Dante et Virgile dit aussi La Barque de Dante.

Dante et Virgile dit aussi La Barque de Dante.

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1822

Date représentée :

H. : 189 cm

L. : 241,5 cm

huile sur toile

© RMN - Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Raux

Lien vers l'image

INV 3820 - 17-633012

« Mal du siècle » et révolution romantique

Date de publication : Avril 2011

Auteur : Malika DORBANI-BOUABDELLAH

« Mal du siècle » et révolution romantique

« Mal du siècle » et révolution romantique

La période de la Restauration est traversée de courants contradictoires. Aidés des congrégations religieuses qu’animent les principes de la Sainte-Alliance, les ultraroyalistes remettent en cause les conquêtes de la Révolution et de l’Empire. La bourgeoisie libérale, positiviste et matérialiste, forte des progrès scientifiques, préside à l’éclosion d’un monde nouveau. Le moderne s’oppose à l’ancien. En art, le classique s’oppose au romantique. La France s’ouvre aux influences européennes. Perdue entre les deux, la jeunesse est plongée dans « le mal siècle », fuyant le présent et la réalité en se réfugiant dans le passé, dans la religion, dans l’inconnu. Elle hisse l’imagination au rang de « reine des facultés » et regarde l’art comme le seul moyen de faire face. Déjà gagné, grâce à Mme de Staël, au drame philosophique allemand (Faust de Goethe), au roman anglais (Walter Scott), à la poésie lyrique (lord Byron), Delacroix trouve chez Dante, Shakespeare ou Ossian une source d’émotion nécessaire à son art.

Le chant VIII de l’Enfer de La Divine Comédie inspire à Delacroix le sujet de son premier « coup de fortune » au Salon de 1822.

Dante et Virgile, debout sur une barque que guide Phlégias, traversent le Styx, vers l’infernale Cité. Les damnés s’agrippent à leur barque pour tenter de s’échapper. Virgile saisit la main gauche de Dante, qui, effrayé, lève le bras droit pour se protéger.
Amplement drapés, les corps des poètes sont à peine suggérés. La tête couverte de Dante, et celle couronnée de laurier de Virgile, reflètent la force de l’âme et contrastent avec la torsion des corps des damnés et du torse de Phlégias.
Au premier plan à gauche, un homme retient la barque avec ses dents. Son visage est déformé par l’effroi, et ses yeux exorbités. Celui qui essaie de monter est « la meilleure tête » d’après Delacroix qui la peignit rapidement, sous l’effet électrisant de la lecture du chant VIII par son ami Pietri et de la musique. Un autre, à bout de force, se laisse engloutir par le Styx tandis qu'à ses côtés un homme tente de grimper à bord en s’appuyant sue une femme qui s'agrippe désespérément à la barque.
L’arrière-plan, sommaire, s’efface dans la brume. Mais le Styx vibre d’énergie comme le ciel qui les enveloppe tous.
Delacroix n’a pas le loisir de s’arrêter au détail. Les draperies, la tension des muscles, les vagues, les flammes, la palette sombre, les chairs blafardes, ne sont plus les éléments d’un récit, mais des acteurs qui donnent son ton et son rythme du drame.

Les poètes unis dans la tourmente de l’enfer, ce sont les artistes contaminés par le mal du siècle et unis dans le même combat. La vie paraît une traversée effroyable, la barque, imprégnée d’un humanisme religieux dépassé, le symbole des âmes à la dérive. Seul l'art peut offrir une voie heureuse.

L’œuvre reflète l’état d’âme général qu’inspirent à l’époque la fin de la période libérale de la Restauration et les revers de la Révolution et de l’Empire. Les éléments, l’eau et le feu de l’Enfer de Dante, jettent l’homme impuissant dans le désarroi. Seuls les deux artistes échappent à la menace. Leur pouvoir d’imagination les unit dans la résistance aux forces adverses.
Mais il faut voir aussi dans cette œuvre le reflet de l’état d’âme de l’artiste : au moment où il est au bord de la ruine, Delacroix est amoureux d’une femme qui n’éprouve rien pour lui. La lecture de La Divine Comédie de Dante l’émeut et le console. Exemple même de l’art inspiré, cette œuvre est l'expression du drame de la souffrance et du désespoir par la couleur, la lumière et le geste.

