à la Belle Époque, Paris, PUF, 1998.François NOURISSIER, Un siècle NRF, Paris, Gallimard, 2000.Michel WINOCK, Le Siècle des intellectuels, Paris, Le Seuil, 1999. Catalogue Jacques-Émile Blanche, Rouen-Paris, Musée des Beaux-Arts-RMN, 1997-1998.

Fleur SIOUFFI, « André Gide », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 30/09/2022. URL : histoire-image.org/etudes/andre-gide

Anonyme (non vérifié)

à Fleur SIOUFFI :
CHANVIN n'est pas assis mais debout (celui avec le feutre), GHEON lui est assis (celui avec la barbe).

ven 16/03/2012 - 00:37 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Victor Hugo (1802-1885), une légende dans le siècle

La révolution de 1848 marqua un tournant dans la vie de Victor Hugo, qui commença alors une carrière politique. Le 2 décembre 1851, le poète tenta…

Stéphane Mallarmé

Partagé entre sa vocation de poète et son métier de professeur d’anglais, Stéphane Mallarmé a beaucoup fréquenté les salons parisiens, hauts lieux de…
Stéphane Mallarmé
Stéphane Mallarmé

Le daguerréotype

L’invention de la photographie

Le 19 août 1839, lors d’une séance officielle à l’Institut de France, Louis-Jacques-Mandé Daguerre (1787-1851),…

Le daguerréotype
Le daguerréotype

Baudelaire photographié par Nadar

Tocqueville, historien et visionnaire

Magistrat sous la Restauration, Alexis de Tocqueville (Paris, 1805-Cannes, 1859) fut chargé d’une mission d’information aux Etats-Unis et publia à…

Victor Hugo artisan de sa légende

L’« écrivain-roi »

Depuis l’Antiquité, la représentation de l’écrivain ou du poète a mis en avant son importance dans la société et illustré ses…

Victor Hugo artisan de sa légende
Victor Hugo artisan de sa légende
Goethe - David d'Angers

Johann Wolfgang von Goethe

Le culte des grands hommes et la fascination pour Goethe

En 1829, le sculpteur Pierre-Jean David, dit d’Angers − pour le distinguer de l’illustre…

Paul Valéry

Fils du célèbre docteur Blanche, peintre attaché à la figuration, Jacques-Émile Blanche (1861-1942) a peint les portraits de nombreux écrivains et…

Voltaire nu ou le Vieillard Idéal

François Marie Arouet dit Voltaire (1694-1778) est le philosophe des Lumières par excellence. Son succès littéraire public débute grâce aux pièces…

Zola, écrivain et ami des peintres

Considéré comme le peintre de la rupture avec la peinture officielle au milieu du XIXe siècle, Manet n’a qu’une célébrité de scandale[1…