Aller au contenu principal
Allégorie de la création du musée historique de Versailles

Allégorie de la création du musée historique de Versailles

Date de création : 1843

Date représentée :

H. : 428 cm

L. : 820 cm

Huile sur toile

Domaine : Peintures

© Photo RMN - Grand Palais

http://www.photo.rmn.fr

74EE336/MV 5868

Allégorie de la création du musée historique de Versailles

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Barthélemy JOBERT et Pascal TORRÈS

Le château de Versailles est resté sans véritable emploi durant la Révolution et l’Empire. On y avait installé un « musée spécial de l’Ecole française », sorte d’annexe du Louvre pour les peintres français contemporains, mais la création du musée des peintres vivants au Luxembourg, au début de la Restauration, lui fit perdre cette fonction. Des logements y furent créés pour venir en aide à différents serviteurs de l’Etat, plus tard à des nobles tombés dans l’indigence. Après l’instauration de l’Empire et de même sous la Restauration, on pensa y réinstaller la résidence habituelle du monarque et de sa cour (le Grand Trianon fut d’ailleurs complètement remeublé et servit
en ce sens sous l’Empire), mais ces projets n’eurent pas de suite. Louis-Philippe, qui avait connu le Versailles de l’Ancien Régime, sauva le château en lui donnant une raison d’être originale qui perdure aujourd’hui : réaménagé à partir de 1833 en musée de l’histoire de France, le palais devait commémorer la construction de l’identité nationale, de ses origines aux temps contemporains. Pour cela on y rassemblerait autant de peintures et de sculptures originales que possible, sans hésiter toutefois à combler les vides par des commandes aux artistes contemporains. Inauguré en 1837, le musée demeure une source iconographique incomparable, et le vrai conservatoire de la peinture française de la première moitié du XIXe siècle.

L’allégorie de la création du musée

Couder donne ici le motif central d’un carton de tapisserie destiné à être tissé aux Gobelins, sur un programme iconographique très précis : dans le lointain se détachent entre deux buissons de lauriers, sur le ciel bleu, trois monuments : le pavillon central des Tuileries, où le souverain réside à Paris (c’est donc le siège du pouvoir central), l’Arc de triomphe de l’Etoile, symbole de l’Empire, laissé inachevé par Napoléon et que Louis-Philippe entreprit de terminer, l’obélisque de Louqsor, qui illustre la plus ancienne des civilisations antiques et qui, offert à la France par Méhémet Ali, pacha d’Egypte, venait d’être érigé au centre de la place de la Concorde. Minerve, déesse de la sagesse, qui symbolise les accomplissements de la civilisation occidentale, est assise au centre. Elle est assistée de la France, qui, debout près d’elle, appuyée sur son épaule, semble protéger son inspiration. A leurs côtés se tient le Génie de l’histoire, qui déroule sous les yeux de Minerve le plan en élévation du château, avec une vue de la cour d’honneur où se dresse la statue de Louis XIV (érigée par Louis-Philippe). La Poésie, vêtue de rose, porte une palme et contemple la scène, comme la Sculpture en robe verte, l’Architecture en blanc et la Peinture en violet clair. Deux enfants assis « calent » la composition. L’un est assis à côté d’une boîte de rouleaux antiques, l’autre à côté de chartes et de sceaux où se lit le nom de Charlemagne : c’est ici le passé le plus ancien de la France (remontant à la Gaule romaine) qui est ainsi rappelé.

 

Le carton de Couder, peintre d’histoire alors très actif et fort pourvu en commandes officielles, illustre l’une des réalisations dont le roi-citoyen était le plus fier, et qui était aussi l’une de ses plus symboliques. Loin d’être une simple œuvre d’art, cette tapisserie célèbre une entreprise éminemment politique. En quête d’une légitimité, la monarchie de Juillet cherche à transcender les clivages et à réunir l’œuvre de l’Ancien Régime et de la Révolution. Louis-Philippe entend ainsi être le souverain d’un régime d’unité et de paix civile. Le musée qu’il dédie « à toutes les gloires de la France » apparaît alors comme le moyen de réconcilier les Français au delà de leur parti et de leur classe. Magnifiée par un art chargé de célébrer les gloires de son histoire, la nation doit devenir la puissante source d’identification commune qui a fait défaut jusqu’alors. La révolution de 1848, on le sait, devait montrer qu’une telle ambition était illusoire.