Dante et Virgile aux Enfers donne le signal de la révolution romantique. Les grandes dimensions du tableau anoblissent le thème littéraire tenu jusque-là pour secondaire dans l’art académique. Delacroix l’élève haut dans la hiérarchie des genres.

Charles BAUDELAIRE L’Art romantique, Paris, Garnier-Flammarion, 2001.

Lee JONHSON The Paintings of Eugène Delacroix, Oxford, 1981.

Barthélemy JOBERT Delacroix, Paris, Gallimard, 1997.

Anne MARTIN-FUGIER Les Romantiques, Paris, Hachette coll. « La vie quotidienne », 1998.

Jean-Pierre RIOUX et Jean-François SIRINELLI (dir.) Histoire culturelle de la France, tome III, « Lumières et Liberté », par Antoine de BAECQUE et Françoise MELONIOParis, Seuil, 1998.

Maurice SERULLAZ Delacroix, Paris, Nathan, 1981.

Collectif Les années romantiques. La peinture française de 1815 à 1830, catalogue de l’exposition du Grand PalaisParis, RMN, 1996.

Malika DORBANI-BOUABDELLAH, « « Mal du siècle » et révolution romantique », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 07/12/2022. URL : histoire-image.org/etudes/mal-siecle-revolution-romantique

Anonyme (non vérifié)

Merci de votre description elle explique le sens du tableaux dans toutes sont envergures :)

sam 17/09/2011 - 15:36 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

watteau PÈLERINAGE À L’ÎLE DE CYTHÈRE, DIT L’EMBARQUEMENT POUR CYTHÈRE

Pèlerinage à l’île de Cythère, dit l’Embarquement pour Cythère

Les années Régence

Watteau incarne « le printemps du siècle » (Michelet) et la période d’ouverture des années Régence, qui tranche avec l’…

Un manifeste du romantisme

En juin 1816, La Méduse amirale, frégate de quarante-quatre canons, quitte l’île d’Aix sous les ordres du comte de Chaumareix, un émigré qui ne…

Une femme force les portes de l’Académie

L'Académie royale de peinture et de sculpture est fondée sur mandat royal en 1648. Elle constitue l'un des socles institutionnels sur lesquels…

l'académie des Sciences examine aujourd'hui la candidature de Mme Curie

Marie Curie et la presse

Marie Curie, femme de science

Marya Sklodowska est née à Varsovie, en 1867, en Pologne alors partie intégrante de l’Empire russe et décède en…

Marie Curie et la presse
Marie Curie et la presse

La France au service de l'unité italienne

Après les révolutions de 1848, l’Italie a retrouvé le régime de 1815 : d’un côté des petites souverainetés despotiques sans aucun lien confédéral…

Louis XIV couronné par la Victoire

La guerre de Hollande (1672-1678) menée par Louis XIV contre les Provinces-Unies (les Pays-Bas actuels) relève de plusieurs causes, mais la…

L’échange des princesses

Une toile mal placée ?

En 1622, Marie de Médicis passe commande au célèbre peintre anversois Rubens d’une série de toiles destinées à former un…

Louis XIV protecteur des Arts et des Sciences

Roi de guerre, roi-soleil, Louis XIV se veut aussi le protecteur des arts et des sciences. D’autant que le jeune monarque, né en 1638, de l’union…

La décoration picturale de l'Hôtel de ville de Paris

La reconstruction de l’hôtel de ville de Paris après la Commune

Au terme de la semaine sanglante, les communards qui se repliaient devant l’armée…

La revue La Plume et le Salon des Cent

La Plume (1889-1914) : une revue active

Parmi les petites revues littéraires et artistiques de la Belle Époque, La Plume, créée par Léon Deschamps…