Costes et Bellonte, vainqueurs de l'Atlantique.

Costes et Bellonte, vainqueurs de l'Atlantique.

Date de création : 1931

Date représentée : 01-sept-31

H. : 0

L. : 0

Photographie

Collection musée de l'Air et de l'Espace - Le Bourget / DR

http://www.mae.org/acces.htm

MA 16629

Costes et Bellonte, vainqueurs de l'Atlantique

Date de publication : Mars 2016

Auteur : Philippe GRAS

De toutes les traversées aériennes, celle de Paris à New York apparaissait comme la plus difficile à vaincre, mais également la plus glorieuse pour qui réussirait l’exploit. De nombreux aviateurs avaient déjà tenté le pari et beaucoup y avaient laissé la vie, tels les Français Nungesser et Coli, disparus en 1927 à bord de leur Oiseau blanc. L’Atlantique avait été vaincu par Lindbergh en 1927, mais la route ouest-est empruntée par le jeune aviateur américain était plus favorable en raison des vents. La première liaison Paris-New York va être tentée par des aviateurs expérimentés, sur un avion spécialisé dans les raids de longue distance, le Point d’interrogation.

La photographie représente les deux aviateurs à leur arrivée à New York. Dieudonné Costes et Maurice Bellonte avaient réalisé plusieurs raids importants et leur avion, le Breguet XIX Point d’interrogation avait été spécialement modifié pour ce type de tentative. Equipé d’un moteur Hispano-Suiza de 600 chevaux et emportant plus de 5 000 litres d’essence, il pouvait parcourir plus de 9 000 kilomètres. Le 31 août 1930, la météorologie étant favorable sur l’Atlantique, les deux aviateurs décident de tenter la traversée. Escorté par quelques petits avions, le gros Breguet rouge décolle lourdement après une minute d’élan sur la piste. Il met le cap au nord et franchit les côtes françaises à 10h50 au-dessus de Saint-Valery-en-Caux.
Désormais les deux hommes sont seuls pour affronter l’océan Atlantique, munis seulement d’une radio pour rester en contact avec la terre. A 13h15 le Point d’interrogation passe au-dessus des côtes anglaises, puis irlandaises à 13h30. L’avion maintient son cap, mais bientôt il affronte une grosse perturbation qui freine considérablement les aviateurs. Après une nuit difficile, le temps s’améliore au matin du 1er septembre. L’avion passe la baie de Halifax à 10 heures. Commence alors pour lui la descente vers les Etats-Unis. A 23h18, il se pose finalement à Curtiss Fielf, aérodrome de New York où une foule compacte attend les deux hommes. Charles Lindbergh est présent, l’ambassadeur de France également, ainsi que tous les Français de New York, l'acteur Maurice Chevalier, le tennisman Jean Borotra, le navigateur Alain Gerbault.
Ils auront à peine de temps de stopper leur avion, de sortir de leur habitacle que des mains se tendent vers eux. Fatigués après 37 heures de vol au-dessus de l’océan, ils sont happés par la marée humaine avant d’être fêtés à New York mais surtout à Paris lors de leur retour.

Plus encore que la première traversée aérienne de l’Atlantique Nord de Paris à New York, la réussite de Costes et Bellonte est une revanche de l’aéronautique française aux yeux des pilotes, des constructeurs et des politiques. Compte tenu de la supériorité de l’aviation française sur le reste du monde au sortir de la guerre, la première traversée de l’Atlantique par Lindbergh avait été mal vécue en Europe, même si le jeune Américain avait été triomphalement accueilli au Bourget.
Faisant suite à cet « affront », l’exploit de Costes et Bellonte est ressenti comme une réhabilitation de l’aviation française. La presse rend triomphalement compte du succès de cette traversée et glorifie sur le mode patriotique l’exploit des deux pilotes et la puissance de l’industrie aéronautique française. Le cliché restitue également l’image d’un exploit authentique, physique et technologique, des deux pilotes et de leur avion, le Breguet Point d’interrogation.

Bernard MARK Histoire de l’aviation Paris, Flammarion, 2001.Michel BENICHOU Un siècle d’aviation en France Paris, Larivière, 2000.Collectif Chronique de l’aviation Paris, Chronique, 2000.Edmond PETIT Nouvelle histoire mondiale de l’aviation Paris, Albin Michel, 2000.

Philippe GRAS, « Costes et Bellonte, vainqueurs de l'Atlantique », Histoire par l'image [en ligne], consulté le 09/08/2022. URL : histoire-image.org/etudes/costes-bellonte-vainqueurs-atlantique

Anonyme (non vérifié)

excellent article, clair, précis, pas un mot de trop, de l'excellent rédactionnel comme il n'y en a pas beaucoup sur le Net... Vous donnez l'envie d'en apprendre plus sur ces deux héros casse-cou dans leur genre....J'ai eu la chance de discuter avec Bellonte une fois ou deux, un homme simple, charmant, pétillant et pad fier. Une belle rencontre trop courte hélas !

