La Mélancolie

La Mélancolie

Autoportrait

Autoportrait

Armand-Louis de Gontaut, duc de Biron, général en chef de l'armée du Rhin, vers 1792.

Armand-Louis de Gontaut, duc de Biron, général en chef de l'armée du Rhin, vers 1792.

Le maréchal Lannes

Le maréchal Lannes

La Mélancolie

La Mélancolie

Date de création : 1801

Date représentée :

H. : 130 cm

L. : 165 cm

Huile sur toile.

© RMN-Grand Palais / image RMN-GP

Lien vers l'image

M.P.2004.17.133 - 74-001184

Les artistes femmes au début du XIXe siècle

Date de publication : Février 2009

Auteur : Saskia HANSELAAR

Vers 1800, de plus en plus de femmes participent à la vie artistique française, mues par le désir commun de tenir un rôle en dehors de la sphère familiale et d’échapper au statut restreint voulu par la misogynie des révolutionnaires. Malgré l’action de certaines personnalités politiques tels que le marquis de Condorcet ou Olympe de Gouges, la Révolution ne donne pas de droits civiques substantiels à la femme, et celle-ci n’est encore l’égale des hommes ni devant la loi, ni devant la société. Pourtant, à la fin du XVIIIe siècle, Élisabeth Vigée-Le Brun, Anne Vallayer-Coster, Adélaïde Labille-Guiard en France avaient réussi à entrer dans certaines académies de peinture et avaient acquis une indépendance ainsi qu’une gloire liée à leur nom propre et non à celui de leurs maris – ces trois femmes portent leur nom de jeune fille suivi de leur nom marital.

Les artistes du début du XIXe siècle désirent marcher dans leurs pas afin d’exposer au-delà de la sphère privée. Formées pour la plupart par de grands noms du classicisme antiquisant tels David ou Regnault, mais également par d’autres femmes telle Adélaïde Labille-Guiard, qui aime enseigner, elles occupent une place de plus en plus importante jusque dans les années 1820 : Constance Mayer, élève de Pierre Paul Prud’hon, fait partie de ces femmes peintres qui réussissent ainsi à se faire un nom en peinture. Mais la peinture d’histoire, la plus noble, exclusivement réservée aux peintres masculins, leur est encore défendue pour cause de convenance : une femme ne peut pas représenter un nu héroïque. De ce fait, elles sont bien souvent cantonnées aux genres dits mineurs, comme les natures mortes ou les scènes anecdotiques. Le succès de ces genres prisés par les amateurs pourrait en partie expliquer une plus grande visibilité des femmes peintres au début du XIXe siècle.

Constance Charpentier est une des plus intéressantes femmes peintres au début du XIXe siècle. Élève entre autres de David et de François Gérard, elle est fortement inspirée par l’art sévère de la fin du XVIIIe siècle. La Mélancolie, présentée au Salon en 1801, figure une jeune femme de profil habillée à l’antique par un soir de pleine lune. L’attitude de la femme, dont les membres sont relâchés et les yeux perdus dans le vague, est typique de la représentation de ce sentiment au début du siècle et explique son succès lors de sa présentation au Salon. Loin d’être passive comme la femme qu’elle a représentée, Constance Charpentier n’hésite pas à se positionner en tant que peintre d’histoire et à se mesurer à la critique et aux hommes peintres, puisque la même année François-André Vincent, un des ténors du retour à l’antique, présente lui aussi une Mélancolie (1801, musée du château de la Malmaison).

Au contraire de Constance Charpentier, Henriette Lorimier assume sa fonction de peintre de portraits et de genre anecdotique. En effet, dans cet autoportrait réalisé vers 1805, l’artiste tient d’une main une palette et de l’autre du fusain. Elle s’impose au spectateur dans un intérieur qui témoigne de sa réussite sociale. Elle porte une robe de velours orangé, offrant ainsi un aperçu de la mode de l’époque ; la taille, très haute, est soulignée par des médaillons dans le style antiqua. Avec dans ses mains les attributs de sa fonction, elle esquisse un autre de ses tableaux, La Chèvre nourricière, succès critique au Salon de 1804. Lorimier exploite avec succès le genre anecdotique et montre tout son talent de portraitiste dans ce tableau.

Dès les années 1830, l’âge d’or des femmes peintres du début du XIXe siècle est déjà révolu. Le chantier du musée d’Histoire de France de Versailles permet à certaines d’entre elles, comme Cornélie Revest ou Julie-Louise Volpelière, de continuer à exister par la copie. En effet, mettant leur talent à copier celui d’un autre, ces deux élèves de Sérangéli présentent des portraits de gradés de l’Empire, d’après Georges Rouget pour la première et François Gérard pour la seconde. Dans son portrait du maréchal Lannes, Volpelière révèle toute la finesse de sa touche. Cornélie Revest, qui tient elle-même un atelier pour femmes, réalise elle aussi une œuvre d’une grande fraîcheur.