Guy ANTONETTI Louis-Philippe Paris, Fayard, 1994.

Claire CONSTANS Versailles Paris, Imprimerie nationale, 1998.

Claire CONSTANS Versailles, château de la France et orgueil des rois Paris, Gallimard coll., « Découvertes », 1989.

Thomas W.GAEHTGENS « Le musée historique de Versailles » in Pierre NORA (sous la direction de), Les Lieux de mémoire tome II « La nation », Paris, Gallimard, 1988, rééd.coll. « Quarto », 1997.

Philippe VIGIER La Monarchie de Juillet Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1982.

Barthélemy JOBERT et Pascal TORRÈS, « Allégorie de la création du musée historique de Versailles », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 20/07/2024. URL : https://histoire-image.org/etudes/allegorie-creation-musee-historique-versailles

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Alexandre dans la tente de Darius

Alexandre dans la tente de Darius

Ce tableau a été peint, vraisemblablement, à la fin de l’année 1660. Charles Le Brun logeait à Fontainebleau, à proximité du roi, et Louis XIV «…

L’Expédition d’Égypte

L’Expédition d’Égypte

En 1798 la France et l’Angleterre, dont la suprématie navale s’accroît, sont en guerre. La paix de Campoformio encourage Bonaparte, général des…

L’Expédition d’Égypte
L’Expédition d’Égypte
La France offrant la Liberté à l’Amérique

La France offrant la Liberté à l’Amérique

Jean Suau est un peintre d’histoire quelque peu oublié, né en 1755 et mort en 1841. Il fut l’élève du chevalier de Rivalz (Pierre Rivalz) et le…

Conseil économique du travail

Conseil économique du travail

Pour une démocratie économique

Lors du premier conflit mondial, la CGT se révèle un partenaire efficace de l'Union sacrée. Forte de cette…

Brevet de volontaire de la garde nationale

Brevet de volontaire de la garde nationale

La garde nationale en juillet 1790

La garde nationale n’est pas initialement destinée à protéger le royaume contre une agression extérieure, elle…

L'allégorie sous le Consulat

L'allégorie sous le Consulat

Après le coup d’Etat des 18 et 19 brumaire an VIII (9-10 novembre 1799), qui transformait la République française, jusqu’alors gouvernement…

L'allégorie sous le Consulat
L'allégorie sous le Consulat
L'allégorie sous le Consulat
Napoléon III et la politique des nationalités

Napoléon III et la politique des nationalités

L’une des conséquences de l’attentat d’Orsini, perpétré le 14 janvier 1858 contre l’empereur Napoléon III, fut la création d’un Conseil privé…

Le culte révolutionnaire de la raison en l'an II

Le culte révolutionnaire de la raison en l'an II

Lille et le culte révolutionnaire

Dans l’histoire française, la « déchristianisation » entreprise à partir de brumaire an II (novembre 1793)…

Le culte révolutionnaire de la raison en l'an II
Le culte révolutionnaire de la raison en l'an II
La France, […], reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle

La France, […], reçoit de Louis XVIII la Charte constitutionnelle

A la mort de Louis XVIII en 1824, son frère le comte d'Artois (1757-1836) accède au trône et porte jusqu’aux Trois Glorieuses le nom de Charles X…

Le triomphe de Juliers

Le triomphe de Juliers

Le portrait équestre de Marie de Médicis

Le programme préparatoire négocié en 1622 entre le peintre Rubens et l’entourage de Marie de Médicis…