Plafond du salon Denon - Vue d'ensemble

Plafond du salon Denon - Vue d'ensemble

Napoléon Ier, l'art moderne

Napoléon Ier, l'art moderne

Plafond du salon Denon - Vue d'ensemble

Plafond du salon Denon - Vue d'ensemble

Lieu de conservation : musée du Louvre (Paris)
site web

Date de création : 1864

Date représentée :

© Photo RMN - Grand Palais

Lien vers l'agence

77DN2802

Napoléon et les arts

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Nathalie de LA PERRIÈRE-ALFSEN

Le pavillon Denon appartient aux aménagements réalisés au Louvre sous le règne de Napoléon III. Conçu par l’architecte Hector Lefuel (1810-1881), il porte le nom du premier directeur du musée sous Napoléon Ier (Vivant Denon, 1747-1825). L’entrée monumentale du musée est au rez-de-chaussée tandis qu’à l’étage se trouve un grand salon à coupole. En 1864, le décor intérieur est confié à Müller. Espace de communication entre les salles du musée et la salle des Etats à vocation politique, il présente un décor à la fois artistique et monarchique. Les lunettes qu’y a réalisées Charles-Louis Müller illustrent le mécénat des souverains français.

Au centre de la composition, Napoléon écarte les bras dans un geste de présentation des artistes dont il est entouré. Au fond de la scène, les monuments célèbres de son règne. La silhouette du souverain se détache contre l’arc de triomphe du Carrousel (1806), que couronnent les chevaux enlevés par Bonaparte à la basilique Saint-Marc de Venise. De part et d’autre de l’arc, la restauration de l’abbatiale de Saint-Denis par François Debret et la colonne Vendôme. A droite, la façade de l’Assemblée nationale. Des œuvres d’art parsèment le tableau. A gauche, le Voltaire assis de Jean-Antoine Houdon, réalisé sous l’Ancien Régime ; des butins saisis pour le musée Napoléon : la Vierge de Raphaël, le Torse du Belvédère. Napoléon est aussi entouré de personnages célèbres de son époque. Des écrivains : Beaumarchais, Châteaubriand ; des architectes : Fontaine, Lamande ; des peintres ; David, Guérin.

Les quatre lunettes du salon Denon sont représentées comme des tapisseries feintes. Elles figurent le mécénat royal ou impérial envers les beaux-arts. Napoléon Ier, comme les autres souverains, est entouré d’écrivains et d’artistes. Le goût de l’Empereur pour le classicisme gréco-romain se manifeste dans bon nombre d’architectures élevées pendant son règne : les arcs de triomphe du Carrousel (Percier et Fontaine) et de l’Etoile (Chalgrin), la colonne Vendôme, imitée de Trajan, le temple de la Gloire (la Madeleine) élevé par Vignon. Passionnément attaché à la grandeur de l’ancienne Rome, Napoléon va largement en exploiter les symboles et le décor pour fonder son autorité et sa légitimité. Le style néo-classique, après avoir été une réaction aux excès rocailles à la fin du XVIIIe siècle, devient le vecteur des valeurs morales issues des Lumières et reprises par l’Empire.

Nancy DAVENPORT « Charles-Louis Müller et ses décorations peintes du Louvre », in Bulletin de la Société de l'histoire de l'art français 1986, p.145-163.Christiane AULANIER Histoire du palais et du musée du Louvre.Le nouveau Louvre de Napoléon III Paris, 1953.

Nathalie de LA PERRIÈRE-ALFSEN, « Napoléon et les arts », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 03/10/2022. URL : histoire-image.org/etudes/napoleon-arts

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

La construction de la tour Eiffel

Dans une France aux prises avec des difficultés politiques et économiques, et encore marquée par le souvenir de sa défaite face à l’Allemagne en…

La construction de la tour Eiffel
La construction de la tour Eiffel
La construction de la tour Eiffel
La construction de la tour Eiffel

La prise de Constantinople par les croisés

Louis-Philippe, intronisé « roi des Français » le 9 août 1830 après les Trois Glorieuses (27-29 juillet 1830), était féru d’histoire comme tout…

De la place de grève à la place de l'Hôtel de ville

Le siège de la municipalité de Paris

La place de Grève, devenue en 1803 place de l’Hôtel de Ville, abrite le siège de la municipalité parisienne…

De la place de grève à la place de l'Hôtel de ville
De la place de grève à la place de l'Hôtel de ville
De la place de grève à la place de l'Hôtel de ville

Les demeures royales

Versailles à la charnière de deux règnes

Cette série de tableaux de Pierre-Denis Martin (1663-1742) s’insère à une période charnière de l’histoire…

Les demeures royales
Les demeures royales
Les demeures royales

Vue de la Seine au XVIIIe siècle

L’œil de Paris

La vue de la Seine en aval du pont neuf est datée et signée par l’artiste, avec une mention inscrite sur le quai Malaquais ou des…

Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale

Une visite à l’Exposition coloniale de 1931

Les divers documents réunis permettent de découvrir trois pavillons d’aspect monumental élevés à l’…

Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale
Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale
Les pavillons éphémères de l'Exposition coloniale
Bray-sur-Somme. Plan de la maison d'école et de la mairie

La construction des écoles dans la Somme au XIXe siècle

Le XIXe siècle, siècle de l’école

La situation globale de l’enseignement primaire en France apparaît médiocre à la chute de l’Empire (…

La construction des écoles dans la Somme au XIX<sup>e</sup> siècle
La construction des écoles dans la Somme au XIX<sup>e</sup> siècle
La construction des écoles dans la Somme au XIX<sup>e</sup> siècle
La construction des écoles dans la Somme au XIX<sup>e</sup> siècle

L’Opéra de Charles Garnier

La construction du nouvel Opéra de Paris

Décidée en 1858 pour remédier à la vétusté et à l’incommodité de la salle de la rue Le Pelletier, la…

L’Opéra de Charles Garnier
L’Opéra de Charles Garnier
Plan d'élévation du Palais du Trocadéro pour l'Exposition Universelle de 1878

Le Palais du Trocadéro, un bâtiment disparu

Le Trocadéro et l’Exposition universelle de 1878

Le Trocadéro fut élevé sur une des collines de Paris à l’occasion de l’Exposition Universelle de…

Le Palais du Trocadéro, un bâtiment disparu
Le Palais du Trocadéro, un bâtiment disparu
Le Palais du Trocadéro, un bâtiment disparu

Le pont Neuf et la Samaritaine au XVIIIe siècle

Le peintre de Paris

Cette vue du Pont Neuf et de la Samaritaine est datée et signée par l’artiste, avec une mention inscrite dans l’ombre du coin…