Le Baron Dominique Vivant Denon.

Le Baron Dominique Vivant Denon.

Date de création : 1808

Date représentée : 1808

H. : 92

L. : 78

Huile sur toile

© Photo RMN - Grand Palais - D. Arnaudet / H. Lewandowski

http://www.photo.rmn.fr

89EE942/MV 1692

Le baron Dominique Vivant Denon

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Barthélemy JOBERT et Pascal TORRÈS

Le ministre des Arts de Napoléon

Dominique Vivant de Non (devenu après la Révolution, Vivant Denon), est issu d’une famille de petite noblesse de Châlon-sur-Saône. Il connaît d’abord une certaine célébrité mondaine dans la France de l’Ancien Régime ainsi qu’à l’étranger, notamment en Italie, grâce à son activité de diplomate, mais également à ses réels talents d’écrivain et de graveur (c’est à ce titre qu’il est reçu en 1787 à l’Académie royale de peinture et de sculpture). Proche de Bonaparte qu’il accompagne en Egypte, il est nommé par le Premier consul directeur général du musée central des Arts, c’est-à-dire le Louvre. Jusqu’en 1815, il occupe en fait les fonctions d’un véritable ministre des arts, même si celui qu’il appelait de ses vœux « le plus beau musée de l’univers » a été aux yeux de tous sa réalisation majeure, grâce au rassemblement, en un même lieu, d’œuvres d’art pillées par les armées françaises dans tous les pays d’Europe, de l’Italie à la Russie, de l’Allemagne à l’Espagne. Si Denon parvint, en 1814, à sauver les collections du musée (les puissances alliées laissant à la France ses prises de guerre), il ne put empêcher les vainqueurs de Waterloo, décidés à « donner aux Français une grande leçon de morale » (lettre de Wellington à lord Castlereagh, 23 septembre 1815). de remporter leurs biens. Mais l’idée d’un rassemblement de chefs-d’œuvre universels ayant un sens exemplaire par leur réunion même, donc l’esprit de musée qui devait imprégner tout le XIXe siècle, n’en subsista pas moins. Denon, trop marqué par les services qu’il avait rendus à l’Empereur, quitte ses fonctions au début de la Restauration, mais laisse une trace durable dans l’administration, en ayant formé ses successeurs. Doué d’une inépuisable curiosité, c’est à ses propres collections qu’il consacre sa retraite tout en restant un homme du monde parisien.

Un portrait officiel

Durant toute sa carrière Denon fut maintes fois portraituré. Sa vie a également fait l’objet de tableaux pittoresques, comme l’épisode où, durant la guerre d’Espagne, il remit dans leur tombeau, violé par les armées françaises, les ossements du Cid et de Chimène (dessins par Zix, Strasbourg, musée des Beaux-Arts, et Châlon-sur-Saône, musée Denon ; tableaux par Roehn, Paris, Louvre, et par Alexandre Evariste Fragonard, Saint-Quentin, musée Antoine-Lécuyer). Son portrait par Robert-Lefèvre, exécuté en 1808, alors qu’il est en pleine activité, est le plus officiel. La vivacité du caractère et l’intelligence du modèle se retrouvent dans son visage. Le peintre, à dessein, représente toutefois Denon en train de feuilleter le recueil de gravures du XVIIe siècle exécutées par Jean Pesne, reproduisant l’essentiel de l’œuvre de Poussin.

Avec peu d’accessoires, Robert-Lefèvre, dont la réputation comme portraitiste n’était dépassée alors que par celle de Gérard, sait donner une certaine profondeur à une image sinon très simple.
Ce portrait fait directement référence à la passion du collectionneur. Le goût de Dominique Vivant Denon pour la gravure allait en effet aux œuvres classiques et sévères, ce qui est le cas de celles de Jean Pesne qui a laissé près de cinquante planches d’après Poussin (dont pourtant aucun volume ne figura à son inventaire après décès). Mais ce tableau vient surtout rappeler à ses détracteurs qu’en étant l’un des principaux révélateurs de l’art égyptien aux Français, Vivant Denon n’en est pas moins resté le dépositaire et le garant de la transmission d’une culture classique dont Poussin est le parfait exemple.

Dominique Vivant Denon, l’œil de Napoléon catalogue de l’exposition, Paris, RMN, 1999.

Barthélemy JOBERT et Pascal TORRÈS, « Le baron Dominique Vivant Denon », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 05/10/2022. URL : histoire-image.org/etudes/baron-dominique-vivant-denon

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La salle des Croisades de Versailles

L’« invention » du Moyen Âge à l’époque romantique

La découverte et l’étude du Moyen Âge, commencées au XVIIIe siècle, s’amplifient au…

Les achats aux artistes vivants sous la IIIe République

Splendeurs et misères d’une administration

Lorsqu’il prend les rênes du musée parisien du Luxembourg en 1892, Léonce Bénédite (1859-1925) hérite d’…

Exotisme et érotisme à la Belle Époque : Mata-Hari au Musée Guimet

La photographie et l'engouement pour les cultures orientales

Le goût pour l'exotisme, notamment pour l'Orient, est l'héritage de l'époque…

Exotisme et érotisme à la Belle Époque : Mata-Hari au Musée Guimet
Exotisme et érotisme à la Belle Époque : Mata-Hari au Musée Guimet
Exotisme et érotisme à la Belle Époque : Mata-Hari au Musée Guimet
Exotisme et érotisme à la Belle Époque : Mata-Hari au Musée Guimet
Antoine Vivenel - Papety

Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)

Né à Compiègne, dans l’Oise, le 27 ventôse An VII (17 mars 1799), Antoine Vivenel appartient à une longue lignée d’artisans compiégnois qui ont…

Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)
Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)
Un collectionneur, mécène et pédagogue : Antoine Vivenel (1799-1862)
Jeu de balles indiens - Georges Catlin

Le Musée indien de George Catlin : une arche de Noé à vocation ethnographique

Catlin et son œuvre

En 1828, George Catlin, peintre autodidacte qui s’est lancé dans une carrière de portraitiste pour la bourgeoisie américaine…

Le Musée indien de George Catlin : une arche de Noé à vocation ethnographique
Le Musée indien de George Catlin : une arche de Noé à vocation ethnographique

La réception du musée indien de George Catlin

D’un continent à l’autre

Après avoir parcouru les États-Unis entre 1831 et 1838 afin de rencontrer les tribus amérindiennes, de peindre leurs…

Le baron Dominique Vivant Denon

Le ministre des Arts de Napoléon

Dominique Vivant de Non (devenu après la Révolution, Vivant Denon), est issu d’une famille de petite noblesse de…

Un décor public sous la IIIe République

Un climat de confiance

Après le départ du maréchal-président Mac-Mahon en 1879 (marquant la fin de la République des Ducs), la IIIe

La seconde mission française à Khorsabad

Une seconde mission française à Khorsabad

En 1851, l’Assemblée nationale vote un crédit pour la poursuite des fouilles menées en 1843-1844 par…

La seconde mission française à Khorsabad
La seconde mission française à Khorsabad
Le baron Vivant Denon - Berthon

Vivant Denon (1745-1825), du Museum central des Arts au Musée Napoléon

Forteresse édifiée à partir de 1190 sur l’ordre de Philippe Auguste pour protéger la capitale, le Louvre ne devient une résidence royale à part…