Les artistes du début du XIXe siècle, encore influencées par les libertés qu’avaient gagnées leurs aînées, c’est-à-dire de pouvoir librement exposer aux Salons sans faire partie d’une académie ou d’une société des arts, osent des œuvres où elles affirment leur statut de peintre d’histoire comme le fait Constance Charpentier ou qui illustrent leur succès telle Henriette Lorimier. Encore jugée dans un esprit hérité des Lumières, la femme artiste, bien que souvent dépréciée par certains critiques, arrive jusque dans les années 1820 à rester visible sur la scène artistique.

S’il était de bon ton qu’une femme s’intéresse à la peinture au début du XIXe siècle, la mentalité de la société après la Restauration restreint encore plus la femme au cercle familial. Même si elles sont de plus en plus nombreuses à participer aux Salons, il leur est difficile d’exprimer leur talent, car elles n’ont accès qu’à un enseignement amateur, ne reçoivent que des commandes de copies et doivent supporter des critiques acerbes. Le cas de Marie-Guillemine Benoist apporte un exemple de ce changement, puisque, obligée de renoncer à son art par la position de haut fonctionnaire de son mari, celle-ci s’écrie : « Mais tant d’études, tant d’efforts, une vie de travail acharné, et après une longue période d’épreuves, enfin le succès ! Et puis voir soudain tout cela comme un objet de honte ! Je ne pouvais m’y résoudre. Mais tout est bien ainsi, n’en parlons plus ; je suis devenue raisonnable… » Après ces pionnières, très peu de noms marquent les esprits, et les femmes de la seconde moitié du XIXe siècle devront exiger un enseignement professionnel pour retrouver cet âge d’or du début du siècle.

BLANC Olivier, Portraits de femmes : artistes et modèles à l’époque de Marie-Antoinette, Paris, Didier Carpentier, 2006.

NOCHLIN Linda, SUTHERLAND HARRIS Ann, Femmes peintres (1550-1950), Paris, Des Femmes, 1981.

SOLOMON-GODEAU Abigail, Male Trouble : a representation in crisis, Londres, Thames and Hudson, 1997.

Saskia HANSELAAR, « Les artistes femmes au début du XIXe siècle », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 04/07/2022. URL : histoire-image.org/etudes/artistes-femmes-debut-xixe-siecle

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Femmes à la cigarette dans les années 1920

Les années 1920

L’image d’une femme coiffée à la garçonne faisant tressauter son long collier de perles sur une piste de danse et une musique de…

Femmes à la cigarette dans les années 1920
Femmes à la cigarette dans les années 1920

Les « tondues » de la Libération

Une démonstration publique

On estime que 20 000 à 40 000 femmes accusées à tort ou à raison de collaboration avec l’occupant allemand auraient…

Les femmes, la guerre et la paix

Un pacifisme né de la Grande Guerre

Les syndicats européens, anticapitalistes, se positionnent à l’écart de l’Internationale où règnent les…

Les femmes, la guerre et la paix
Les femmes, la guerre et la paix
Portrait de famille - Paul-Albert Laurens

L'évolution de la mode féminine 1880-1920

Au seuil du XXe siècle, la silhouette de la femme change radicalement. L’effet de cette transformation apparaît non seulement dans les…

L'évolution de la mode féminine 1880-1920
L'évolution de la mode féminine 1880-1920
L'évolution de la mode féminine 1880-1920
L'évolution de la mode féminine 1880-1920

Le Déjeuner

Un artiste en vogue

Avec Le Déjeuner, François Boucher produit une œuvre qui s’inscrit dans le registre des scènes de genre, un domaine qu’il…

Le mythe de la pétroleuse

Naissance des « pétroleuses »

Durant la « Semaine sanglante », tant pour des raisons symboliques que pour des motivations tactiques, la Commune…

Le mythe de la pétroleuse
Le mythe de la pétroleuse

Cléo de Mérode, une icône entre Romantisme et Symbolisme

Une icône de beauté angélique

À la Belle Époque, sous l’influence du décadentisme et du symbolisme, hédonisme et spiritualité se côtoient :…

Cléo de Mérode, une icône entre Romantisme et Symbolisme
Cléo de Mérode, une icône entre Romantisme et Symbolisme
Cléo de Mérode, une icône entre Romantisme et Symbolisme

Les Dames Goldsmith au bois de Boulogne en 1897 sur une voiturette Peugeot

Au XVIIIe siècle déjà, il était du dernier chic pour une élégante de conduire elle-même un léger phaéton ou un cabriolet attelé d’un ou de…

Les suffragettes

Les Françaises veulent voter
L’Union française pour le suffrage des femmes, créée en 1909 par Jeanne Schmahl avec l’appui du journal La…

Réjane, comédienne et interprète de la Belle Époque

Le Boulevard et sa reine

La diffusion, sous forme de cartes postales, des portraits photographiques des actrices est, à la Belle Époque, la…