Alors merci de ce partage.

Amicalement

Faa

ven 23/12/2016 - 02:27 Permalien
Anonyme (non vérifié)

Bonjour,
Vous écrivez: "L’Atlantique avait été vaincu par Lindbergh en 1927",
Désolé de vous contredire, mais si vous écrivez Atlantique, John Alcock et Arthur Whitten Brown, aviateurs britanniques ont effectué le premier vol transatlantique sans escale le 14 juin 1919.
Ils ont décollé de Terre-Neuve, Canada, en fin de journée le 14 juin 1919 et ont retrouvé le sol, en cassant un peu de bois, en Irlande, à Clifden dans le Connemara à 8 h 40 le jour suivant. Ils ont parcouru 3 050 km en un peu plus de 15 ou 16 h (suivant les sources). Leur appareil était un bombardier bimoteur Vickers Vimy IV.
Le challenge de Lindhberg tient dans le fait qu'il a réussi cette traversée en solitaire, sur un monomoteur et en reliant New York à Paris en... 33 heures.

Ceci dit, en mai 1919, un premier vol transatlantique avec escales a été réalisé par un hydravion Curtiss NC-4 de l'U.S Navy dont l'équipage, comptant 6 hommes, réalisa la traversée sur une durée de .... 15 jours.
Cordialement
DR

mer 01/08/2018 - 00:09 Permalien

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.

Mentions d’information prioritaires RGPD

Vos données sont sont destinées à la RmnGP, qui en est le responsable de traitement. Elles sont recueillies pour traiter votre demande. Les données obligatoires vous sont signalées sur le formulaire par astérisque. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la RmnGP en charge du traitement de votre demande. Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez, exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ( https://www.grandpalais.fr/fr/form/rgpd) ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr. Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données disponible ici en copiant et en collant ce lien : https://www.grandpalais.fr/fr/politique-de-protection-des-donnees-caractere-personnel

Partager sur

Découvrez nos études

Mémorial de l'Escadrille Lafayette

L’escadrille La Fayette ou l’esprit de l’alliance franco-américaine

L’unité aéronautique N 124 ou escadrille La Fayette a été créée le 20 avril…

Mémorial de l'Escadrille Lafayette
Mémorial de l'Escadrille Lafayette
Mémorial de l'Escadrille Lafayette

Chevaliers du ciel : les aviateurs, nouveaux héros de la Grande Guerre

S’il constitue bien un nouvel objet technique, l’avion n’a aucune utilité à ses débuts : il ne remplit aucune fonction assurée auparavant d’une…

Chevaliers du ciel : les aviateurs, nouveaux héros de la Grande Guerre
Chevaliers du ciel : les aviateurs, nouveaux héros de la Grande Guerre
Chevaliers du ciel : les aviateurs, nouveaux héros de la Grande Guerre
Chevaliers du ciel : les aviateurs, nouveaux héros de la Grande Guerre

Une utilité pour l’aviation ? Usages guerriers de l’aéronautique

L’avion comme nouvel objet technique n’a, à ses débuts, aucune utilité préétablie. Non seulement il ne remplace pas réellement une fonction…

Dans les ruines de Berlin

Berlin après la bataille.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, la ville de Berlin est dévastée. Cible de raids aériens anglais depuis 1940,…

Dans les ruines de Berlin
Dans les ruines de Berlin
Dans les ruines de Berlin

La bataille de Dunkerque

L’Opération Dynamo

Du 20 mai au 3 juin 1940 se déroule la bataille de Dunkerque, appelée également Opération Dynamo, du nom de code que lui…

La défense de Paris en 1870

Les ballons du siège de Paris

Dès les premiers jours du siège, dans la lignée revendiquée des aérostiers de 1793 et alors que des ballons captifs…

La défense de Paris en 1870
La défense de Paris en 1870

Les débuts de l'aviation : Nungesser et Coli

Traverser les mers fut une constante dans l’esprit des premiers aviateurs. Blériot franchit la Manche en 1909, Garros la Méditerranée en 1913. Il…

Le débarquement de Provence

La guerre sous tous les angles

Ces trois photographies ont été prises lors du débarquement en Provence, en août 1944. Du ciel, du sol ou de la mer…

Le débarquement de Provence
Le débarquement de Provence
Le débarquement de Provence
Un avion de combat Junkers Ju 87 A

Les Stukas, une arme nouvelle aux mains des nazis

L’essor de la Luftwaffe

Dès l’arrivée d’Adolf Hitler au pouvoir le 30 janvier 1933, le réarmement de l’Allemagne est engagé. La constitution d’…

Les <i>Stukas</i>, une arme nouvelle aux mains des nazis
Les <i>Stukas</i>, une arme nouvelle aux mains des nazis

Vols de nuit

L’aviation militaire pendant la guerre de 1914-1918 : de nouveaux sujets pour une représentation moderne

Depuis le tournant du XXe

Vols de nuit
Vols de nuit